18/11/2019

COMPRENNE QUI POURAVE

La kardishianisation comme fondement de l'hypercapitalisme

 

KIM.pngDepuis l’irruption de l’Internet et des réseaux sociaux la vérité n'est plus dans un lieu géographique l'enfermement est partout. C'est le ghetto des chaînes infos, le ghetto des consommateurs/consommés, des lecteurs lus d'avance, des décodeurs encodés de tous les messages, des amuseurs/amusés hanounesques du temps de loisir, des manifs autorisées/interdites le jour même. Partout le règne du temps réel.
Chaque espace/temps de la vie est un ghetto, et tous sont connectés entre eux. La socialisation aujourd'hui, ou plutôt la désocialisation passe par cette ventilation structurale à travers les multiples codes. Autrefois, l'ère de la production, celle de la marchandise et de la force de travail, équivalait encore à une solidarité du progrès social jusque dans l'exploitation c'est sur cette socialisation, en partie réalisée par le capital lui-même, que Marx fondait sa perspective révolutionnaire, Mais cette solidarité historique a disparu : solidarité de l'usine, du quartier et de la classe. Désormais, tous sont séparés et indifférents Chacun dans sa bulle ou son ghetto.Tous alignés dans leur délire respectif d'identification à des modèles directeurs, à des modèles de simulation orchestrés. Les masses se sont faites kardashianiser et sont devenus des followers individuels.Tous commutables comme ces modèles eux-mêmes. C'est l'ère des individus à géométrie variable. Cohn-Bandit en est un bon exemple. Dans la république des individus, la convergence des luttes est un fantasme.
Mais la géométrie du code, elle, reste fixe et centralisée. C'est le monopole de ce code entre les mains de la Money Power qui fonde l’hyper-capitalisme que nous vivons.

22/12/2015

J'ai épousé un logiciel

thOVO6R21A.jpg

 

jaeon.jpg

 

 

 

 

 

 

Comme le fait remarquer l'ami Jaron Lanier : " Au sommet de sa puissance, la société de photographie Kodak employait plus de 140 000 salariés et valait 28 milliards de dollars. Ce sont même eux qui ont inventés les appareils photos numériques. Mais aujourd'hui Kodak est en faillite (Ndjpc Marché scorpionesque), et le nouveau visage de la photographie digitale, c'est Instagram.

Quand Instagram a été vendu à Facebook pour un milliard de dollars en 2012, la société n'employait que treize salariés. Où ces emplois ont ils disparus ? Et qu'est il arrivé à la richesse créée par ces emplois de la classe moyenne ? ......

Instagram ne vaut pas un milliard de dollars uniquement parce ses treize employés sont extraordinaires. Sa valeur vient plutôt des millions d'utilisateurs qui contribuent au réseau sans être rémunérés pour cela

En clair L'ascension des réseaux numériques ne contribue qu'a l'enrichissement d'un petit nombre tout en déplaçant la valeur crée par le plus grand nombre hors du livre de compte.

Vous en voulez encore chers amis nécronomistes, AirBnb vaut quasiment autant que le groupe hotelier Hilton et Uber vaut le double de Renault.

Bref, bien loin de l'avenir en rose que l'on nous vend sur la révolution numérique, nous sommes à l'aube d'une destruction massive d'emplois librement consentis par un comportement suicidaire massif des  tombés dans la trappe NI GO et qui mués par un pacte faustien ont non seulement acceptés de mettre leur vie privé en ligne sur les réseaux sociaux afin qu'elle soit modélisés par les annonceurs mais de fournir gratuitement le contenu et la main d'œuvre à des plate formes d'intermédiation.

Ainsi donc nous assistons à la cotation en bourse de logiciel disposant d'un grand nombre d'utilisateurs et de très peu de salariés : L'idéal de la Money Power

Des entreprises délocalisables à volonté suivant l'attractivité fiscal de tel ou tel pays, pas de congés payés, pas de charges patronales.

L'homme devenu enfin esclave de lui même, soumis par son bon vouloir. La Boètie et son discours de la servitude volontaire n'en aurait pas cru ses yeux.

Les VTCsistes autoentrepreneurs viennent de le comprendre lorsque UBER a appuyé sur le bouton d'une baisse des prix de 20%.

Autoesclave, Bienvenue dans la trappe Ni GO

En attendant joyeux NO HELL nécronomique à tous nos lecteurs

JPC