24/04/2019

Nous avons une solution à la crise

mario-draghi-gift.jpg

 

 

 

sommes aujourd’hui avec une  BCE qui pratique  des taux nuls, voire légèrement négatifs, pour le refinancement des banques, qui achève son cycle de « Quantitative et qui promet encore une fois de refinancer massivement les banques pour les prochaines années. Dormez tranquilles, Messieurs les banquiers, tout va bien. 

Résultat des courses : rien pour l’économie réelle où les gens travaillent réellement.

La Bourse n’en finit pas de monter. Un gonflage de joues à la trompettiste (de Jéricho) sans fin. Personne ne sait pourquoi mais pourtant la raison est simple : ce n’est absolument pas lié aux résultats des entreprises mais au fait qu’elles se rachètent elles-mêmes leurs propres actions et inflatent ainsi artificiellement le Marché action.

Pour l’immobilier, c’est idem, les gens s’endettent sur des durées considérables parfois de trente ans comme si ils avaient une visibilité sur leurs revenus sur pareilles durées. Ce faisant, ils font le choix d'acheter très cher avec des taux très faibles en spéculant sur le fait qu’ils pourront vendre plus cher ou au moins au même prix. Ils agissent ainsi comme si les arbres montaient jusqu’au ciel. L’histoire des subprimes même si ils étaient fait avec des taux variables et pas des taux fixes nous a pourtant enseigner l’inverse.

Merci Mr Draghi, les plus riches se sont encore plus enrichis et les plus pauvres plus endettés.

Force est pourtant de constater que ces milliards déversés si ils ont permis pour l’instant d’éviter la TGD (Très Grande Dépression) n’ont pas permis de relancer l’économie réelle.

Partant de ce constat, il n’y a plus trente six solutions. Aller en territoire très négatifs parait difficile. Il est peu probable que les Allemands acceptent.

Reste donc la solution de l’Helicopter money et le rachat  et l’annulation des dettes souveraines par la BCE. La solution qui consiste en de grands travaux européens. Et enfin la solution d’Helicopter money à destination des entreprises ou des particuliers.

Vous vous en doutez bien. Au cours de la dernière réunion de Nécronomie Internationale, nous avons voté à l’unanimité pour l’Helicopter money se fasse en direction des particuliers et que tous les comptes en banque des particuliers de la zone Euro soit crédités

Le retour du Keynésianisme par la grande porte et l’aveu pour les gouvernants que l’on peut créer aussi artificiellement une demande (et pas seulement une offre) et générer de la consommation pour relancer l’économie.

Voilà, on nous reproche souvent de ne pas être des solutionnistes mais vous voyez ce n’est pas le cas. Il se passe que nos solutions ne sont pas acceptables dans un monde où on érige le travail en guide suprême de nos vie.

Allez parler du rien foutre et être payé à Macron…

L’histoire retiendra qu’un petit groupe d’iroquois rassemblés sous la bannière de la Nécronomie avait une solution.

 

01/03/2009

DOKTA OBAMA

Connaissez vous l'histoire du petit Nicolas, génial sprinter parti pour rattraper tout le monde dans un marathon parti 60 ans auparavant alors qu'il n'était pas né et qui, alors qu'il franchissait la ligne d'arrivée, vit s'effondrer ce en quoi, il avait cru toute sa vie... Le modèle US...

C'est l'histoire de notre pays et l'histoire,hélas, de notre Président, ainsi débarrassé de tout socle idéologique...

Si l'on s'attache à comprendre le plan de relance de Barack Obama (relance de la consommation à outrance), augmentation massive des impôts a partir de 250 000 dollars par an, suppression de niches fiscales et chasse fiscale (voir l'épisode des comptes en suisse ou il demande l'identité des 52000 américains possesseurs de compte chez UBS...Tiens curieux, en France, on a pas entendu de voix se lever pour réclamer la fin du secret bancaire...)
Si l'on ajoute la couverture sociale pour tous et si l'on en prend en considération ses promesses comme réduire l'endettement du pays de moitié afin de ne pas laisser trop de dettes aux enfants et aux petits enfants,
Il est aisé de constater que non seulement les USA font les choix inverses de la France mais mieux encore que nous assistons ni plus ni moins qu'à un changement de régime aux USA.

Pour simplifier, ils veulent commencer à faire comme nous (en mieux car ils nationalisent les banques) au moment ou nous voulons commencer à faire comme eux dans l'ancien modèle...

C'est ce qu'on appelle chez les nécronomistes, croiser le bonheur...