26/06/2008

Bourses : y a du haut et y a Dubaï mais c’est pas ici…

La vieille question « que faire ? » s’est toujours posée à des moments ou l’économie apportait la réponse.
Cette époque est définitivement révolue.
Jour après jour, le scénario de la TGD se met en place, et l’économie de doucereuse et banale devient belliqueuse et brutale pour ceux qui pensaient encore l’apprivoiser en produisant pour se reproduire.
Curieuse, tout de même, cette idée reçue que la croissance est sans fin...
La récession va devenir la mesure universelle mais les marchés financiers n’ont pas encore perdu l’espérance.
Contraints de spéculer désormais sur la baisse des profits, ils méditent encore de vendre leur dépérissement à des petits actionnaires qui ne trouvent rien de mieux à faire que confier encore leur argent à ceux qui les ont ruinés
(double dong).

Ils ne nous appartient pas de briser leurs rêves. La dureté de la réalité s’en chargera, enfermés qu’ils sont dans un délire schizophrénique qui suggère que l’on sauve l’être suprême du marché au prix de sa propre existence.
Des organismes privés aptes à gérer la misère prendront bientôt le relais de l’état chancelant. La sécurité sociale en sera l’éclatante démonstration, de même que beaucoup de services publics (voir grève des éboueurs à Paris)
Durant cette période, que nous nommons la Très Grande Dépression et la perte du bonheur dans les démocraties de marché, l’économie n’aura aucune problème à exhiber sa faillite dans la mesure ou elle ne pourra retirer d’autres gains que de sa perte.
Elle le fera avec le même zèle qu’elle a déployé dans le spectacle du bien être.
Irlande,
UK
Espagne
Islande
Italie
France ou chaque enfant qui nait doit déjà 47 000 euros (faites des cadeaux à vos enfants, c'est eux qui les paieront)

Sont les premiers nominés de la vieille Europe ainsi que je l’écrivais, il y a plus d’un an sur ce blog.
Seront désormais exclus du système de protection des démocraties de marché, ceux qui auront démérité de leurs redoutables faveurs.
Cancéreux, sidéens, et tous ceux qui auront été « incapables » donc « bon à rien « de s’enrichir pendant les périodes de croissances telles que nous les avons connues seront irrémédiablement exclus, car il va falloir désormais financer l’arche de Noé des organisateurs du bal désireux de ne pas se faire agresser au quotidien.
Nuits merveilleuses du loto. Prisons et bracelets électroniques, économie de marché biométrique et FBI sont les réponses programmées car désormais, il va falloir changer de ton pour calmer les viticulteurs, les agriculteurs, les pêcheurs, les petits porteurs (retour à 3000 pts pour le cac +ou- 500pts) dans les mois qui viennent, et les primo-accédants.
Cécilia est à Dubaî, Carla est avec nous et chante la probabilité d’une île de Houellebecq.

Je vous laisse en tirer la confusion…comme disait l'ami J.


Nécronomiquement Votre

26/05/2008

Participation ou soumission ?

Heures supplémentaires, participation, intéressement ne sont en fait que des dispositifs visant à ne plus augmenter les salaires fixes donc à ne pas engendrer une spirale inflationniste supplémentaire prix/salaires.
L'objectif étant de lié de plus en plus la rémunération aux résultats des entreprises quitte même dans les cas extrêmes à transformer les salariés en VRP, méthode qui a fait ses preuves notamment au Japon, où Toyota a pu se redresser dans le passé en "recyclant ses ouvriers en commerciaux chargés de vendre une voiture au moins dans leur entourage familial (comme dans les assurances ou l'on forme des commerciaux (payés à la commission dont on sait qu'il ne vendront qu'une police ou deux dans leurs familles mais qu'importe car on conserve après les clients à vie).
La vie du salarié doit devenir celle de son entreprise et le salarié doit vivre
en partageant les risques de son employeur.
Ainsi en a décidé le marché.

Il faut se faire à l'idée que désormais les bas salaires fixes, la suppression des avantages sociaux, s'affichent dans les cours de bourses internationaux et dans le taux de croissance des pays.

Nécronomiquement votre

01/04/2008

Chasse aux papillons

Vous payerez deux fois, une fois en tant que spéculateur, une fois en tant que contribuable.

Les annonces se multiplient encouragés par la foule /

NEW YORK (AFP) - La banque d'investissement américaine Lehman Brothers (NYSE: LEH - actualité) , cible de rumeurs de difficultés financières, a décidé mardi de porter son appel au marché à 4 milliards de dollars, au lieu des 3 milliards annoncés la veille, encouragée par l'accueil favorable des investisseurs.

Les message des banques est clair "sans nous tout s'écroule"
nous sommes donc dans la phase 1, celle ou les spéculateurs espèrent les sauver en faisant du profit
Demain (court terme) ils decouvriront avec stupéfaction qu 'ils devront aussi le faire en tant que contribuable car le sursis n'aura servi qu'a payer les bonus.

Vous êtes venu, vous êtes revenus, vous êtes dedans....

Nécronomiquement votre