17/06/2016

La fin de l'histoire et des haricots (heures supp)

 

 

HISTOIRE.jpgIl y a plus de vingt ans, le philosophe économiste Francis Fukuyama annonçait la  fin de l'histoire.

Une fin occasionnée par la chute des dictatures et l'effondrement du bloc communiste. La pensée démocrate libérale semblait avoir triomphé partout dans le monde.

La terreur islamiste que nous vivons en ce moment, n'est elle pas que l'ultime  soubresaut du dernier adversaire idéologique d'un monde uniformisé en gouts et en couleurs ? Un monde qui va puiser son inéluctable avancée dans la force du changement au service du bien ëtre humain. Ou en tous cas, n'est ce pas ce que l'on essaye de nous vendre en ce moment sans nous demander notre avis. "Nous savons ce qui est bien pour vous".

 

Dans le même temps, les petits génies de la silicon Valley nous promettent des nouveaux modèles d'organisation sociale et d'économique. Ces modèles peuvent ils être pensés par des gens dont l'unique vocation est de devenir milliardaire ?

Avons nous traversé de telles périodes ?

Dans un contexte de disruption, Faut il oublier le passé pour se projeter dans le futur ?

Voici quelques unes des questions auxquelles nous allons essayer de vous répondre....

07/04/2016

En Marche

crise et mutation la grande deconnexion,election,macron,recession européenne

 

 

le lieutenant Macron dérivait de plus en plus vite, pris dans le vaste ressac du temps.

"Emerge et plonge, et émerge et plonge, suis le rythme des indices boursiers" répétait une voix nécronomique dans sa tête.

Macron sait que le temple de l'Elysée marque l'entrée du jardin des occasions perdues et des chances ratées.

Il sent l'impact d'une tristesse qui lui coupe le souffle. Une douleur qui peut tuer. Il sait désormais quelle monnaie d'échange a cours en ces parages.

Il sait également qu'on ne peut survivre qu'au prix de compromis. C'est pourquoi l'homo hollandus est une créature si empotée et si pitoyable défendant pieds à pieds avec affolement une position qu'il sait désespérément compromise.

Le lieutenant Macron connaît sur le bout des doigts la maquereau économie et n'ignore pas que depuis hier on peut pénaliser le client.

 

 Il se souvient de la créature joviale et porcine aujourd'hui perdue dans une faiblesse passive qui autrefois a été son mentor.

 

"Merci pour ce momentum"

 

A suivre