14/03/2020

L'interview terrifiante

 

 

coronavirs,covid 18,ebola,grippe,crise,récession,dépression,économie,mort,population,consommation,futurDans une interview accordée à la chaîne britannique Channel 4, le Dr Richard Hatchett, Président-directeur général de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations, une alliance internationale basée en Norvège pour développer des vaccins contre les maladies infectieuses, a expliqué les dangers à long terme du COVID-19, non seulement pour l'Europe, mais à l'échelle mondiale:
"La menace est très importante ... De nombreux épidémiologistes parlent du potentiel du virus en termes de taux d'attaque dans le monde qui pourraient se situer entre 50% et 70% de la population mondiale.
"Il est important de reconnaître que le virus est là et qu'il a un énorme potentiel de perturbation, de provoquer des taux élevés de maladie et même des taux de mortalité élevés ...
"Je ne pense pas que nous ayons affaire à la grippe ici ... c'est un virus qui circule maintenant dans une population qui n"a absolument aucune immunité ... Vous pourriez avoir un taux d'attaque trois fois plus élevé que grippe saisonnière avec un taux de mortalité dix fois plus élevé.
«La chose la plus préoccupante à propos de ce virus est la combinaison de l'infectiosité et de la capacité de provoquer une maladie grave ou la mort. Nous n'avons pas vu depuis 1918 - depuis la grippe espagnole - un virus qui combinait ces deux qualités de la même manière. virus très létaux - le taux de mortalité d'Ebola dans certains cas est supérieur à 80% - mais ils n'ont pas l'infectiosité de ce virus. Ils n'ont pas le potentiel d'exploser et de se propager à l'échelle mondiale ...
"Je pense que ce que nous voyons est un virus qui est beaucoup, beaucoup plus meurtrier que la grippe, et une population qui y est complètement vulnérable, et nous voyons sa capacité à exploser. Il a augmenté dans certains pays au cours des deux dernières semaines par mille et de nombreux pays voient les cas multiplier par dix ou cent. Il n'y a rien pour empêcher cette expansion de se poursuivre à moins que ces sociétés ne bougent de manière agressive, engagent leur public, mettent en œuvre de multiples interventions de santé publique, y compris l'introduction de la distance sociale .... nous devons modifier notre comportement. Nous devons commencer à le pratiquer maintenant. Nous devons modifier notre comportement de manière à réduire le risque de transmission du virus ... Un défi auquel nous sommes confrontés est que les personnes jeunes et généralement en bonne santé ne percevront pas le risque personnel et ils gouverneront leur comportement en fonction de ce qu'ils perçoivent comme étant leur risque personnel. Je pense que nous devons commencer à penser en termes de risque social. Si j'ai un rhume et que je vais travailler et me serre les mains avec mon collègue plus âgé qui a une maladie chronique, je pourrais être responsable de la mort de ce collègue. Nous devons tous penser à notre responsabilité les uns envers les autres que nous gouvernons notre comportement. Nous ne pouvons pas voir l'épidémie en termes de notre personnel risque, nous devons agir collectivement de manière coopérative ...
Je ne pense pas que ce soit une analogie folle de comparer cela à la Seconde Guerre mondiale ... Je pense que c'est une analogie appropriée et l'état d'esprit dans lequel les gens doivent entrer ...
Nous ne voyons aucun moyen qu'un vaccin puisse être disponible beaucoup plus rapidement que 12 à 18 mois, et même s'il devait être disponible dans 12 et 18 mois, ce serait littéralement le record du monde pour le développement et la livraison d'un vaccin Nous n'aurions pas sept milliards de doses de ce vaccin en 12 mois.
C'est un virus qui va être avec nous pendant un certain temps. Il y a beaucoup d'épidémiologistes qui croient que ce virus est susceptible de devenir endémique à l'échelle mondiale et d'être avec nous à perpétuité ... Je pense que c'est un virus auquel nous allons avoir affaire pendant des années.
C'est la maladie la plus effrayante que j'aie jamais rencontrée dans ma carrière. Cela inclut Ebola, le MERS et le SRAS. C'est effrayant en raison de la combinaison entre l'infectiosité et une létalité qui semble être beaucoup plus élevée que la grippe."

18/01/2020

Badiou toujours au top

https://www.agoravox.tv/actualites/societe/articbaidoun ohilosophie,economie,age pivit, lebearux,reagan le/l-age-pivot-est-une-comedie-84526

01/12/2019

Américanisation et barbarie

 

 

ntih.jpgAprès la mort de deux adolescents en un mois dans le ghetto ou je réside, LCI a consacré une heure d’émission au sujet en invitant le philosophe Roger-Pol droit pour qu’il éclaire de ses lumières savantes le mystère des banlieues de sécurité prioritaire qui génère des « barbares »
Comme d’habitude et rien de nouveau sous le soleil, le philosophe, qui doit lire Nécronomie, a stigmatisé comme cause l’incommunicabilité avec les barbares qui a fait verser tant de flots d’encre à la meute journalistique et sociologique. Ainsi que l’absence de mots et de langage chez les barbares permettant une médiation quelconque.

Analyse nécronomique :

Qui ne vit pas avec moi et comme moi veut se suicider.
Qui ne parle pas comme moi, qui ne s’habille pas comme moi, n’est pas intégrable.
Tel est l’enseignement que l’Empire sème.
Mais les barbares sont sourds à des avertissements aussi puérils, Ces barbares ne parlent pas et ne comprennent pas la langue de l’Empire, et, ne veulent pas l’apprendre. Ils ne savent pas que faire de la structure sociale de l’Empire, de la laïcité, des actuels moyens de production, des papiers d’identité ou du RSA. Ils n’ont rien à demander aux fonctionnaires impériaux, ni rien à leur offrir.. Ils n’ont pas le temps de se demander si le capitalisme permet l’ascension sociale. Contrairement aux sujets mécontents qui voudraient devenir des sujets contents, la possibilité d’un monde plus juste et plus social n’intéresse pas ces barbares

Aujourd’hui, les barbares ne campent plus aux portes de la Cité. Ils se trouvent déjà à l’intérieur, ils y sont nés. Elles n’existent plus, les froides terres du Nord ou les steppes dénudées de l’Est, d’où faire jaillir les invasions. Il faut prendre acte que les barbares proviennent des rangs des sujets de l’Empire eux-mêmes. Ce qui revient à dire que les barbares sont partout. Pour les oreilles habituées à la langue de la cité, il est facile de les reconnaître puisqu’ils s’expriment avec un fort accent qui mixe l’arabe, le français souvent en verlan et l’anglais. Mais il ne faut pas se laisser abuser par cette novlangue, il ne faut pas confondre celui qui est dépourvu de langue avec celui qui parle une langue autre. Beaucoup de barbares sont en fait privés d’un langage usuel, rendus analphabètes par la suppression de leur propre conscience individuelle – conséquence de l’extermination de la signification réalisée par l’Empire. Si l’on ne sait pas comment dire, c’est parce que l’on ne sait pas quoi dire, et vice versa. Et l’on ne sait pas quoi dire, ni comment, parce que tout est banalisé, réduit au signe même, à l’apparence
Et quoi dire, que faire au milieu du désert ? nombre de sujets deviennent barbares dans leurs gestes. Une fois paralysée la langue, ce sont les mains qui frémissent pour trouver un soulagement à la frustration. Inhibée dans sa manifestation, la pulsion de la joie de vivre se renverse en son contraire, l’instinct de mort. La violence explose et, étant sans signification, elle se manifeste d’une façon aveugle et furieuse, contre tout et tous, ruinant tous les rapports sociaux. C’est n’est pas une révolution, même pas une révolte, c’est un massacre généralisé accompli par les sujets rendus barbares par un monde sans sens parce que à sens unique. Cette violence sombre et désespérée gêne l’Empire, troublé dans sa présomption de garantir la paix des esprits, mais cela ne le préoccupe pas. En soi, elle ne fait qu’alimenter et justifier la recherche d’un meilleur ordre public. Cependant, bien que facilement récupérable une fois montée à la surface, elle montre toute l’inquiétude qui agite en profondeur cette société, toute la précarité de la contention par l’Empire des vicissitudes du monde moderne.
La furie des barbares inspire de la terreur jusque parmi beaucoup d’ennemis de l’Empire comme Besancenot ou Mélenchon, désireux de vaincre mais avec les bonnes manières. En braves civilisés, ceux-là partagent le désaccord mais pas la haine ; ils comprennent l’indignation mais pas la rage ; ils lancent des slogans de protestation mais ne hurlent pas à la guerre ; ils sont prêts à verser la salive mais pas le sang.

Ce qui fait une grosse différence à l'arrivée….