06/10/2008

Le désarroi de l'elève Rouillan (suite)

973485698.jpg





Lorsqu'on découvre Olivier Besancenot, le fonctionnaire révolutionnaire en photo dans le New York Times, on croit tout d'abord avoir une hallucination, on se dit ensuite que le monde va décidément très mal et a basculé dans la TGD.
(D'autant qu'il est vêtu d"un tee shirt BOSS destiné à capter les jeunes de banlieues et leur montrer qu'il partage leur amour des Marques)
Mais lorsqu'on, voit dans la rue les manifestations à NYC de plus en plus véhémentes de Main Street contre Wall street,
on comprend le lien avec la photo de Besancenot car dans l'Union des Républiques socialistes d'Amérique, la colère gronde :
Après, les pauvres déjà décimés, l'épuration ethnique des classes moyennes va commencer avec le plan Paulson.

Dans ces conditions, nous pouvons nous targuer en France d'être à l'origine des deux systèmes économiques de demain :

La capitalisme Refondé et moralisé.
La révolution fonctionnarisée

Dans ce climat ubuesque, il était évident que le pouvoir n'allait pas laisser Jean-Marc Rouillan éminent ennemi armé du capitalisme, en liberté. Son passage au sein du NPA de Besancenot n'a pas rassuré les autorités qui lui préfèrent et de loin le facteur révolutionnaire adepte de la non-violence et des plateaux TV.
Jean-Marc ne doit pas en revenir de voir autant de révolutions mondiales en cours et doit rêver secrètement d'y amener sa valeur ajoutée, se disant qu'il est sorti au bon moment car finalement en vingt ans, rien n'a beaucoup changé et le maquillage s'en est allé.


Nécronomiquement Votre

09/12/2007

Marketing géopolitique : Le désarroi de l'éléve Rouillan

f48b0e97e30af116d92f8c7ba52fcf12.jpg



Jean-Marc Rouillan le fondateur d'Action Directe qui vient de recouvrir un régime de semi-liberté après avoir passé 20 ans en QHS ne va pas en revenir en voyant le guide suprême de la révolution reçu en grandes pompes en France.
Le plus grand opposant à l'échelon mondial des ces 40 dernières années...qui pas plus tard qu'hier au Portugal légitimait encore le terrorisme, "seul moyen des faibles pour se faire entendre..."

Eh oui...de l'eau est passée sous les ponts, et la France dont le déficit commercial dépassera les 40 milliards à la fin de l'année, ne peut plus faire la fine bouche devant le Business de ses rares exportations : Airbus, centrale nucléaire ou avion rafale financé avec l'argent du contribuable dont nous attendons encore la première commande.

Le colonel qui a demandé a rencontrer des ouvriers de chez Renault sera aussi étonné d'apprendre que Bernard Thibault qui les représentent et qui s'est illustré récemment par sa réddition dans la crise des régimes spéciaux, se déplace dans une Velsatis à 50 000 Euros conduite par un chauffeur.

Désormais le business prévaut sur tout le reste car nous en sommes là...
Bref comme le dit ce vieil adage libéral " Si tu veux pas vendre ton cul, te plains pas d'être pauvre"

Nécronomiquement Votre