16/08/2017

Cash cache party y en a plus...et propagande bruxelloise

 

 

 

crise,intelligence artificielle,destruction creative,destruction creatrice,destroy all monsters,societe sans cashMacron, c'est le croque-Madame sans œuf et sans fromage. Le croque-Monsieur honteux qui ne dit pas son nom.

Le croque LibéralGBT qui suit à la lettre l'ingénierie sociale et économique de Bruxelles pour laisser penser aux gens que dans un contexte d'austérité, ils auront plus de liberté. Le croque LGBT récupère Despentes et la hisse plus haute qu'elle ne l'est (Balzac), histoire de montrer combien il est tolérant et ne manque pas d'adorer  Xavier Dolan génie précoce salué comme un nouveau Cassavetes.

« Les actuels moutons de l’intelligentsia [...] ne connaissent plus que trois crimes inadmissibles, à l’exclusion de tout le reste : racisme, antimodernisme, homophobie. »
Guy Debord, Correspondance, [1993]1

En attendant, la chute de popularité de Macron est spectaculaire d'autant qu'elle n'est basée sur aucun véritable évènement, juste des petits couacs.

Comment dire ? Cela m'a fait penser à la feuille d'un arbre qui tombe d'elle même, à la fin de l'automne, un jour où il n'y a pas de vent. je ne m'étendrai pas sur le sujet, le vrai combat se situe désormais ailleurs avec la destruction massive d'emplois liée à l'intelligence artificielle sur lequel nous aurons l'occasion de revenir prochainement.

Ce qui ne chute pas par contre, c'est le Bitcoin qui atteint des nouveaux records en dépassant les 4200 dollars.

Certains annoncent même des sommets en appliquant la fameuse loi de Moore au Bitcoin, ce qui le propulserait selon les plus pessimistes à 50 000 Doll en 2027 et selon les plus optimistes selon à 100 000 Doll dés 2021.

Les fils de Ragnar qui n'avaient pas hésité à envoyer leurs banquiers en prison (les seuls) sont très actifs dans les crypto-monnaies. On aurait pu penser le contraire depuis le désastre des subprimes.

https://bitcoin.fr/enigma-une-mine-secrete-de-bitcoins-en...

Il apparaît aussi clairement que le Bitcoin devient un outil stratégique géoéconomique de premier plan qui exacerbe la rivalité Russo-Chinoise;

Plus étonnant et bizarre autant qu'étrange, la Money Power recommande aux investisseurs de considérer le Bitcoin comme une classe d'actif comme une autre. Alors que de mémoire d'investisseurs personne n'avait vu classe d'actif aussi volatile. Déjà trois Megacrash de 70 à 90%...D'un autre coté, il est de plus en plus évident que nous allons vers une société sans cash. Comme dit le grand Bill (Gates pas Buffalo) nous avons besoin de l'activité de banque pas des banquiers. Raison pour laquelle des licences bancaires sont attribuées tout azimut à des fintechs.

Essayons de décrypter où les chiens noirs essayent de nous emmener...et faisons l'inverse... 

https://www.youtube.com/watch?v=RKEzDc6xo8oE

En attendant, pour ceux à qui ils restent un peu de rond, suivons les recommandations de notre ami Ignatius

et investissons dans les cartes graphiques NVIDIA ou AMD Bitcoin un nouveau marché pour les cartes graphiques.

Théorie nécronomiste : "Pendant la ruée vers l'or, ceux qui se sont faits des thunes, ce sont ceux qui vendaient des pelles et des chariots...

 

 

03/08/2017

Bienvenue en 1Q2017

 

crise bancaire,faillite imminente,effondrement zone euro,faillite italie,espagne futur immédiat

                                       

Comme chaque année, à la même période, je suis allé voir le célèbre docteur Benway, pour avoir son diagnostic sur la situation.

« L’année 2017 où nous vivons maintenant n’est pas la vraie année. Car sans le Quantitative Easing et la planche à billets, nous vivrions quelque chose de totalement différent. Nous sommes donc en fait dans l’année 1Q2017 »

1 parce que les milieux économiques considèrent que 2017 est l’année du début du resserrement monétaire qui est censé préfigurer le retour à une situation « normale ».

Q comme Quantitative Easing

2017 comme L’année en cours

Autrement dit, ce que nous vivons n’est pas la vraie année 2017 et finalement  relève plus de la métaphysique que de l’économie. Néanmoins, ce que nous vivons n’est pas de la métaphysique et n’est pas un monde virtuel. Les douleurs que nous ressentons sont de vraies douleurs et la mort est la vraie mort, fut elle sociale ou économique.

Mais nous ne sommes pas dans le monde 2017 que nous devrions connaitre. Les prix ne sont pas les prix des actifs immobiliers et actions ne sont pas les prix réels  puisque ils ont été inflatés artificiellement par les achats massifs des banquiers centraux qui ont déversés des milliards en utilisant des méthodes dites non conventionnelles allant même jusqu'aux taux négatifs. Le quantitative easing était prévu initialement pour que l’argent ne reste pas stocké dans le coffre-fort des banques mais soit déversé dans l’économie réelle. Cela n’a pas été le cas. Les plus riches ont acheté des obligations souveraines ou même des actions sachant que la BCE était là pour les couvrir. Les plus pauvres se sont surendettés en prenant des crédits de vingt ans pour acheter à faible taux de l’immobilier très cher. Tout cela dans un contexte ou les pays sont surendettés et où l’hypothèse de grosses faillites bancaires se précisent en zone euro. Preuve en est cette dépêche de Reuters et ce projet de gel préventif.

http://fr.reuters.com/article/companyNews/idFRL5N1KJ668

Dis-moi JP, la dernière fois qu’une personne t’a mis un gel préventif, elle avait bien une idée en tête, non ???

01/08/2017

Un mythe moderne

 

Il existe une vraie convergence  entre la bulle verte et celle des nouvelles technologies qui sont censées également sauver le monde et le rendre plus humain avec des robots.

On observe chez les cadres sup stressés (le stress et les paillettes dans le nez) et notamment dans la Silicon Valley, une volonté de cette population de tout abandonner pour monter un jardin bio, grâce auquel, ils seront auto-suffisant.

Bien sûr, ils ne le feront jamais, cela restera un fantasme ou une névrose si cela s’amplifie.

C’est pour cela que l’on appelle cela « le mythe du jardin Bio ».

N’est pas Nécronomiste qui veut…