17/11/2018

Vulgarisation nécronomique : l'offre et la demande version psy

 

 

 

offre,demande,psychiatrie,economie,necronomie,marcel la feignasse,syndrome de koro,syndrome de dhatLe témoignage bouleversifiant de Marcel la Feignasse bandicapé 

 

"En fait quand j'ai été séparé de mes parents à la demande de ma mère pour être confié à ma grand mère, je devais voir une psy toutes les semaines. Cela a duré jusqu'à l'âge de seize ans. Elle démarrait dans la vie professionnelle. J'y allais car elle m'attirait physiquement.

 Une fois, j'avais été pris en train de voler de la pâte d'amande au prisunic mais aux yeux de l’assistante sociale, je n’étais pas un voleur. À l’origine, j’étais un obsessionnel compulsif. Elle venait d’obtenir son diplôme et avait encore tous ses textes de référence pour le prouver. Les obsessionnels compulsifs, me dit-elle, se consacraient soit à la vérification des choses, soit à leur nettoyage.Selon elle, j’appartenais à la seconde catégorie et je voulais simplement vérifier que la pâte d'amande était bien de la pâte d'amandes

 L’assistante sociale m’énonçait les symptômes, et je faisais de mon mieux pour les illustrer de façon manifeste avant de la laisser m’en guérir.

 Après avoir été un obsessionnel compulsif, j’ai été un cas de stress post-traumatique. A cause des engueulades de ma grand mère après le vol.

 Pendant environ trois mois après ma première rencontre avec l’assistante sociale, j’ai été un cas de dissociation de la personnalité parce que je ne voulais pas parler de mon enfance avec la dame.

 Puis j’ai été un schizoïde parce je ne voulais pas me joindre au groupe hebdomadaire de thérapie qu’elle dirigeait.

 Ensuite à l'aube de mes quinze ans parce que j'avais eu le malheur de lui raconter que j'aimais pas me mettre nu dans un vestiaire avec d'autres adolescents et pensant qu'elle allait me diagnostiquer un complexe du vestiaire (penser que l'on un sexe plus petit que celui des autres), elle jugea qu'il fallait être plus ambitieux dans une étude de cas.

j’ai donc eu le syndrome de Koro, lorsque vous êtes convaincu que votre pénis devient de plus en plus petit et que, une fois disparu, vous mourrez.

 Après cela, elle m’a fait avoir le syndrome de Dhat, lorsque vous êtes en crise parce que vous êtes convaincu que vous perdez tout votre sperme lorsque vous avez des rêves mouillés ou que vous pissez un bock. Elle m’a dit qu’il n’était pas surprenant que je sois tout le temps fatigué.

 À chacune de nos séances, elle me diagnostiquait un nouveau problème qu’elle me croyait susceptible d’avoir, et elle me donnait un livre afin que je puisse y étudier les symptômes. La semaine suivante arrivée, j’avais ledit problème, quel qu’il pût être, aussi sûr que deux et deux font quatre.

 Une semaine, pyromane. Une semaine, trouble d’identité sexuelle.

 En qq sorte, je suis devenu un spécialiste à l'insu de mon plein gré, c'est peut être la que j'ai raté le coche finalement. J’aurai pu être économiste au lieu de vivre d'une alloc ha,dicapé.

Merci Marcel pour cette vulgarisation nécronomique

 

16/11/2018

Yellow submarine

 

2516915843.jpg

 

Mini note

 

Je peux vous dire que là ou j'habite (une zone de sécurité prioritaire du 93) demain, il n'y aura pas de gilets jaune.

ça me fait un point commun avec les habitants de Paris huitième ou du  seizième

Gilets jaunes,colères noires,zombies

 

 

le-serpent-se-mord-la-queue.jpegDe Macron à Trump, nous vivons dans une ploutocratie mondiale. La colère des "Gilets Jaunes" identifiée comme la colère des classes moyennes, nous repose une question (chère à Huzun):

les classes moyennes sont-elles naturelles ?

Une grande fortune perdure de génération en génération, une grande pauvreté aussi.

Toutefois le statut de classe moyenne ne s'est jamais révélée être stable sans un peu d'aide. Tous les exemples, de classes moyennes stables ont eu recours à des interventions keynésiennes ainsi qu'a des mécanismes durables comme les couvertures sociales par exemple pour tempérer les résultats du marché.

C'est toute la difficulté voire l'impossibilité à laquelle se trouve confronté le gouvernement. Ne plus pouvoir à cause de l'endettement opter pour une politique Keynesienne. On ne peut quand même pas officiellement  créer des taxes ou des impôts pour financer des taxes ou des impôts.

Le gouvernement aura beau mettre en parallèle ce qui baisse et ce qui monte, le gens ne voient que ce qui baisse et ne veulent se livrer à des travaux comptables budgétaires. Ce qui est rendu trop cher par les taxes  doit baisser...Point barre…

Les économistes Keynesiens admettaient l'existence de corner ou d'ornières mais pensaient que l'on pouvait intervenir pour repousser à l'infini le blocage total mais il a été décidé par la ploutocratie que l'infini avait été atteint.

Ce blocage, nous y sommes et le gouvernement si il ne cède pas devra expliquer à des millions de gens qui l'ont perdu de vue que les classes moyennes ne sont qu'une invention du capitalisme pour combattre le communisme.

Bref que les classes moyennes ne sont qu'une légion de zombies comme je le dis souvent.

Mais bon ne dit-on pas, lorsqu'il n'y a plus de place en enfer, les morts reviennent sur terre

PS : j'ai entendu dire que du côté de La Rochelle, les zombies s'apprêtaient à bloquer un centre commercial.

Souvenez vous dans les bribes de leur cerveau mort, les zombies répètent les gestes qu'ils faisaient le plus de leur vivant (les courses).