05/08/2018

invitation auteur Un message du grand Schtroumpf

bannon.pngSteve Bannon est un type extrêmement dangereux. Il parcourt l'Europe en offrant ses services de communication idéologique aux mouvements d'extrême-droite. Il travaille activement à les unifier. Il a une base où il reçoit, à Rome en Italie. Il a parfaitement saisit la faiblesse théorique du libéralisme, et surfe très bien sur ses systèmes, d'autant qu'il dispose pour ses activités de pas mal d'argent, de temps et de liberté, pour s'y ballades. On l'a vu à l'œuvre avec l'élection de Trump et avec son rôle dans le Brexit. Sa connerie est décomplexée mais il dispose d'une bonne intelligence stratégique et tactique. Il sait se montrer au bon moment, mais aussi se faire discret et attendre.

Lire la suite

31/07/2018

Le vécu et l’imaginaire

valeur.jpg

La fête du slip français macronien s’achève. Notre ministre de l’économie Lemaire vient de revoir ses prévisions à la baisse moins de 2% probablement 1,8 %. Nous sommes donc bel et bien dans un scénario de croissance molle ou de stagnation séculaire telle que l’avait prophétisé Larry Summers. L’équilibre global tient donc uniquement sur le fait que nos économies fonctionnent sous l’égide des banquiers centraux avec des taux zéro voire négatifs, dans tous les cas très peu élevés

Que peut-il donc se passer maintenant sachant qu’un flot de réformes impopulaires va arriver. Les fameuses réformes dites structurelles : diminution des allocs chomdu, age de la retraite repoussé jusqu’à 65 ans etc etc…

Deux hypothèses

La première est celle d’un choc de productivité généré par les Start up et les entreprises du nouveau monde. C’est la théorie du premier de cordée, c’est aussi la théorie de donner un vélo de course à quelqu’un qui pédale vite pour qu’il aille encore plus vite en se disant que ce choc de productivité finira bien un moment par ruisseler sur l’ensemble de l’économie. Il est à noter que l’autre grand théoricien de la stagnation séculaire Robert Gordon ne croit absolument pas en ce choc de productivité.

La deuxième hypothèse est celle du made in France slip français, miel français à la Montebourg etc…Le made in France peut se décliner aussi sur le plan touristique. Dès lors les français vendent leur art de vivre leur manière de porter le béret, de se laver modérément (pas de gâchis d’eau c à la mode). Grace à l’apprentissage les métiers du passé ressurgissent : maréchal-ferrant, vannier, ferronnier, nous redevenons des ruraux…Incroyable non…

Voilà pour résumer et entre les deux, la stag sécu (on aurait préférer la TGD Très Grande Dépression) comme l'a écrit Kurt Cobain dans sa dernière lettre : " Il vaut mieux brûler franchement que s'éteindre à petit feu."

 

 

27/07/2018

Les Nouveaux Barbares

 

th0Fgeek.jpg

 

Qui a entrevu la fierté illuminée sur le visage d’un SDF  apprenant que nous sommes encore la cinquième puissance mondiale et que nous venons de gagner la coupe du monde comprend qu’il n’y a rien à attendre des épuisés.

Walter Benjamin en avait fait le constat « Pourquoi les hommes combattent ils pour leur servitude aussi opiniâtrement que pour leur salut ?

Le  hollandisme se gaussait de la dentition des misérables, dans le jupitérisme macronien, c’est grâce au premier de cordée que les moins nantis peuvent bénéficier des minimas sociaux pour lesquels on ne leur demande rien si ce n’est d’avoir l’agonie discrète.

Ce qui change, c’est qu’un épouvantail géant survole toutes les démocraties de Marché, celui des transferts massifs de population. Nous y sommes ici bien loin de la fameuse fuite des cerveaux pour se rapprocher de l’avènement de ce que Walter Benjamin, toujours lui, nomme les nouveaux barbares. Personnellement, je n’ai pas peur des nouveaux barbares et je pense même qu’ils seront la planche de salut d’un système qui ne profite qu’a un nombre de plus en plus réduit et qui est voué à s’écrouler. Rappeur ou footballeur, le nouveau barbare ne reconnait rien et crée son chemin. La pauvreté de l’expérience l’oblige à créer à nouveau, à recommencer à zéro. Là où nous voyons des montagnes ou des murs, les nouveaux barbares voient des chemins. L’esclavage salariale ne leur permettant pas d’assouvir leur désir et leur frénésie de consommation, ils ne sont pas insérables ou formatables mais c’est justement parce qu’ils ne le sont pas que ceux qui le sont mais n’en peuvent plus pourront continuer de toucher des minimas sociaux ou autre revenus d’existence que l’on aurait tôt fait de leur supprimer pour les obliger à retourner au charbon.

Nécronomiquement votre