15/01/2012

Note biodégradable

 

Tous ces peuples étaient grands, parce qu'ils avaient de grands préjugés. Ils n'en ont plus. Sont-ils encore des nations ? Tout au plus des foules désagrégées.

De l'inconvénient d'être né,

Emil Cioran

 

 

Pendant que les politiques jouent encore la fable de la récession vaincue avant de jouer celle de la TGD à venir, aucun mensonge n'occulte plus leur impuissance où spectateurs de premier rang alors que nous sommes sur des strapontins éjectables en bout de salle, ils ont de plus en plus de mal à masquer la triste réalité : à savoir que  désormais incapables d'assumer un rôle protecteur , providentiel et répressif, leur existence même est superflue. Pourquoi seraient ils les seuls épargnés ???

 

c'est pourquoi, en l'absence totale d'une véritable vision, l'idée d'une économie productiviste à l'ancienne sauvée du chaos par la vertu de taxes et de réglementations refait surface. Lorsqu'on est prisonnier d'un historique, on ne peut prévoir l'avenir que dans le marc du passé.

 

Les projets actuels de droite, de gauche et du centre commercial ne visent qu'à nous faire prendre le chemin inverse de l'histoire qui jusqu'à lors nous était contée, nous présentant le tout comme une évolution alors qu'il s'agit d'une régression de plus de soixante ans puisque dés les années 50, le capitalisme avait compris qu'il tirait moins de bénéfices du sucroit de travail des masses laborieuses que de leur propension à consommer n'importe quoi.

C'est d'ailleurs le seul mérite des démocraties de Marché d'avoir dissous la nécessité de produire dans celle de consommer.

Cette période est révolue mais nous sommes tous contaminés et tout changement de paradigme entraînera immanquablement le phénomène de perte du bonheur. Les dépressions ne sont pas qu'économiques.

 

Il va falloir désormais nous apprendre à produire et à épargner dans l'ascèse suivant le modèle luthérien dont on vante les vertus mais dont on oublie qu'il a également créer un lumpen-prolétariat (sous prolétariat) durant l'époque industrielle et qu'il agira à l’identique dans le fantasme de la reindustrialisation rendue impossible par les écarts de compétitivité entre les pays.

 

Et tout cela pour renflouer une dette et des intérêts soumis au diktat de la sacro sainte balance des paiements comme vient de le préciser Standard and poors qui ne fait finalement que rappeler aux Etats les fondamentaux d'un scénario mondial dans lequel ils se sont engouffrés comme un seul homme.

 

En attendant la bulle verte, toutes les notes sont bio dégradables...Les hommes aussi...

Que les politiques cherchent à s'exonèrer de leur responsabilité est une chose, qu'ils comptent nous faire traverser le désert en buvant juste leurs paroles en est une autre.

 

En route vers la TGD

 

PS les politiques n'ont qu'une parole, raison pour laquelle ils la reprennent dés qu'ils en ont besoin.

 

 

08/01/2012

D'un champ à l'autre

 

On dit de Napoléon qu’il a gagné beaucoup de guerres car il faisait marcher ses hommes après la bataille pour officieusement les rapprocher du prochain objectif mais officiellement pour éviter une contre attaque en restant au même endroit pour s’y reposer.

C’est précisément ce que le petit Napoléon qui a vu le modèle US s’écrouler dés son arrivée au pouvoir fait actuellement avec nous et la marche forcée vers le modèle allemand où l’on produit plus que l’on consomme.

TVA sociale payée par les plus pauvres immédiatement et taxe Tobin pour les plus riches à l’initiative de notre pays donc sans effet (mais quel grand objectif)…, Ultime carotte pour faire avancer l’âne qui vient de comprendre que le prix de l’avoine va augmenter au moment où l’on va lui demander le plus d’effort.

Nos dirigeants ont compris désormais que la chute de la consommation, notre pilier traditionnel était inéluctable et n'ont plus peur de tuer une reprise qui ne viendra pas...Le consommateur est contaminé mais rattrapé par son pouvoir d’achat et le durcissement du crédit à la consommation.

Faire le choix de le taxer plus, c’est ramasser les dernières miettes de sa contamination et lui annoncer qu’il va falloir quitter le champ de bataille de "la consommation" pour se rendre sur celui, plus prestigieux, des sociétés postindustrielles en voie de ré industrialisation, le fameux champ de bataille de "la production" ou dans un élan collectif notre pays survivra en exportant son savoir faire. Les touristes qui complèteront à l’import le reste de nos recettes n’en reviendront pas…Quand ça existera...

En route vers la TGD

 

TVA SOCIALE

TVA sociale : L 'avis d'un des plus grand marketeur chinois

republication de la note du 07 7 2007 pour ceux qui ne la connaissent pas ou ne l'on plus en mémoire. Avec le recul, c'est encore plus impressionnant.

 

 

 

De passage à Paris avant de retourner à Istanbul, j'ai eu le plaisir de déjeuner avec Mr M...lobbyiste chinois, père d'une famille de plusieurs millions de personnes (c'est ainsi en chine, il y a un troisième pouvoir qui n'apparait jamais dans aucun commitment). Ceux qui le connaissent le reconnaîtront car c'est à lui que doivent le fait d'être implantées en chine plusieurs grandes entreprises Françaises notamment dans le domaine de la grande distribution.

je lui posais donc la question sur la TVA sociale et sa réponse fût sans appel, c'est pourquoi je vous la livre, parce que après tout l'avis d'une des plus grandes puissances mondiales en terme d'exportations devrait normalement être intéressante si nous n'étions pas en France, pays ou l'on marche sur les mains.

" Nous paierons les nouvelles taxes puisque cela sera la loi mais penser que nous allons en plus baisser les prix pour rester concurrentiel (avec un ecart de 1 à 10 lorsque les produits partent de chez nous) alors que vos entreprises installées chez nous n'espèrent qu'une chose, c'est que nous augmentions pas les salaires dans notre pays, c'est n'importe quoi.
Il y a toujours quelqu'un qui paye et ce quelqu'un c'est le consommateur, point final.

Ce n'est pas à la Chine de régler les problèmes français. Cela ne se passe pas comme cela aux Etats-Unis ou les consommateurs victimes de la crise immobilière se reportent massivement sur les produits importés, faute de cash, cela ne se passera pas en France, petit pays d’Europe du sud, qui a encore tant de réformes à faire.
Vous vous êtes enrichi sur la croissance asiatique, vous n'allez pas nous demander en plus de régler vos problèmes de sécurité sociale et de retraite."

Voilà, c'est dit ....
les prix des produits importés ne baisseront pas par le miracle du libre échange.
c'est ça la mondialisation, le vol du papillon à Shentzen a de l'impact à Paris.

Y a pas besoin de faire des années d'études pour apprendre le bon sens...fût-il chinois....