12/04/2017

Uberisation VS Survivalisme

Un vieux lecteur me faisait remarquer : l'histoire de l'imprimante 3D béton chinoise qui imprime une maison de 200m² en une journée pour 30 000$. S'ils passent au stade industriel, le BTP va perdre 80 % de son emploi. Belle perspective!!

À vrai dire, c’est comme cela pour tout. C’est pour cela que c’est une mutation. Une mutation n’est pas un truc qui se passe à la cool ou à l’ancienne.

Une mutation, c’est aussi une amputation. Une amputation en l’occurrence de quelques millions de personnes qui perdront définitivement de vue le monde du travail n’étant pas compétitifs ou ne pouvant le devenir malgré tous leurs efforts.

Dès les années cinquante, La Money Power avait compris qu’il y avait bien de cash à se faire de la propension des gens à consommer n’importe quoi, qu’a essayé de les faire travailler plus.

On nous a vendu alors la fameuse société de loisir où l’on allait travailler de moins en moins et devoir s’occuper en trouvant des loisirs.  Genre ne pas passer sa journée au bistrot quand on peut aller au musée.

Dans la phase trois où nous sommes, seuls ceux qui sont haut restent haut et tous ceux en dessous descendent d’un cran.

Il y aura ceux qui seront dégagés en zone noire. Pour eux l’écran s’éteint définitivement. Les Uberisés et autres auto esclaves qu’on va nous présenter comme un modèle d’avenir qui seront en zone grises.

« Qu’ils ont de la chance, ils sont leur propre patron et ils peuvent travailler pour plein de patrons à la fois. En plus, comme tous les autoentrepreneurs, on leur laisse la possibilité de vendre toute les merdes qui datent de l’époque où l’on confondait la vie avec une accumulation de gadgets sur des plateformes de vente, de louer leur appart, de jouer au poker ligne (  en plus ça fait rentrer de la TVA).. »

L’Ubérisation,  c’est le patron sans le pognon, c’est l’argent qui perd ses illusions.

Je préfère prendre un virage survivaliste.

26/01/2017

NI PUTES NI MISOGYNES

849644764.jpg

On savait depuis l’été dernier et l’épisode du Burkini que la France était définitivement un pays islamophobe.

Nos parlementaires ne voulant pas être taxés de misogynie genre bobonne à la maison mais se devant de faire barrage à l’islamisme radical genre « Ni putes ni soumises » ont heureusement, faisant preuve de leur légendaire créativité, trouvé une solution qui conviendra aux unes et aux autres tout en préservant l'identité nationale et les valeurs de la répoublique banalière.

Tout parlementaire homme pourra donc rémunérer sa femme à condition toutefois que l’emploi qu’elle occupe soit un emploi fictif. Ainsi devant une telle largesse, nos parlementeurs ne pourront être taxés de misogynie ou d’exploitation.

Par ailleurs et deuxième avantage, ne se rendant pas à l’assemblée nationale les femmes ne seront pas harcelées sexuellement par les députés libéraux des boîtes à partouze économique et les députés verts libre-échangiste dont le punch line est : « Un ptit trou dans le cul vaut mieux qu’un grand trou dans la couche d’ozone. »

Toutes ces mesures, on le voit bien, n’ont comme unique objectif que de préserver les femmes dans un monde hostile où même dans la plus puissante des démocraties de Marché, « elles se font attraper par la chatte. »

Nécronomiquement votre

26/12/2016

2017 / Année de la Disette

 année de la disette,fillon president,explosion systemique,ragnarok,crise sans fin,stagnation seculaire

Depuis 2008, début officiel de la crise, il semblerait que l’on n’ait pas assez compris la futilité des efforts de ceux qui recherchent la nécronomie aux sillons du banal.

Pour ceux d’entre nous qui se sont donnés du mal pour clarifier ce qui avait été laissé obscur, cela s’est avéré être une activité non profitable.

Pour d’autres qui en chevauchant sans complexe la fine frontière qui sépare l’avidité piquante de l’âcreté puante, ont luttés pour rétablir les non faits et les non-dits liés à leur inertie et à leur incompréhension de la situation, la crise s’est révélée comme un creux où jeter quantités d’ancres monétaires ou une montagne boursière aux nombreux fanions sans oublier une méga bulle immobilière crée par des taux historiquement bas.

Qui en fait étaient les bannis de l’épisode, sinon les champions de la clarté ? A savoir les nécronomistes…

Où étaient donc les témoins de la litanie économique qui fleurissent les plateaux TV quand leur forteresse de fécondité et de croissance fut dévastée par la bête subprimée, cet incube aux ovocytes congelés, aux bananes enflées ?

Et qui s’étonnerait alors que le basson des aliénés accompagne si stridemment les violons pourris des flatulents que la langue de bois, la narcolepsie et l’affectation répandent dans notre pays, tels des martinets de grande taille à moitié pourris mais soi-disant vertueux.

Se peut-il qu’un catéchisme Fillonesque aux blouses scolaires nous ait sournoisement menés à l’acceptation tacite des-il-faut-faire-des efforts Thatchérien ?

D’ici peu en invoquant Ragnarok, nous décerclerons la gelée qui brisent les rêves. De  celles qui démontent les illusions crées par l’étau négatif. De celles qui ayant anéanti les dinosaures cherche l’engloutissement de tout ce qui bouge.

 

Bonne Année à Tous, Chers Amis nécronomistes, la victoire est proche…

                                                JPC