04/09/2019

Histoire d’un effondrement et un peu la mienne

 

 

Les%20economistes%20sont%20de%20sales%20cons.jpg

Les trois phases /
1 La Grande Modération
2 la Grande Récession
3 Le Grand Effondrement

 

La Grande Modération
Les États-Unis avaient connus une longue période d’expansion à peine interrompue par un léger contretemps, suite au krach du Nasdaq en avril 2000, et aux États-Unis, ainsi que dans de nombreux pays avancés, tant l'inflation que le chômage suivaient une tendance à la baisse. Les économistes de premier plan baptisèrent cette période la « Grande Modération ».
Après les turbulences qui avaient fait rage de la fin des années 1960 à la récession du début des années 1990, les économistes semblaient avoir enfin trouvé le Graal de l'économie. En gros, il s’agissait de rejeter tout l’apport de Keynes et la révolution Keynésienne l’homme qui avait sorti le monde de la Très Grande Dépression.
Concrètement il s’agissait de limiter l’intervention de l’État et d’assurer une liberté totale aux Marchés notamment financiers qui ne devaient plus être entravés. Quant aux politiques budgétaires, si au début, il était admis de laisser courir les déficits en période de ralentissement et de dégager des surplus en période d’expansion, rapidement il fût décidé d'obtenir des surplus quelle que fût la situation économique, afin de réduire l'ampleur des interventions de l'État. L'unique outil de politique économique jugé utile était la manipulation du taux d'intérêt – par une banque centrale politiquement indépendante, elle-même contrôlée par des économistes – avec le contrôle du taux d'inflation pour objectif.
La Grande Récession
L'économiste en chef de l'OCDE, Jean-Philippe Cotis, était également optimiste au sujet des perspectives économiques immédiates, à la fin du mois de mai 2007 : Dans ses Perspectives économiques de la fin de l'automne, l'OCDE considérait que le ralentissement américain ne constituait pas un signe annonciateur d'une période de faiblesse économique au niveau mondial, comme ce fut le cas, par exemple, en 2001. Il faut plutôt s'attendre à un léger rééquilibrage, où l'Europe reprendra aux États-Unis le rôle de moteur de la croissance des pays de l'OCDE.
Soudain, tout ce que la théorie néoclassique jugeait impossible arriva d'un seul coup : chute libre des marchés d'actifs, effondrement de forteresses financières centenaires, telle Lehmann Brothers, et évaporation des caractéristiques propres à la Grande Modération. Le chômage s'envola et la molle inflation laissa la place à la déflation.
Confrontés à une déconnexion totale entre ce à quoi ils croyaient et ce qui se déroulait réellement, les économistes réagirent d'une manière profondément humaine : ils paniquèrent. Subitement, ils jetèrent toutes leurs règles politiques néoclassiques par la fenêtre et commencèrent à se comporter comme des économistes dopés aux hormones « keynésiennes ». Après avoir rejeté l'intervention étatique, le déficit budgétaire, et encouragé la création monétaire pendant des décennies, ils prônèrent l'omniprésence de l'État. Les déficits budgétaires atteignirent des niveaux qui éclipsèrent ceux qui avaient cours durant le keynésianisme démodé des années 1950 et 1960, et la monnaie banque centrale coula à la manière des chutes du Niagara. Ben Bernanke, le directeur de la Réserve fédérale, doubla tout simplement la quantité de monnaie banque centrale dans l'économie américaine, en seulement cinq mois, alors même que le précédent doublement avait pris treize années. Le long déclin du ratio de monnaie banque centrale créée sur le niveau de l'activité économique, qui, de 15 % du PIB en 1945, avait diminué de 5 points en 1980 et de 6 points au moment où la crise se déclencha, s'interrompit en moins d'une année, quand la politique de « Quantitative Easing de Bernanke conduisit ledit ratio à atteindre de nouveau les 15 %, en 2010.
Le sens de cette période est bien retranscrit dans On the Brink de Hank Paulson :
« Nous avons besoin d'acheter des centaines de milliards d'actifs », déclarai-je. Je savais mieux que personne qu'il aurait plutôt fallu dire trillions. Mais cela aurait causé un arrêt cardiaque. « Nous avons besoin d'une annonce cette nuit pour calmer le marché, et de nouvelles lois la semaine prochaine », dis-je.
Je m'étais demandé ce qu'il adviendrait si nous n'avions pas l'autorité suffisante pour obtenir l'effet que nous recherchions. « Que Dieu nous vienne en aide », pensais-je}.
Après avoir jeté par la fenêtre leurs principes économiques chéris et cédé à la panique, les économistes durent faire face au public : « Pourquoi ne l'avez-vous pas vue venir ? Et puisque vous êtes des experts de l'économie et que vous étiez aux commandes, pourquoi la crise a-t-elle tout de même eu lieu ? » La première question a été posée à merveille par la reine d'Angleterre qui s'adressa directement aux économistes universitaires, au sein de la prestigieuse London School of Economics :
Lors d'une conférence tenue par des universitaires à la London School of Economics, sur les turbulences des marchés internationaux, la Reine demanda : « Pourquoi personne ne s'en est aperçu ? »
Le professeur Luis Garicano, directeur de la recherche du département de gestion de la London School of Economics, avait expliqué les origines et les effets de la crise du crédit alors que la Reine inaugurait le nouveau bâtiment universitaire qui avait coûté 71 millions de livres.
La Reine, qui évite soigneusement la controverse et ne donne jamais son opinion, décrivit alors les turbulences des marchés comme une situation « affreuse ».
La réponse que les économistes donnèrent à la reine devint l'antienne de la profession qui, après des années de domination sans partage sur les politiques économiques et sociales à travers le monde, se retrouvait soudainement sous le feu des critiques, ses propos étant ouvertement tournés en dérision. Selon eux, ce n'était pas leur faute car « personne n'aurait pu voir venir la crise ».
Source Steve Keen « l’Imposture économique »
Personne ?
Si, en fait 9 économistes au plan mondial et un commentateur économique.
Et plus modestement votre serviteur JPC qui lisait pour une raison personnelle deux de ces économistes : Nouriel Roubini que personne ne connaissait avant la crise et surtout l’australien Steve Keen qui critiquait tout comme moi fortement les soi-disant « sciences économiques ».
Après avoir cessé une activité professionnelle qui m’avait fait vivre pendant vingt ans en tant qu’expert dans les mutations consommateurs (le fameux consomActeur) et pendant laquelle j’avais assisté à la folie de la bulle Internet pendant laquelle je gérais alors un fond d’investissement qui allait donner lieu à quelques belles opérations comme Rue du Commerce et Easy Voyage mais aussi de belles planteries.
Je mettais court à tout en 2001. C’est alors, que je m’apercevais que les prix de l’immobilier avaient considérablement augmenté. Je vivais alors avec une femme depuis plusieurs années. Cette femme disposait d’un petit pécule et se mit en tête d’acheter un appartement. Nous vivions alors sur un principe quasi-communiste. Chacun payait le loyer suivant ses moyens. Elle était au chômage et je gagnais pas mal d’argent. Donc, je payais plus mais je trouvais cela normal. Un jour, notre immeuble fut vendu à la découpe, notre loyer était d’environ mille euros de loyer par mois pour un cent mètre carré. Ce qui n’était pas cher même situé dans le 18em à La Fourche un quartier coloré. Nous quittâmes l’appartement avec deux ans de loyers d’indemnité que j’avais dûment négocié. Ma copine finit par trouver un boulot et avec son pécule ajouté aux indemnités acheta un petit deux pièces en banlieue et me dit « Casse-toi ». La vie est sans pitié. D’espoir de gains, j’étais devenu facteur d’emmerdes.
Étant fortement résilient, je me mis alors à voyager, en Chine d’abord pendant les années de la folle croissance à 18 %. J’y exerçais même quelques temps mes talents professionnels. Je rejoignis ensuite mon frère choisi Jean-Jacques en Turquie qui montait une boite de prod. Nouriel Roubini le Docteur DOOM étant d’origine turc, je pus établir un contact, tout en me réintéressant fortement à l’économie et à la bulle immobilière dont j'avais été victime. En parallèle, je m’abonnais aux écrits de Steve Keen et je commençais en France à prêcher la bonne parole. Mes premiers écrits datent de 2005. Je continuais sous la forme de ce blog en 2007 au lancement de la plate-forme de l’ADETEM (les professionnels du marketing). Ce fût l’acte fondateur de mon suicide économique. J’organisai en quelque sorte mon inemployabilité. Certains pensèrent que j’étais devenu fou, d’autres alcoolique ou drogué. Le vide se fit autour de moi. J’eu à ce moment l’idée de correspondre avec le regretté philosophe corse Charles Antoni me disant que les corses, gens autonomes et indépendants par nature comprendraient peut-être mon discours. Ce fût le cas et cela donna un livre dont je suis très fier « Crise et Mutation » sorti en 2010 qui reprend une correspondance que nous avons eu en 2007 et 2008 de différents endroits de la planète.

Car Charles Antoni et moi avions perçu que cela n’allait pas être une simple crise mais une mutation. Le livre sera préfacé par la philosophe Paule Orsoni, un nom bien connu en Corse, qui a monté les Universités populaires d’Arras.
Depuis donc maintenant 14 ans, je chronique la crise après l’avoir annoncé et je remercie tous les fidèles comme Vincent, Gabelle, Huzun, Dany, et tous ceux qui sont venus enrichir ma réflexion. Mon amitié leur est acquise.
Le Grand Effondrement
Si vous lisez ce blog depuis longtemps, vous savez que Le Grand Effondrement a déjà eu lieu. Simplement les milliards de milliards qui ont été injectés dans l’économie et les taux négatifs ont dissimulés pour l’instant l’inéluctable catastrophe. Ce qui a été fait n’est rien moins qu’une transfusion à quelques qu’un qui souffre d’une hémorragie que l’on est incapable de colmater. Qu’allons-nous trouver après cet effondrement ? Certainement pas le socialisme ni le social-libéralisme mais les décombres du capitalisme. C’est dans ces décombres qui seront baptisés « la rationalisation » pour ne pas affoler les gens, qu’il va falloir apprendre à nous mouvoir. Devant le spectre de la récession mondiale, la course aux derniers sous et le marketing de la peur vont faire leur apparition.
On verra alors fleurir devant le désastre annoncé l’hédonisme des derniers jours. Et puisque qu’il faudra diminuer retraites et allocations tout en maintenant la frénésie de consommer (double bénéfice). Un marketing de la peur savamment distillé « profitez-en, on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve » assorti d’un « Regardez ou allez voir ailleurs comment ça se passe, vous verrez que nous résistons bien et que vous n’avez pas à vous plaindre ! »
Il sera alors à nous de brocarder ce discours, de refuser le désespoir et la peur et la philosophie du ‘ « ailleurs c’est pire ».
Désormais, l’État réduit à une simple fonction répressive fera diversion comme d’habitude en utilisant les leviers du racisme, du moralisme, du nationalisme. De l’antisémitisme etc. etc…vous connaissez la chanson. Devant son incapacité à réduire l’insécurité liée à l’économie, l’État cherchera alors à assoir sa légitimité sur la protection des citoyens dans la vie quotidienne grâce à la police. Tout sera alors fortement médiatisé pour installer un volume de peur officielle. Même l’absence d’évènements fera l’objet de communiqués distillant l’idée qu’il n’y a pas de dangers uniquement parce que l’État fait en sorte de les déceler en amont. Nous serons alors dans l’invérifiable et cela sera l’inique moyen pour l’État d’asseoir sa légitimité.

Il est clair que seul ou individuellement, nous ne survivrons pas. Il est donc nécessaire d’effectuer un repli tribal ou d’intégrer une communauté dans laquelle circuleront un certain nombre de biens suivant le principe

De_chacun_selon_ses_moyens,_à_chacun_selon_ses_besoins.jpg

 

Preuve que malgré mon vécu, je n’ai pas renoncé à ce principe…

Nécronomiquement votre

 

 

 

26/12/2018

Récap Nécro et remerciements nécro

Natacha Polony est elle sans culotte ?

 

1523639309_2.jpgAu début j’étais un fœtus et puis la main invisible du capitalisme m’avait tiré au dehors (ho hisse ho hisse).

JPC

 

A la question posée au détour d’un hiver 2005 de ce qu’il ferait demain, l’homme seul qu’était par force, devenu JPC, répondit : « Je chroniquerai la crise à venir… ». Ce Seppuku économique fût l’acte fondateur de sa nouvelle vie

Je m’organisais un mode de vie différent et opaque. Je consommais très peu, dépensais le moins possible et me préparais à un effondrement économique dont on sentait déjà les prémices.

La crise de 2008 et son lot de dépôt de bilan me fournit un bon carburant.

L’économie de doucereuse et banale était devenue belliqueuse et brutale. La récession était là. Elle était apprivoisée par satellite et masquée d’un loup blême pour ne pas affoler le consommateur, muselée par la machinerie méthodique des médias et des pouvoirs politiques qui refusaient de la rencontrer. Le lecteur de soixante millions de consommateurs se souvenait-il qu’il était mortel ?

Dame Hagarde la ministre de l’économie appelait à la Charia du Marché dans le cadre du Djihad pour le pouvoir d’achat : pas de jours sans achats, magasins ouverts toute l’année y compris le dimanche, soldes toute l’année. Il fallait à tous prix soutenir l’économie qui reposait sur la consommation. On ne parlait pas encore de compétitivité. Des signaux gouvernementaux motivaient les foules et propulsaient les êtres par légions leur intimant l’ordre de dépasser d’une tête ou d’un talon les peuples voisins avec lesquels nous devions mutualiser nos intérêts divergents, suprême paradoxe. De choc en pacte se précisait l’impact. Les gouvernements tous convertis au libéralisme tentaient de promouvoir l’idée ridicule que le Marché maîtrise la promesse d’un droit au bonheur dans un paradis promis dont il fallait juste prendre la direction. Un paradis de stress et de paillottes pour la légion des damnés dont les rangs grossissaient journellement et qu’il fallait convaincre que l’on avance bien mieux le ventre creux. Beaucoup se sentaient déjà plus près de la mer que des coquillages essayant difficilement de ne pas sombrer vers l’inutile et le hors d’usage.

Quant à moi, je régnais en ange des charniers. Je contemplais les sépultures d’entreprise et comptais les plans sociaux qui précipitaient les salariés perdants du haut des tours vers les banlieues avoisinantes dont ils ne sortiraient plus jamais. Je venais d’inventer un métier : Nécronomiste. Il ne me restait plus qu’à chercher comment en tirer des revenus pour pouvoir en vivre. Ce n’était pas une mince affaire mais lorsqu’on l’on veut vraiment quelque chose on finit par y arriver…au pire, on meurt. Mon plan était simple : Rien ne pouvait m’arriver. Il ne me restait plus qu’à tyranniser les bobos comme Bélial ses laquais. Je les exhorterais à m’écouter, à se tenir avec moi au bord de la récession. Puis, je m’en irais vers d’autres cieux les abandonnant dans la Très Grande Dépression. Là où les chiens noirs n’arrêtent jamais d’aboyer et où l’aube n’arrive jamais ; Je m’en irais en les laissant seuls avec leurs tourments. N’avaient-ils pas crus après tout que l’austérité payerait le loyer des pauvres. Trop occupés à disserter sur  le réchauffement climatique et la transition intestinale que seule procure l’agriculture biologique.

Le blog crée en 2007 me permit de rencontrer des gens extrêmement intéressants que je remercie tous pour leur soutien et leur collaboration. Ce blog leur appartient autant qu’à moi. C’est ce blog qui donna naissance au livre « Crise et Mutation » qui n’a pas pris une ride et dont modestement on peut encore mesurer le caractère visionnaire.

Remerciements Nécronomiques