19/09/2011

Le bonheur est dans le prêt mais la mort à crédit...

Pour les Nécronomistes, l’économie est considérée comme la dynamo d’un système où TV, politique, sexe, Football et Euromillion sont d’une importance égale et où les hommes providentiels sont des symboles sexuels.

Ken Baroin et Barbie Pecresse peuvent ne pas croire au double dong et au retour en récession, ils ne peuvent envisager non plus la TGD et le châtiment des neufs orifices :

« La France tiendra grâce à son éternel pilier : la consommation… »

Un pilier tellement éternel que tous aimeraient le voir disparaître au profit de la production suivant le modèle allemand. La vérité étant que les Etats, ne sont plus à même de financer la consommation comme par le passé à grand renfort de dépenses publiques et sociales puisque celles-ci génèrent de la dette souveraine qui menace le pacte de stabilité que nous avons fait voter à tous sans jamais l’appliquer pour nous et pire encore qui menace notre notation.

Lire la suite

13/09/2011

Amis virtuels, gouvernements virtuels

j’ai croisé hier un jeune contaminé qui compte plus de 400 amis virtuels sur les réseaux sociaux.

Il m’a demandé 20 euros, somme que ses amis virtuels ne pouvaient lui donner car l’amitié virtuel ne se nourrit pas du mal être et s’accommode mal de la faim.

A l’instar, il existe aujourd’hui (le gouvernement socialiste de la Grèce le mesure pleinement) entre les gouvernements et la société civile autant de différence qu’une publicité pour Mac do et le sort réservé aux animaux de batterie.

Lire la suite

11/09/2011

Ragnarôk

 

Temps des tempêtes, temps des loups,

Avant que le monde s'effondre ;

Personne

N'épargnera personne

 

 

La pluie allant à la pluie comme l'argent à l’argent, il se devait pour la main invisible du capitalisme que l’on appelait la Money Power, au vu des averses suscitées par les ménages subprimés déviants d’Amérique, d’orchestrer un second déluge afin de noyer le péché à sa source sur cette Europe d'où jadis avaient immigré les banquiers ingrats qui n’ignoraient pas que le consommateur américain avait alimenté la croissance mondiale pendant vingt ans et permis le boom de la Chine et ses retombées dont l’Europe avait bénéficié et qui maintenant devait expier.

We play together, we pay together

 Comment les banques européennes et françaises, filles ingrates pouvaient telles être solvables puisqu’elles s’étaient laisser refiler naïvement ou pas (n’est ce pas SG)  par les banques américaines, les produits les plus toxiques qu’elles prétendaient avoir depuis provisionné sans mêmes les identifier…Elles étaient forcément sous capitalisées car seules les banques américaines connaissent le contenu du désastre.

 Les banques françaises l’étaient d’autant plus qu’elles étaient truffées de dettes souveraines de pays pour certains insolvables ou la population ne semblait pas résignée à l’idée de mourir pour son banquier.

Splaaaaashhh….passage du Stress test au Crash test….

Laurence Parisot pouvait s’indigner devant tel complot,  Christine Hagarde redevenant Lagarde US priait désormais que l’on ressuscite le consommateur zombi qui remplissait son caddy dans l’HyperMarché mondial.