14/03/2020

L'interview terrifiante

 

 

coronavirs,covid 18,ebola,grippe,crise,récession,dépression,économie,mort,population,consommation,futurDans une interview accordée à la chaîne britannique Channel 4, le Dr Richard Hatchett, Président-directeur général de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations, une alliance internationale basée en Norvège pour développer des vaccins contre les maladies infectieuses, a expliqué les dangers à long terme du COVID-19, non seulement pour l'Europe, mais à l'échelle mondiale:
"La menace est très importante ... De nombreux épidémiologistes parlent du potentiel du virus en termes de taux d'attaque dans le monde qui pourraient se situer entre 50% et 70% de la population mondiale.
"Il est important de reconnaître que le virus est là et qu'il a un énorme potentiel de perturbation, de provoquer des taux élevés de maladie et même des taux de mortalité élevés ...
"Je ne pense pas que nous ayons affaire à la grippe ici ... c'est un virus qui circule maintenant dans une population qui n"a absolument aucune immunité ... Vous pourriez avoir un taux d'attaque trois fois plus élevé que grippe saisonnière avec un taux de mortalité dix fois plus élevé.
«La chose la plus préoccupante à propos de ce virus est la combinaison de l'infectiosité et de la capacité de provoquer une maladie grave ou la mort. Nous n'avons pas vu depuis 1918 - depuis la grippe espagnole - un virus qui combinait ces deux qualités de la même manière. virus très létaux - le taux de mortalité d'Ebola dans certains cas est supérieur à 80% - mais ils n'ont pas l'infectiosité de ce virus. Ils n'ont pas le potentiel d'exploser et de se propager à l'échelle mondiale ...
"Je pense que ce que nous voyons est un virus qui est beaucoup, beaucoup plus meurtrier que la grippe, et une population qui y est complètement vulnérable, et nous voyons sa capacité à exploser. Il a augmenté dans certains pays au cours des deux dernières semaines par mille et de nombreux pays voient les cas multiplier par dix ou cent. Il n'y a rien pour empêcher cette expansion de se poursuivre à moins que ces sociétés ne bougent de manière agressive, engagent leur public, mettent en œuvre de multiples interventions de santé publique, y compris l'introduction de la distance sociale .... nous devons modifier notre comportement. Nous devons commencer à le pratiquer maintenant. Nous devons modifier notre comportement de manière à réduire le risque de transmission du virus ... Un défi auquel nous sommes confrontés est que les personnes jeunes et généralement en bonne santé ne percevront pas le risque personnel et ils gouverneront leur comportement en fonction de ce qu'ils perçoivent comme étant leur risque personnel. Je pense que nous devons commencer à penser en termes de risque social. Si j'ai un rhume et que je vais travailler et me serre les mains avec mon collègue plus âgé qui a une maladie chronique, je pourrais être responsable de la mort de ce collègue. Nous devons tous penser à notre responsabilité les uns envers les autres que nous gouvernons notre comportement. Nous ne pouvons pas voir l'épidémie en termes de notre personnel risque, nous devons agir collectivement de manière coopérative ...
Je ne pense pas que ce soit une analogie folle de comparer cela à la Seconde Guerre mondiale ... Je pense que c'est une analogie appropriée et l'état d'esprit dans lequel les gens doivent entrer ...
Nous ne voyons aucun moyen qu'un vaccin puisse être disponible beaucoup plus rapidement que 12 à 18 mois, et même s'il devait être disponible dans 12 et 18 mois, ce serait littéralement le record du monde pour le développement et la livraison d'un vaccin Nous n'aurions pas sept milliards de doses de ce vaccin en 12 mois.
C'est un virus qui va être avec nous pendant un certain temps. Il y a beaucoup d'épidémiologistes qui croient que ce virus est susceptible de devenir endémique à l'échelle mondiale et d'être avec nous à perpétuité ... Je pense que c'est un virus auquel nous allons avoir affaire pendant des années.
C'est la maladie la plus effrayante que j'aie jamais rencontrée dans ma carrière. Cela inclut Ebola, le MERS et le SRAS. C'est effrayant en raison de la combinaison entre l'infectiosité et une létalité qui semble être beaucoup plus élevée que la grippe."

29/02/2020

Moment Minsky et Helicopter Money

 

crise,mutation,moment minsky,helicopter money,recession,tres grande depression,fin capitalisme;futurLe moment Minsky est une théorie developpé par l’économiste Hyman Minsky.
Pour mieux illustrer ce "moment", Krugman le prix Nobel d’économie utilise le dessin animé Bipbip : le "Moment Minsky", c'est quand le pauvre coyote se rend compte qu'il court au-dessus du vide, juste avant de chuter au fond du canyon. C’est précisément ce qui est en train de se passer avec les bourses qui se souviennent que les gens sont mortels et surtout le consommateur. Les bourses s’écroulent à une vitesse qui ne trouve d’équivalent qu’en 1928 lors de première Très Grande Dépression. Si vous lisez ce blog depuis un certain temps, vous savez que j’ai toujours dit qu’il n’y aurait pas de mutation sans dépression.
Nous y sommes…

Cela fait aussi longtemps, que je vous parle de l’helicopter money, la distribution de cash gratuit à tous les citoyens. Nous nous en approchons. A Hong Kong, c’est parti pour contrecarrer l’impact du coronavirus, tous les habitants vont recevoir 1180 euros. Rien foutre et être payé…on a sauvé les banques, il faut maintenant sauver les consommateurs en espérant qu’ils n’épargnent pas…La politique de l’offre ne suffit plus, il faut sauver la demande…

Pendant ce temps les bourses s’écroulent à une vitesse qui ne trouve d’équivalent qu’en 1928 lors de première Très Grande Dépression. Si vous lisez ce blog depuis un certain temps, vous savez que j’ai toujours dit qu’il n’y aurait pas de mutation sans dépression.
Nous y sommes…

 

21/12/2019

Crimes et châtiments

 

 

krisis,crimes,crise,mutation,retraite par capitalsaition,futur,Les mots « CRIME » ET « CRISE » partagent la même étymologie. Les deux proviennent du grec krisis qui signifie « jugement, sélection, séparation ». On définit une crise comme une situation dans laquelle les normes traditionnelles perdent leur emprise sur la réalité, alors que les nouvelles normes ne sont pas encore en vigueur. Lorsqu'il y a crise, donc, la loi naturelle ne règne plus et le crime se propage.
Faire porter la responsabilité de la crise aux victimes fait partie du jeu : vous êtes coupables de ne pas être capables de vous soumettre. vous subirez donc le chantage de la dette et la tyrannie de l'austérité.
De la même manière, la « confiance », mot magique de toute crise financière, répété comme une incantation par tous les larbins de l’économie de la dette (journalistes, économistes, hommes politiques, experts), n’est pas seulement garantie par l’énonciation ; elle a besoin de gages corporels et incorporels.
Dans l’économie de la dette, vous êtes condamnés à devenir capital humain ou entrepreneur de soi. Ce qui signifie assumer les coûts et les risques d’une économie flexible et financiarisée, coûts et risques qui ne sont pas seulement, loin s’en faut, ceux de l’innovation, mais aussi et surtout ceux de la précarité, de la pauvreté, du chômage, des services de santé défaillants, de la pénurie de logements, etc. « Faire de soi-même une entreprise » signifie se charger de la pauvreté, du chômage, de la précarité, du revenu du RSA, des bas salaires, des retraites amputées, etc., comme s’ils étaient des « ressources » et des « investissements » de l’individu à gérer comme un capital, « son » capital .
Dans ce cadre la retraite par capitalisation présente deux avantages :
- Renflouer les banquiers et les assureurs
- Transférer la responsabilité de l’épargne ou de l’incapacité d’épargner sur les individus.
Joli crime sur les plus démunis !!!