11/12/2016

EN MARCHE...

 

fffg.jpgLa BCE et super Mario ont fait choix de sécuriser la sécurité toute l’année prochaine. La planche à billet ne va pas s’arrêter en mars mais durera jusqu’en décembre 2017.

Tout juste se réduira t’elle en passant de 80 Milliards par mois à 60 milliards par mois avec possibilité de repasser au 80 milliards en cas de problèmes. La Money Power peut se réjouir, tout le monde va pouvoir continuer de se goinfrer sans risque sur le dos des contribuables européens.

Dans un premier temps, ce sont les italiens qui s’étaient fait fourguer des obligations et des actions de la plus vieille banque de la planète qui vont passer à la caisse

Le sauvetage de quatre petites banques italiennes avait entraîné l'an dernier des pertes lourdes pour des petits épargnants, provoquant des manifestations et au moins un suicide, et le gouvernement veut éviter la répétition d'un tel scénario et devra donc secourir ses banques.

Depuis le début de l'année, l'indice des banques italiennes a perdu près de 50% à la Bourse de Milan.

 Ça sent bon le surf….

De source sure, on sait désormais que Super Mario réfléchit vraiment à de l’helicopter money pour les particuliers pour contrer le populisme si tout venait à échouer en 2017  et que les gens en aient ras bol de payer pour les banques. Autrement dit distribution gratuite d'oseille pour tous sans rien foutre en espérant que les gens consomment et ne l'épargnent pas...

Après Monte dei Paschi, c’est au tour d’Unicredit en janvier. Et là on est dans le systémique. Et le systémique depuis Lehmann, on sait ce que ça veut dire…

Pendant ce temps là

Pendant  que certains essayent de traduire le coran en provençal (Islam de France) sous les yeux de laïcards ébahis, les startupers de la nouvelle économie bâtissent une nouvelle cosmologie basée sur l’intelligence artificielle et l’entreprise-famille- nation telle qu’elle a été défini par les nouveaux maîtres du monde que l’on appelle les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon).

« Nous allons déraciner le bloc familial et sa cancéreuse expansion, tribus, pays, nation de sa source légume. Nous ne voulons plus entendre le baratin du père, le baratin de la mère, le baratin du prêtre ou de l’Imam, le baratin des partis, le baratin du patriotisme économique. »

En marche…

Vers quoi … ???

PS / Ross Ulbricht est toujours sur Linkedin

06/10/2008

Le désarroi de l'elève Rouillan (suite)

973485698.jpg





Lorsqu'on découvre Olivier Besancenot, le fonctionnaire révolutionnaire en photo dans le New York Times, on croit tout d'abord avoir une hallucination, on se dit ensuite que le monde va décidément très mal et a basculé dans la TGD.
(D'autant qu'il est vêtu d"un tee shirt BOSS destiné à capter les jeunes de banlieues et leur montrer qu'il partage leur amour des Marques)
Mais lorsqu'on, voit dans la rue les manifestations à NYC de plus en plus véhémentes de Main Street contre Wall street,
on comprend le lien avec la photo de Besancenot car dans l'Union des Républiques socialistes d'Amérique, la colère gronde :
Après, les pauvres déjà décimés, l'épuration ethnique des classes moyennes va commencer avec le plan Paulson.

Dans ces conditions, nous pouvons nous targuer en France d'être à l'origine des deux systèmes économiques de demain :

La capitalisme Refondé et moralisé.
La révolution fonctionnarisée

Dans ce climat ubuesque, il était évident que le pouvoir n'allait pas laisser Jean-Marc Rouillan éminent ennemi armé du capitalisme, en liberté. Son passage au sein du NPA de Besancenot n'a pas rassuré les autorités qui lui préfèrent et de loin le facteur révolutionnaire adepte de la non-violence et des plateaux TV.
Jean-Marc ne doit pas en revenir de voir autant de révolutions mondiales en cours et doit rêver secrètement d'y amener sa valeur ajoutée, se disant qu'il est sorti au bon moment car finalement en vingt ans, rien n'a beaucoup changé et le maquillage s'en est allé.


Nécronomiquement Votre

02/10/2008

Enrichissez-vous : Prenez un banquier en viager

En France où tout est si délicieusement extravagant, il y a peu de temps, nous avions peur des plombiers polonais, nous aurions dû en fait comme les autres se méfier des banquiers américains.

Pour préciser le décalage qu'il existe dans notre beau pays, pour nos amis suisses, belges et Québécois, je préciserai simplement que nos syndicats sont actuellement focalisés sur la privatisation de la Poste.

Personne n'a encore pensé que dans les conditions actuelles du marché, l'opération n'était pas jouable et personne n'a même imaginé qu'il n'y ait peut être aucune compagnie mondiale intéressée pour entrer dans le capital de notre joyau européén d'acheminement de factures.

Bref, nous sommes encore dans le virtuel, entretenus en cela par notre Président qui sous l'influence de Carla, la plus belle femme de gauche du monde dixit son mari, vient d'avoir une immense révélation, a savoir que le capitalisme est fait pour créer des richesses pas des emplois...
Convaincu de son destin mondial, il a donc décidé de refonder le capitalisme (on ne rit pas...) en le moralisant (on ne rit toujours pas...woaow j'en peux plus) et donc dans la foulée d'aller faire adopter au monde entier ce nouveau modèle.


Concrètement, ce nouveau modèle ne doit pas être très éloigné de l'ancien, si l'on en juge de par la façon dont l'état lorgne actuellement sur l'épargne des français, les fameux 20 % d'épargne.
Hé oui, lorsqu'on ne peut augmenter les impôts ou pousser les gens à consommer, il faut taper dans leur épargne
Comme on peut plus le faire sur les produits d'assurance vie dont beaucoup étaient indexés sur le CAC, l'idée est donc d'aller se servir dans le livret A à 4% d'intérêts redevenu chouchou des français, pour financer l'économie.

La refondation du capitalisme par la France et son Président Karl-Nicolas Marxozy est en marche...
En route pout la TGD

Nécronomiquement votre