19/05/2020

Décompte COVID

Mes amis de la résistance ont mis en place ce site, je vous invite à participer à l'opération

 

 

https://www.decomptecovid.fr/

29/04/2020

Les damnés et les sauvés (le sacrifice des classes populaires)


.crise covid,coronavirus,sacrifice classe populaire,travail,transports,pandémie,récession,dépression,raisins de la colère,responsabilité
Personne ne conçoit les dommages collatéraux du progrès économique ni ne trace encore moins à l’avance la ligne qui va séparer les damnés des sauvés. Personne ne donne les ordres, personne ne porte la responsabilité, comme le héros décontenancé et désespéré de John Steinbeck dans Les Raisins de la colère l’apprit à son grand désarroi : voulant se battre, fusil à la main, pour défendre sa ferme qui n’était plus « économiquement viable »,] il ne réussit pas à trouver un seul responsable malveillant, auteur de son tourment et de sa détresse, sur qui tirer.
Les appels manifestement absurdes à retourner au travail malgré la pandémie et à se sacrifier pour l’économie, deviennent de plus en plus pressants. Sans quoi la société capitaliste est menacée d’effondrement, car elle ne peut se reproduire socialement que lorsque les processus d’accumulation réussissent. L’économiste Daniel Cohen considère que l’on peut décomposer désormais la population en trois tiers après la crise : Un premier tiers qui télétravaillent en maitrisant le numérique, un deuxième tiers dont la présence est indispensable physiquement et un dernier tiers qui ne maitrisent pas le numérique et qui accomplit des tâches non indispensables. ( il estime par ailleurs qu’aux USA ce « dernier tiers » en France représenterait 45 % de la population.
Ce sont toutes ces personnes qui vont former la légion des damnés et sont définitivement condamnés.
S’il est une chose dont ils peuvent être certains, c’est qu’ayant été rejetés du seul jeu qui existe, ils ne font plus partie des joueurs — et l’on n’a donc plus besoin d’eux. Jadis, le fait d’être un producteur potentiel était suffisant pour remplir les conditions requises à l’admission dans la société des producteurs. Promettre d’être un consommateur diligent et prétendre au statut de consommateur ne suffît pas, cependant, pour être admis dans la compagnie des consommateurs. Cette société n’a pas de place pour les consommateurs défectueux, incomplets, inaccomplis. Que ce soit par une sentence explicite, ou par un verdict sous-entendu bien que jamais officiellement publié, ils sont devenus superflus, inutiles, non désirés et indésirables
La production d’une humanité économiquement superflue, laquelle résulte de la crise systémique du capital se déployant par à-coups, et qui pouvait être jusqu’ici largement répercutée sur les salariés de la périphérie au cours de la concurrence de crise, frapperait donc les centres de plein fouet si la lutte contre la pandémie devait s’installer dans le temps. Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de nous protéger contre la pandémie dans le cadre des contraintes capitalistes. D’où le sacrifice des classes populaires dans les transports en commun.

15/03/2020

Vie et mort de l'homo economicus

 

coro.jpg

 

 

Le débat qui agite aujourd’hui la société à savoir faut-il soigner les plus jeunes plutôt que les plus vieux ne date pas d’aujourd’hui. Le premier Nobel d’économie français Gérald Debreu posait en son temps la même question avec ses travaux sur l’équilibre général. Notre société repose sur un équilibre, celui de la durée de vie des très vieux. Fallait-il les débrancher plus tôt pour faire des économies de sécurité sociale ou les maintenir sous perfusion pour créer des emplois de jeteurs de couches usagées ?
Depuis, la course en avant à pousser les gouvernements à légitimer des programmes d’austérité, l’idéologie d’austérité a arraché au nom de la rationalisation les derniers budgets des hôpitaux publics. Faire mieux avec moins, nous en payons le prix fort aujourd’hui. Combien de fois avons-nous entendu cet argument stupide « Nous vivons au-dessus de nos moyens. »
La vérité du moment qui explose est en fait l’inverse :
Nous mourrons en dessous de nos moyens.
Ce n’est pas pour rembourser les dettes de l’État qu’on a diminué drastiquement les budgets de la santé, mais pour garder un peu plus longtemps un semblant de crédibilité face aux marchés financiers, dans le but de pouvoir continuer à emprunter. C’est le caractère cynique des programmes d’austérité mis en place dans les pays du sud de la zone Euro. C’est uniquement pour que la zone Euro puisse maintenir encore un temps le simulacre de la capacité de rembourser ses dettes que des malades sont poussés vers la mort.
Savoir si les hôpitaux sont entretenus et les médicaments produits en France ne peut pas dépendre du fait de savoir s’il y a assez d’argent ou d’un quelconque critère de rentabilité. On ne peut pas transformer chaque individu en centre de perte ou de profit.
Le seul et unique critère doit être la satisfaction des besoins concrets. S’il a été décidé, par « manque d’argent », d’abandonner des ressources, il faut se les réapproprier. Espérons qu’au-delà du discours de notre Président des actes concrets surgiront. J’en doute fort.