27/03/2019

France périphérique contre France téléphérique

HYPE.png

 

 

Le démontage d'illusions de la classe moyenne bat son plein. Comme vous le savez les classes moyennes sont un accident de l'histoire. Une invention du capitalisme pour combattre le socialisme tout comme l'invention des retraites par Bismarck.

La réalité, c'est que ou c'est cru ou c'est cuit mais le plat semi-cuisiné n'existe pas. Les classes moyennes sont donc sacrifiées.

Historiquement, elles étaient essentiellement composées par des gens qui brassaient l'information entre la production et la vente. Beaucoup oeuvraient dans les secteurs de la banque ou de l'assurance. Tous ces gens sont en train d'être remplacés par des logiciels, Data mining, Data Warehouse, puis Big Data et prochainement Intelligence Artificielle.

By By... rendez-vous au musée des métiers disparus derrière une vitrine. Ce sont des morts en sursis. On a pu s'en apercevoir avec le plan social du crédit immobilier de France qui avait permis autrefois à des "pauvres" d'acquérir leur logement mais dans un univers de taux où les taux d'intérêt sont très faibles et le resteront encore longtemps; ll faut dégresser massivement.

Dans l'hypercapitalisme, il faut être très qualifié ou peu qualifié. En gros, ingénieur ou livreur Amazon.

Au prix du mètre carré parisien, ces classes moyennes sont aussi en voie de gentrification totale et définitive. Ceux qui s'accrochaient à leur location dans le privé à Paris se feront prochainement projetées vers les banlieues avoisinantes, modernes oubliettes des métropoles citadelles. A Paris ne resteront que les riches propriétaires et les pauvres dans les logements sociaux. La loi duflot n'a jamais été appliquée et les loyers ont flambé. liberalisme à tout va…

Mais les banlieues avoisinantes seront une destination que ces classes moyennes futures déclassées refuseront pour aller dans la France périphérique, fer de lance de toutes les colères puisque si 2/3 de la richesse nationale est produite dans les métropoles citadelles. Les petites et moyennes villes ainsi que les zones rurales représentent la majorité de français.

Ce sont ces zones qui concentrent aujourd'hui 80% des couches populaires. Ces français oubliés dans des zones où les services publics ferment. Ces français qui voient tous les jours leur patrimoine immobilier perdre jour après jour de la valeur si ils sont propriétaires. Ces français qui sont aussi obligés de calculer les frais d'essence et leurs trajets à chaque plein. Ils sont condamnés à l'immobilité. Car avant de changer de région, il faut vendre sa maison mais à qui ? Dans des endroits où il n'y a plus de boulot? A des retraités ? Certainement pas dans des déserts médicaux.

Cette France périphérique a constitué le cœur des gilets jaunes auquel sont venus se greffer les classes moyennes urbaines en voie de déclassement et les retraités qui avaient voté massivement pour Macron et qui en ont été en guise de remerciement, les premières victimes.

Dans la logique Macronienne, il faut privilégier le travail et les retraités ne sont plus productifs. Pire encore, ils vivent plus longtemps et  sont une charge pour le régime des retraites et aussi pour la dépendance. Sujet qui sera réglé prochainement avec une deuxième journée de travail gratuite. Travailler plus pour gagner moins...

Les fonctionnaires ne seront pas épargnés. Ce sont les prochains sur la liste. Pour le reste les élites ne souhaitant plus payer des impôts pour les hôpitaux publics puisqu'ils se font soigner dans des cliniques, le budget de la santé sera également réduit. Tout comme celui de l'éducation pour les mêmes raisons puisque les enfants vont dans le privé. Les élites ne souhaitant surtout pas que leurs enfants dépendent de la carte scolaire et d'encourir le risque que leurs géniales progénitures se trouvent en classe avec Momo et Boubacar.

Cette France des élites des métropoles citadelles est la France des premiers de cordées. La France téléphérique qui ne laisse rien ruisseler, surtout pas de la sueur car leur job n'a plus aucun rapport avec le physqiue, raison pour laquelle ils ont si peur de la violence.

A ce jour, les morts sont dans notre camp.

Combien de conseillers de Macron sont ils morts écrasés par leur bureau ?

Combien sont ils en prison ? Le sourire abject de Nicole Belloubet se réjouir que sur 2000 personnes, 40% avaient été condamnés à de la prison ferme en dit long sur le fait que la répression ne sera accompagnée que de mesures bidons issues du grand débat.

Nécronomiquement votre

 

14/03/2019

Pour ceux qui n'ont pas vu l'Emission

https://www.youtube.com/watch?v=C53yyBHoB0E

26/12/2018

Récap Nécro et remerciements nécro

Natacha Polony est elle sans culotte ?

 

1523639309_2.jpgAu début j’étais un fœtus et puis la main invisible du capitalisme m’avait tiré au dehors (ho hisse ho hisse).

JPC

 

A la question posée au détour d’un hiver 2005 de ce qu’il ferait demain, l’homme seul qu’était par force, devenu JPC, répondit : « Je chroniquerai la crise à venir… ». Ce Seppuku économique fût l’acte fondateur de sa nouvelle vie

Je m’organisais un mode de vie différent et opaque. Je consommais très peu, dépensais le moins possible et me préparais à un effondrement économique dont on sentait déjà les prémices.

La crise de 2008 et son lot de dépôt de bilan me fournit un bon carburant.

L’économie de doucereuse et banale était devenue belliqueuse et brutale. La récession était là. Elle était apprivoisée par satellite et masquée d’un loup blême pour ne pas affoler le consommateur, muselée par la machinerie méthodique des médias et des pouvoirs politiques qui refusaient de la rencontrer. Le lecteur de soixante millions de consommateurs se souvenait-il qu’il était mortel ?

Dame Hagarde la ministre de l’économie appelait à la Charia du Marché dans le cadre du Djihad pour le pouvoir d’achat : pas de jours sans achats, magasins ouverts toute l’année y compris le dimanche, soldes toute l’année. Il fallait à tous prix soutenir l’économie qui reposait sur la consommation. On ne parlait pas encore de compétitivité. Des signaux gouvernementaux motivaient les foules et propulsaient les êtres par légions leur intimant l’ordre de dépasser d’une tête ou d’un talon les peuples voisins avec lesquels nous devions mutualiser nos intérêts divergents, suprême paradoxe. De choc en pacte se précisait l’impact. Les gouvernements tous convertis au libéralisme tentaient de promouvoir l’idée ridicule que le Marché maîtrise la promesse d’un droit au bonheur dans un paradis promis dont il fallait juste prendre la direction. Un paradis de stress et de paillottes pour la légion des damnés dont les rangs grossissaient journellement et qu’il fallait convaincre que l’on avance bien mieux le ventre creux. Beaucoup se sentaient déjà plus près de la mer que des coquillages essayant difficilement de ne pas sombrer vers l’inutile et le hors d’usage.

Quant à moi, je régnais en ange des charniers. Je contemplais les sépultures d’entreprise et comptais les plans sociaux qui précipitaient les salariés perdants du haut des tours vers les banlieues avoisinantes dont ils ne sortiraient plus jamais. Je venais d’inventer un métier : Nécronomiste. Il ne me restait plus qu’à chercher comment en tirer des revenus pour pouvoir en vivre. Ce n’était pas une mince affaire mais lorsqu’on l’on veut vraiment quelque chose on finit par y arriver…au pire, on meurt. Mon plan était simple : Rien ne pouvait m’arriver. Il ne me restait plus qu’à tyranniser les bobos comme Bélial ses laquais. Je les exhorterais à m’écouter, à se tenir avec moi au bord de la récession. Puis, je m’en irais vers d’autres cieux les abandonnant dans la Très Grande Dépression. Là où les chiens noirs n’arrêtent jamais d’aboyer et où l’aube n’arrive jamais ; Je m’en irais en les laissant seuls avec leurs tourments. N’avaient-ils pas crus après tout que l’austérité payerait le loyer des pauvres. Trop occupés à disserter sur  le réchauffement climatique et la transition intestinale que seule procure l’agriculture biologique.

Le blog crée en 2007 me permit de rencontrer des gens extrêmement intéressants que je remercie tous pour leur soutien et leur collaboration. Ce blog leur appartient autant qu’à moi. C’est ce blog qui donna naissance au livre « Crise et Mutation » qui n’a pas pris une ride et dont modestement on peut encore mesurer le caractère visionnaire.

Remerciements Nécronomiques