26/06/2016

JPC le roi de l'EXIT

 

 

Il y un an à peine, on nous racontait à propos de la Grèce qu’il n’y avait pas d’Exit Possible.

Nous étions alors parvenus au sommet de la domination de la Money Power. L’Exit n’était plus possible. C’est du moins ce que clamait La Money Power. Nous étions alors tels que l’avait prédit Nietzche sous le règne des hommes supérieurs, des élites et des parlementeurs européens. Ceux qui savaient pour nous, qui guidaient nos vies quitte à nous transformer en consommateur zombie. Mais ne l’étions-nous pas déjà à passer un tiers de notre vie à regarder des écrans de téléphones ?

La dernière marche qu’il restait alors à franchir pour l’économisme triomphant était de s’appropier l’Exit en décidant avant d’annoncer sa mort que celui-ci désormais ne pouvait se faire que par le haut. Ainsi, dans toutes crises ou négociations il fallait impérativement chercher l’Exit par le haut.

L’Exit dont on disait encore lors de l’épisode grec qu’il était impossible et dont nous nous apercevons aujourd’hui que non seulement, il est possible mais qu’il suffit tout simplement d’envoyer un courrier à Bruxelles. On a connu plus dur comme démarche.

 exit.jpgPersonnellement, j’ai trouvé mes seuls vraies joies dans l’Exit. L’Exit de chez mes parents, l’Exit de ma scolarité imposée par un conseiller d’orientation. L’Exit de toutes les relations forcées et des choix prédéterminés puis progressivement de tous les moyens qui m’étaient donnés pour rester intégré à une société dont Margaret Thatcher, grande prêtresse si ’il en fut, convenait qu’elle n’existait pas réellement.

L’Exit est mon royaume. C’est là que j’ai mon canapé-lit. L’unique endroit où je ne sens pas ma liberté aliénée et où je peux me reposer.

L’Exit est le meilleur moyen de n’avoir besoin de personne

Il est certes plus facile de se laisser porter par les flux, fussent-ils économiques, mais c’est en nageant à contre-courant que l’on se rapproche de la source.

C’est pourquoi, il y a bien longtemps que j’ai apprivoisé l’Exit et que je sais qu’il n’y a rien à en redouter.

Ne nous laissons pas priver d’Exit.

18/01/2016

Transhumanisme nécronomique

index.jpgEn ce début d'année qui voit des labos pharmaceutiques faire des test inquiétants sur des volontaires pauvres et au moment où notre président annonce un plan ambitieux pour l'emploi, je suis allé consulter notre ami le Docteur Benway psychiatre des démocraties de Marché devenu depuis Professeur de Biomathématique. Laissons lui la parole :

" Les miracles de la médecine moderne en interférant avec l'immunité naturelle, produisent à la longue d'un point de vue économique plus de maladie qu'ils n'en suppriment et coûte très cher à la collectivité des productifs.

Les sujets souffrant de troubles héréditaires qui étaient autrefois fatals chez l'enfant ou l'adolescent peuvent désormais prolonger leur vie économique indéfiniment et produire à volonté des descendants défectueux ou peu qualifiés."

Il concluait que les démocraties de Marché seraient inexorablement submergée par les pires spécimens de l'espèce humaine " les poils dans la mains" avec les plus mauvaises chances de survie économique dans une perspective à long terme.

Des ordinateurs vérifièrent ses prédictions : Au bout d'un siècle, les sujets souffrant de chômage chronique et nécessitant un traitement social permanent durant toute leur vie seraient majoritaires. Il n'y aura plus assez de gens en bonne santé économique pour cotiser pour eux.

En conséquence, une décision s'imposait : les inaptes n'auront plus le droit aux soins médicaux de quelque nature que ce soit à moins d'être stérilisés. L'inaptitude sera déterminée par une commission Bioéco et définie comme le fait de souffrir de toute maladie, condition ou tendance considérée comme économiquement indésirable.

Le transhumanisme économique était en marche, rien ne pourrait l'arrêter...

 

12/01/2016

Blunk generation et cubist blues

Vega (suicide) + Chilton enregistré en 95 mais qui ne sort que maintenant...Chroniqué par le frère d'arme JJR d'Istanbul :

 alan vega,transhumanisme,la grande deconnexion,crise,futur litterature

 

 

 

"Lorsque à travers le net, tout nous semble si aisément à porté de la main; l'horrible sentiment que plus rien n'est à découvrir se fait jour. Heureusement le Pluze ou le Blunk (blues & Punk) surgit!
Il faut bien une lumière noire si violente, si nécronomique, si nécrophotique pour détruire la fausse clarté du monde de l'écran.
L'écran fait écran, aveuglés que nous sommes par les pixels; puis les yeux braqués sur une sombre pochette de disque pendant une heure, un infracassable noyau de nuit nous éclaire.
Blunk generation!!"

 

https://www.youtube.com/watch?v=bixpOV25pVs&list=PLE6...