12/10/2019

L'Etau négatif (suite)

liquidités,retraite par capitalsaition,fin retraite,macron,banque,assurance,taux négatifs,futur,crise,fin europe

 

Dans un mémorandum publié par Bloomberg des anciens gouverneurs des banques de France, d’Allemagne et d’Autriche hurlent leur désarroi face à la situation actuelle et les taux négatifs. Mémorandum signé par
Jacques de la Rosière, a former governor of the Bank of France
• Herve Hannoun, former first deputy governor of the Bank of France
• Otmar Issing, former member of the ECB’s Executive Board
• Klaus Liebscher, former governor of the Austrian central bank
• Helmut Schlesinger, former president of Germany’s Bundesbank
• Juergen Stark, former member of the ECB’s Executive Board
• Nout Wellink, former governor of the Dutch central bank

Les mauvaises langues diront que ceux qui ont signé ce memorandum sont des allemands dont Draghila a ruiné l’épargne et des autrichiens qui sont dans une situation enviable économiquement et des vieux français.

Voici en résumé ce qu’ils écrivent

 

. L'impact négatif de l'environnement d'intérêt ultra-faible s'étend du système bancaire, en passant par les compagnies d'assurance et les caisses de retraite, à l'ensemble du secteur financier.
Les effets de re-distribution en faveur des propriétaires d'actifs réels créent de graves tensions sociales.
Les jeunes générations se considèrent privées de la possibilité de subvenir à leurs besoins en vieillesse par des investissements sûrs portant intérêt.
Les prêts importants à des taux d'intérêt extrêmement bas maintiennent à flot les banques faibles et, indirectement par le biais de leurs prêts, les entreprises faibles. Ceci est réalisé notamment par le biais d'opérations ciblées de refinancement à long terme (TLTRO), qui ont considérablement augmenté en 2018. Les effets négatifs significatifs des taux d'intérêt très bas ou négatifs comprennent également une "zombification" de l'économie, qui, selon les études de l'OCDE et de la BRI, a déjà atteint un niveau considérable dans certains pays et contribue à la baisse de la productivité croissance.
En élargissant et en renforçant davantage les orientations à venir, la BCE s'engage fermement à une politique monétaire ultra-lâche pour l'avenir, ce qui entrave considérablement la sortie de cette politique.
Il y a dix ans, la politique monétaire de la BCE a contribué de manière significative à surmonter la grave récession et à consolider la croissance par la suite. Cependant, plus la BCE reste longtemps sur sa voie extrêmement accommodante, plus les effets négatifs prévalent. Les taux d'intérêt ont perdu leur fonction de direction et les risques de stabilité financière ont augmenté. Plus la politique de taux d'intérêt ultra-faible ou négatif et l'inondation des liquidités des marchés se poursuivent, plus le risque de recul est grand. Si une crise majeure devait frapper, elle serait de dimensions très différentes de celles que nous avons vues auparavant. Comme d'autres banques centrales, la BCE est menacée de la fin de son contrôle sur la création monétaire. Ces développements impliquent un risque élevé pour l'indépendance de la banque centrale…

Bref à travers cette déclaration, vous comprenez pourquoi, Macron dans un système où les banques et les assurances sont très fragilisés, offrir à ses potes des nouveaux produits de retraites complémentaires. En clair une retraite par capitalisation destinée a terme à suppléer notre système devenu impratiquable avec les taux négatifs.
Comme dab, la priorité est de sauver las banquiers et les assureurs. Par ailleurs, les anciens gouverneurs mettent en garde sur la fin de l’indépendance de la BCE et sa possibilité de création monétaire à l’instar de ce qui passe aux USA où il ne se passe pas une semaine sans que Trump vilipende Powell et la FED.

 

11/10/2019

Quand le momentané devient définitif

 

 

 

crsh?interba?caire?bie et mort du capitalisme?federal reserve,futur,crise banques etassurances,rebellionLes achats d'actifs de la Réserve fédérale totaliseront probablement 315 milliards de dollars au cours des six prochains mois, alors qu'elle cherche à stabiliser les marchés du financement à un jour et à contenir les mouvements de son taux d'intérêt cible, selon les projections de Morgan Stanley.
Ces mouvements permanents seront nécessaires parce que les achats temporaires actuels ne seront probablement pas suffisants pour stabiliser le marché des contrats d'achat à un jour, ou de repos d'après Morgan Stanley. Il y a tout juste un mois, la Fed a mis fin à un processus qui a entraîné une réduction de plus de 600 milliards de dollars du bilan, qui se compose principalement de bons du Trésor et de titres adossés à des créances hypothécaires qu'elle avait acquis dans le but de sortir l'économie américaine de la crise financière
Nous maintenons que ces opérations de pension temporaire ne s'avéreront pas une solution suffisante à long terme à la récente pression de financement », a déclaré Kelcie Gerson, stratège de Morgan Stanley, dans une note. « En fin de compte, la Fed devra augmenter définitivement la taille de son bilan. »

En clair pas de repos sur le Marché du REPO ouvert été comme hiver

Il est à noter que nous avons assisté au resserrement monétaire le plus court de l’histoire et que tous ceux que je ne citerai pas qui écrivait que les USA cherchaient à draîner l’épargne du monde avec des taux d’intérât durable supérieur à ceux que pratiquaient la BCE avaient torts. La vérité, c’est que plus personne ne sait sortir de ces histoires planches à billet. L’effondrement est là, on ne sait juste que retarder son échéance et comme je le dis souvent faire une transfusion à quelqu'un qui souffre d'hémorragie interne sans colmater la fuite qui par conséquent devient une fuite en avant.

10/10/2019

Interbancaire les mousquetaires (la FED) de la liberté

REPO.png

 

 

 


Le 17 septembre dernier, la Réserve fédérale avait dû injecter en urgence 53 milliards de dollars pour faire baisser le taux du repo, qui rémunère la mise en pension livrée à très court terme de titres entre banques, qui avait soudainement grimpé en flèche à 10 %
On nous avait alors sorti le pipoti pipota que le paiement des impôts, qui tombait aux États-Unis le 17 septembre, avait contribué à assécher momentanément les liquidités des banques. Simple problème technique momentané...
Moins de cinq jours plus tard, la banque centrale américaine annonçait un programme d'injection de liquidités, d'un montant quotidien maximal de 75 milliards, et ce jusqu'au 10 octobre. Autant de mesures qui ont réussi à calmer le marché - les taux du repo ont été ramenés autour de 1,8 % .
Finalement, La Réserve fédérale américaine a annoncé qu’elle allait prolonger jusqu’au 4 novembre ses injections sur le marché interbancaire à hauteur de 75 milliards de dollars par jours.
Lorsqu’on sait que les prêts entre banques sont garanties par un collatéral, c’est-à-dire que l’emprunteur apporte un actif en garanti au prêteur afin de diminuer le risque de ce dernier, on  ne peut que s’inquiéter quand le marché interbancaire se grippe pareillement. D’autant que ces prêts sont généralement remboursés en 24 heures ou en deux ou trois jours.
En clair, si les banques ne se font plus confiance et que les collatéraux généralement des obligations souveraines dont la valeur ne peut être contestée ne sont plus suffisantes, cela signifie qu’il se passe quelque chose de très grave. La dernière fois, c’était en 2008, ça vous rappelle des souvenirs ? 

Dans le même temps La moitié des plus grandes banques de la zone euro ne survivraient pas à une pénurie de liquidités de six mois, a déclaré lundi la Banque centrale européenne (BCE).
Dans le même temps La moitié des plus grandes banques de la zone euro ne survivraient pas à une pénurie de liquidités de six mois, a déclaré lundi la Banque centrale européenne (BCE).
Rajouter à cela les 10 000 suppressions d’emplois d’HSBC à travers le monde
Notre destin est-il de sauver les banques ad vitam aeternam. Ca me rappelle l’histoire de ce pauvre Jean qui s’est pris une balle en voulant intervenir lors du braquage de sa banque. Est ce notre destin de s'appauvrir sur le lieu même de notre richesse et de sauver perpétuellement les banksters ?

JPC le Repos man