11/12/2016

EN MARCHE...

 

fffg.jpgLa BCE et super Mario ont fait choix de sécuriser la sécurité toute l’année prochaine. La planche à billet ne va pas s’arrêter en mars mais durera jusqu’en décembre 2017.

Tout juste se réduira t’elle en passant de 80 Milliards par mois à 60 milliards par mois avec possibilité de repasser au 80 milliards en cas de problèmes. La Money Power peut se réjouir, tout le monde va pouvoir continuer de se goinfrer sans risque sur le dos des contribuables européens.

Dans un premier temps, ce sont les italiens qui s’étaient fait fourguer des obligations et des actions de la plus vieille banque de la planète qui vont passer à la caisse

Le sauvetage de quatre petites banques italiennes avait entraîné l'an dernier des pertes lourdes pour des petits épargnants, provoquant des manifestations et au moins un suicide, et le gouvernement veut éviter la répétition d'un tel scénario et devra donc secourir ses banques.

Depuis le début de l'année, l'indice des banques italiennes a perdu près de 50% à la Bourse de Milan.

 Ça sent bon le surf….

De source sure, on sait désormais que Super Mario réfléchit vraiment à de l’helicopter money pour les particuliers pour contrer le populisme si tout venait à échouer en 2017  et que les gens en aient ras bol de payer pour les banques. Autrement dit distribution gratuite d'oseille pour tous sans rien foutre en espérant que les gens consomment et ne l'épargnent pas...

Après Monte dei Paschi, c’est au tour d’Unicredit en janvier. Et là on est dans le systémique. Et le systémique depuis Lehmann, on sait ce que ça veut dire…

Pendant ce temps là

Pendant  que certains essayent de traduire le coran en provençal (Islam de France) sous les yeux de laïcards ébahis, les startupers de la nouvelle économie bâtissent une nouvelle cosmologie basée sur l’intelligence artificielle et l’entreprise-famille- nation telle qu’elle a été défini par les nouveaux maîtres du monde que l’on appelle les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon).

« Nous allons déraciner le bloc familial et sa cancéreuse expansion, tribus, pays, nation de sa source légume. Nous ne voulons plus entendre le baratin du père, le baratin de la mère, le baratin du prêtre ou de l’Imam, le baratin des partis, le baratin du patriotisme économique. »

En marche…

Vers quoi … ???

PS / Ross Ulbricht est toujours sur Linkedin

17/07/2016

Suicide et Mort active

images.jpgDans La Grande Déconnexion, j'insistais sur le concept de mort active et la différence qu'il pouvait y avoir entre un suicide et une mort active.

La mort active est une des grands nouveautés de l'époque que nous vivons. Faire le choix d'une mort active, c'est faire le choix d'une mort pour donner un sens à sa vie. C'est donc l'inverse de faire le choix d'une vie pour donner un sens à sa mort.

Le suicide ne marque quant à lui, le plus souvent que l'arrêt d'une vie vide de sens où chasser les pokemons sous Lexomil se révèle un traitement insuffisant.

Après Suicid'Air et Pan Ames Airlines dixit V

voici Cam-E-Kaz comme Nice vient de le vivre...

Y a que le mode de transport qui change...

En attendant Alan Vega le mythique chanteur du groupe SUICIDE est mort pendant son sommeil.

                               RIP Alan   https://www.youtube.com/watch?v=YXbIUhuSBvc

30/05/2016

Etau Négatif

 

 

jean pierre crepin,necronomiquement votreComment éradiquer un syndicat qui ne veut pas aller dans le sens du courant réformateur libéral comme les autres syndicats loués par le gouvernement ???

C'est très simple, il suffit d'appliquer la technique dite de l'étau négatif qui met en scène les insiders et les outsiders.

En gros, il s'agit d'expliquer que le trop de protection des salariés nuit à l'embauche des chômeurs.

On oppose ainsi les insiders (les salariés qui travaillent) aux outsiders (les chômeurs qui cherchent un emploi.)

D'en haut, le patronat peut critiquer un syndicat qui pourrait empêcher un employeur de choisir un salarié qui travaillerait pour moins et exigerait moins de sécurité ou d'assurances. Une sécurité dont on nous dit qu'elle bloquerait les  mécanismes correctifs du marché.

D'en bas ceux qui ne bénéficient pas d'une forme particulière de protection comme être membre d'un syndicat (et pour cause si ils sont au chômage) peuvent en vouloir au syndicat de ne s'occuper que de leurs adhérents.

Ainsi ceux qui ne bénéficient d'aucune protection comme l'appartenance à un syndicat vont-ils mettre en doute ce qui semblent être des bénéfices dont seuls les autres profitent et qui créent, plus irritant encore,des barrières à l'embauche.

 Ainsi grâce à cette subtile manœuvre le syndicat passe pour archaique et non réformiste et d’un coup de baguette magique lui incombe la responsabilité du manque d’embauche donc du chômage

 

Il est ainsi pris en étau, on arguera pour achever de le discréditer qu'il est plus facile de dire NON que dire OUI et hop le tour est joué...c'est l'Etau négatif

La vérité, c'est que comme les gouvernements et la banque centrale sont incapables par les politiques monétaires et budgétaires de s'en sortir par de l'inflation malgré les océans de liquidités qui on été deversés, il ne reste plus qu'à s'en sortir par la désinflation compétitive autrement la baisse des salaires.

D'où la fameuse inversion des normes dont on entend tant parler ces derniers temps et qui revient à laisser tous pouvoirs à l'entreprise : la flexibilité et même le paiement des heures supplémentaires comme viennent de l'expérimenter nos amis routiers qui heureusement ont réagit.

Souhaitons toutefois que les réactions ne soient pas uniquement sectorielles...

Nécronomiquement votre