13/01/2019

Dernières lueurs avant le crépuscule

Bernard-Henri Levy sur les gilets jaunes

"C'est un vrai mouvement social. Mais animé par des passions tristes, mortifères, nihilistes.

" Le consommateur zombie ne peut être que mortifère, ça tombe sous le sens"

JPC

 

 Femme d'un grand philosophe en string hypermarket non mortifère

arielle3.jpg

 

 

Que nous apprennent les propos  de Marlene Schiappa qui veut identifier les donateurs de la cagnotte du boxeur, de Castaner qui dit que les manifestants seront complices des casseurs ? Sans oublier évidemment la cagnotte des forces de l’ordre à plus d’un million d’euros (qui sont les donateurs Madame Schiappa ?). Semaine après semaine toujours le  même discours, merci et bravo aux forces de l’ordre…

L’État social est progressivement, et pourtant de manière cohérente et sans relâche, en train de se transformer en un État policier,  un État qui protège de façon croissante les intérêts des corporations globales et transnationales de la maison Business France alors qu’il élève le niveau de répression et de punitions sur le front domestique.

Les problèmes sociaux deviennent de plus en plus criminalisés. La répression s’accroît et remplace la compassion. Les vrais problèmes, tels que le pouvoir d’H.A, le marché du logement  et le chômage massif sont négligés en faveur d’une politique d’endiguement, associée à la discipline et au contrôle. Les Français n'ont pas le sens de l'effort, ils sont donc responsables de la situation dans laquelle ils se trouvent. Pas de réconfort sans effort. C'est bien connu. Dans les démocraties de Marché, l'acte d'achat est plus important que le droit de vote car notre avenir commun se détermine au centre commercial qu'il soit virtuel ou réel. L'individu est donc intégré par son acte de consommation qui définit aussi son identité et son statut social. Lorsque le consommateur ne peut plus séparer le fait de vivre du fait de consommer et que le fruit de son travail ne lui permet plus qu'assurer ses besoins premiers, il devient un consommateur zombie dans une société où l'on ne cesse de nous faire confondre la vie avec une accumulation de gadgets.

 

gilets jaunes,evolution,rebellion,consommation,pouvoir acaht,pouvoi r on achat,futur,insurrection

La proximité de déserts économiques ruraux et de banlieues s’étendant et absorbant toujours plus de  consommateurs zombies , Not In The Labour Force susceptibles de ne plus jamais produire, demande une politique ségrégationniste plus stricte et des mesures de sécurité extraordinaires. De peur que la santé de la société et le  fonctionnement "normal " du système, ne soient mis en danger. Il s'agit donc pour survivre de se consacrer quasi exclusivement à la séparation étanche du consommateur zombie et à sa neutralisation afin que celui ci ne viennent perturber la société En Marche repliée dans les citadelles métropoles.

 

Le consommateur zombie doit  être déplacé vers de lointaines décharges : les territoires périphériques ou les banlieues avoisinantes, modernes oubliettes. C'est ainsi qu'il est placé fermement hors des frontières de la « vie normale »par la gentrification et le prix du mètre carré.

Merci et bravo aux forces du désordre

Séquence musicale

 https://www.youtube.com/watch?v=WsFfHdqNOWIséquence musicale

 

08/01/2019

LE GRAND EFFONDREMENT

 

La-grande-devalorisation.jpg

 

 

Si vous êtes arrivé ici par hasard et que vous avez l'intention de lire ceci, n'en faites rien, ne vous donnez pas cette peine. Au bout de quelques lignes, vous le regretterez. Il doit y avoir bien mieux sur Internet ou sur YouTube ou même à la télé. Genre distractions qui cassent pas le moral. ou alors puisque vous disposez de temps libre puisque vous êtes là, prenez des cours du soir pour devenir économiste. Comme ça, vous pourrez expliquer après la catastrophe ce qui s'est passé avant comme vos futurs confrères toujours aussi incapables de voir venir les crises, prisonniers de leurs historiques. Mais dans tous les cas de figure vous êtes foutu, je préfère vous le dire tout net.

Depuis plus de dix ans, j'ai pu préparer quelques centaines de personnes au désastre qui va suivre. Le Grand Effondrement que personne ne voulait voir car personne ne voulait croire que nous avions atteint les limites du système dans lequel nous vivons. 

La bulle verte, vous avez pu voir l'adhésion des gens. On ne modfie pas des comportements nocifs à coup de taxes. L'exemple des sextoys 1000 ans pour se dégrader tout comme les bouteilles plastiques le prouvent aisément. Les archéologues du futur n'en finiront pas d être étonnés par les habitudes des générations d'avant. Imaginez qu'un simple briquet jetable met 100 ans avant de se dégrader. Le plastique est partouze. 

http://blog.senkys.com/2010/12/necronomieox-le-comble-du-...

Voilà comment nous vivons, voilà où nous en sommes...

Bref bulle verte, démontez vous mêmes vos illusions ou demandez à un robot ou une IA de le faire.

Le capitalisme est le seul système ayant jamais existé qui contient à sa base une contradiction dynamique, et pas seulement un antagonisme : la transformation du travail en valeur est vouée historiquement à l’épuisement à cause des technologies qui remplacent le travail. Avec la robotique et bien évidemment l’Intelligence Artificielle nous n’allons pas assister à la dévalorisation de quelques métiers au profit d’autres, comme lorsque les maréchaux-ferrants ont été remplacés par les garagistes, et comme la manie des « requalifications » voudrait encore nous le faire croire. Maintenant, il s’agit d’une dévalorisation générale de presque toutes les activités humaines, visible dans l’appauvrissement rapide et inattendu des « classes moyennes ».

 Nous dérivons vers une situation où les humains ne sont plus que des « déchets ». Les personnes innombrables qui survivent en fouillant dans les ordures – dans le « Tiers-monde », mais pas seulement – montrent où va finalement une humanité qui a érigé le process de valorisation en exigence suprême : c’est l’humanité elle-même qui devient superflue, lorsqu’elle n’est plus nécessaire pour la reproduction du capital. Des masses croissantes de personnes ne « servent » plus, même pas à être exploitées, tandis qu’on leur a retiré toutes les ressources pour vivre. Et ceux qui disposent encore de ressources en font souvent un très mauvais usage

 Après la crise de 2008, l’effondrement catastrophique du système capitaliste mondial n’a pu être empêché que par une intervention massive des États et des banques centrales, comme jamais l’histoire n’en avait connue. Si l’on doit à présent subir les conséquences de cette crise, sous la forme de l’endettement public et des « politiques d’austérité » imposées à la société, ce n’est pas parce que nous aurions vécu « au-dessus de nos moyens » et qu’il conviendrait de se « serrer la ceinture ».

Bien au contraire, la société vit largement au-dessous des possibilités créées par les nouveaux potentiels de productivité ; seulement, ces potentialités se transforment toujours davantage en forces toujours plus destructives au sein du système capitaliste (voitures autonomes, magasins sans caissières, entrepôts sans manutentionnaires, robotique Intelligence artificielle,datamining,Big data…).

https://www.youtube.com/watch?v=7wzR_BVFsUU

 

La seule et unique solution qu'il reste désormais pour prolonger la survie puisque l'on ne peut plus remonter les taux est de transférer la totalité des dettes souveraines et des créances douteuses dans les banques centrales (qui pour le coup pourrait devenir des bad bank). Autrement dit de faire de l'helicopter Money en espérant que les Etats se restructurent réellement sans que les peuples ne se rebellent. 

 En route vers le Grand Effondrement

05/01/2019

La chenille (des gilets jaunes) qui redémarre…(un récap nécro)

macronerie.jpg

 

 

Dans l’idée que se fait la Macronerie des gilets jaunes, ils sont désespérément ringards et provinciaux : gaulois réfractaires, fumeurs qui carburent au diesel. Il sont peu au fait de l’économie, ils sont obnubilés par le foot et par les émissions de Patrick Sébastien…Abrutis par une surdose de télévision, ils sont à la fois absurdes et menaçants parce qu’ils ne souhaitent pas renverser l’Ancien monde mais qu’ils le défendent avec une irrationalité si profonde qu’elle s’exprime parfois avec violence... Dans leur élan pour s’isoler du risque  les Upper class (élites) désormais retranchés dans des métropoles citadelles se sont séparées non seulement du monde commun mais aussi de la réalité opérant ainsi une Grande Déconnexion. Nous sommes donc bel et bien dans une guerre des classes dans laquelle une Elite éclairée (telle est l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes) entreprend d’imposer ses valeurs à la majorité qu’elle perçoit comme incurablement xénophobe, raciste, homophobe, sexiste, banlieusarde et provinciale. Dans ce cas précis a surgi sous la pression l’idée d’un référendum à tiroir censé illustré un grand débat après lequel elle ne sera plus obligé d’affronter les masses ignorantes.

On continue, on ne change rien….

PS Dans toutes les démocraties de Marché, les Upper class ne voient plus l’intérêt de payer pour des services qu’elles n’utilisent plus puisqu’elles vont dans des cliniques privées et que leurs enfants vont dans des écoles privés