26/06/2012

La Bérézina et la retraite de Maastricht

 

Cette fois, c'est parti...envolée du chômage, chute de la conso et des recettes publicitaires, chute des investissements, une prévision de croissance en 2013 de 1% que l'on devrait ramener à zéro par pudeur puisque l'on ne veut pas évoquer le retour en récession rebaptisé croissance négative ...Et puisqu'il n'existe pas de miracle économique, l'unique sortie de crise qui nous est proposée : La marche forcée vers le fédéralisme dans une Europe où le repli identitaire n'a jamais été aussi grand et où les citoyens du marché redécouvrent la protection du socle de la nation, rangée, il y a encore quelque années au rang de concept pour peuple mélancolique ou nostalgique du « c'était mieux avant »

 

Selon un sondage réalisé auprès de 4.000 personnes en Allemagne, en France, en Espagne et en Italie, 78% des allemands, 65% des Français, 51% des Espagnols et 49% des Italiens souhaitent une sortie de la Grèce de la zone euro. Une grande majorité dans les quatre pays, qui représentent 254 millions d'habitants, s'attend à ce que la Grèce ne rembourse jamais ses créanciers internationaux.

 

On remarquera au passage que plus les gens perçoivent l'imminence de la chute de leur propre pays, plus ils sont indulgents avec les grecs...

 

En gros, aucun pays ne souhaite payer pour les autres et c'est chacun pour soi derrière le paravent national.

La marche forcée vers le fédéralisme ressemble de plus en plus à la Bérézina.

 

 

22/06/2012

Tittytainment ce soir à la Télé

 

Championnat d’Europe de roller ball dans l'arène des créanciers :

GRECE-ALLEMAGNE

Dégreçage Merkelien avec la magicienne des sphincters.

Posture d'offrande et memorandomisation contre fondements inébranlables du capitalisme rhénanien.

 

PS pour ceux qui ne connaissent pas le tittytainment :

 

http://necronomie.blogsmarketing.adetem.org/archive/2010/...

 

 

16/06/2012

Les interviews imaginaires de Nécronomie Internationale : Le diagnostic du Docteur Benway sur la décontamination consumériste.

 A Vince Taylor in the park

Docteur Benway :

 

Au stade terminal du consommateur zombi contaminé, la partie postérieure du cerveau subit une dépression permanente et la partie antérieure est pratiquement vidée de sa substance puisqu’elle ne peut agir qu'en réponse à la stimulation de l'arrière cerveau. Le crédit ou la dette à petite dose constitue un antidote qui parvient à stimuler le cerveau, un peu à la façon de cette substance disparue.

Toutefois, l’ingestion de crédit et de dette lorsqu'ils sont administrés à forte dose, provoque à plus moins long terme une dépression définitive du cerveau postérieur, très voisine de celle qu' on découvre au stade terminal de la schizophrénie ; autisme, absence totale d'affect et quasi totale d'activité cérébrale. Le consommateur zombi peut rester sept ou huit heures devant son écran de TV ou d'ordinateur. Il a conscience de son environnement, mais celui ci est dénué de toute implication émotive et d’intérêt car si le marketing crée le désir seule la consommation le tue.

Évoquer cérébralement une période de consommation intensive, c'est comme si on écoutait un enregistrement d’événements perçus uniquement par la partie antérieure du cerveau, un constat impersonnel et purement extérieur : « je suis entré dans un hypermarché, j'ai acheté du vin et du fromage. Je suis rentré et j'ai mangé. »

Pas de trace de nostalgie dans ses réminiscences...

 

C'est pourquoi,le passage de la récession à la dépression comme le vivent les grecs ne se fait pas par des choix de consommations intelligents, le consommActeur est un doux mythe alimenté par les bobos. Idem pour le consommateur citoyen (achetez français). Le consommateur contaminé devenu zombi se moque bien des plans sociaux qui se dissimulent derrière chaque d'achat.

En conclusion, si l on définit le plaisir comme le soulagement d'une tension alors seul l'acte d'achat peut vous soulager de tout ce qui constitue les processus de la vie, en mettant hors circuit le centre moteur de la libido et l'énergie psychique, c'est à dire l’hypothalamus.

Le consommateur contaminé devra muter, contraint et forcé...sous peine de devenir zombi.

 

JPC : Merci Docteur...Vous avez pas un peu de morphine project bonds qui traîne... ???