31/07/2019

Une dette crée de toute pièce pour vous enchaîner

A Vince

Sauvez la planète, suicidez vous

Appelez la hot line de Nécronomie

Click on picture

dette,liberalisme,volkler,annulation des desttes,arnaque,esclave de la dette,evolution,revolution,consommateurs zombies,gilets jaunes, futur,macron

 

 

 

 

En 1979, sous l’impulsion de Volker
(Président de la Federal Reserve de l’époque) les taux nominaux (les intérêts à payer
pour rembourser la dette) ont plus que doublé, passant de 9 % à 20 %,
alors que sur la période précédente ils avaient été en moyenne négatifs.
Ces taux élevés ont créé de toutes pièces des endettements cumulatifs des États (dette publique) ou pays (dette extérieure). Les classes aisées construisent ainsi un dispositif de polarisation extrême entre créanciers et débiteurs, aux proportions gigantesques, qui est tout à l'avantage des créanciers.

A l'époque L’impossibilité de moyenner la dette sociale (c’est-à-dire la dette del’État-providence) par les mécanismes monétaires (recours du Trésor à la Banque centrale), oblige au développement des marchés financiers,développement qui est encore une fois organisé, sollicité et imposé, pas à pas, par l’État – en France, l’essentiel s’est fait sous les gouvernements socialistes.

C'est donc à travers la gestion des dettes d'Etats crées par le coup de 79 que les marchés financiers se sont structurés et organisés. Les États ne se sont pas limités à libéraliser les marchés financiers, mais ils ont accompagné l’organisation et la structuration de leur fonctionnement.
Ils ont donc élargi (en diversifiant la gamme des titres émis sur les marchés primaires) et approfondi (en augmentant les volumes de transaction sur le marché secondaire) les marchés de titres publics attractifs pour les épargnants. La courbe de taux d’intérêt pour ces titres est devenue la référence pour la formation de prix des actifs,
en lieu et place de taux de base bancaires; A partir de là,
Les politiques monétaires, ), les politiques de l’État-providence (réduction de dépenses
sociales) et les politiques fiscales (transferts vers les entreprises et les couches les plus riches de la population de plusieurs points de PIB dans tous les pays industrialisés), convergent vers la création d’énormes dettes publiques et privées. Pour mémoire les dettes privées dans la zone euro sont bien plus élévées 135% que la dette publique qui est de 100%
La dette agit à la fois comme machine de capture, de « prédation » ou de « ponction » sur la société dans son ensemble, comme un instrument de prescription et de gestion macro-économique, et comme un dispositif de redistribution des revenus. El elle fonctionne également en
tant que dispositif de production et de « gouvernement » des subjectivités collectives et individuelles. Pour rendre compte des nouvelles fonctions de la finance, la théorie économique hétérodoxe d’André Orléan parle de « pouvoir créancier » et de « puissance créancière » dont
la force « se mesure à cette capacité de transformer l’argent en dette et la dette en propriété et, ce faisant, à influer directement sur les rapports sociaux qui structurent nos sociétés ». La pensée d’Orléan définit la
relation créancier-débiteur comme le pivot autour duquel se fait la transformation de la « gouvernance » (mot de la novlangue du pouvoir qui signifie commandement) capitaliste : « On est passé de la régulation
fordiste qui privilégiait le pôle industriel et débiteur à une régulation financière qui met en avant le pôle financier et créancier. »
Ainsi mais là je parle d’un point de vue sociologique, La relation créancier-débiteur se superpose aux relations capital-travail, État-providence-usager, entre-
prise-consommateur et les traverse en instituant les usagers, les travailleurs et les consommateurs en « débiteurs .
Voilà pour le démarrage de l'histoire de laquelle nous sommes devenus des esclaves.

03/07/2015

OXI GENE Non a la dette genetik

 

 

oxi-droga-sbt.JPG

 

 

 

 

La vie plutot que la sur-vie

OXI GENE une nouvelle drogue

 

Sequence musicale du week

Franco Battiato evidemment

                                             https://www.youtube.com/watch?v=7yTxMOSjegY

07/12/2010

Traitements pour les uns...Soins pour les autres

 

arton6799.jpg

 

 

 

 

 

Il avait établi son propre diagnostic : Rhumatismes...Il avala toute une pharmacie d’anti-inflammatoires.

René Fallet

Y a-t-il un docteur dans la salle

 

En saluant le désendettement comme un renouveau des Démocraties de Marché (Etats, Entreprises, consommateurs)  la Money Power exprime surtout l'ultime sursaut d'une économie confrontée au risque d’un effondrement de la valeur d’échange, d’une dévaluation mondiale de l’argent, ce qui pour elle signifierait la disparition pure et simple.

 

Il n’y aura pas de nouvelle euphorie sans dépression, ne resteront donc dans cette période qui précède une mutation que les perfusions morphiniques réduisant la distance virtuelle qui sépare un salaire d’une allocation, les deux étant promis à décroître au même titre que le traitement des fonctionnaires.

 

Hier encore garanti par un CDI, le bonheur à crédit renonce a son accomplissement terrestre  réintégrant l'au delà  poussiéreux des religions accessibles seulement à qui prie, renonce et meurt.

 

Dans l’incapacité de concevoir une solution hors du système, l’acte d’allégeance au Marché ne commandant pas le privilège d’éblouir les foules, nos gouvernements impuissants n’ont plus d’autres choix que de nous projeter l’image mentale de  la pauvreté chez les autres pour repousser le seuil de l’intolérable chez nous et hop le tour est joué...

 

Un écrivain israélien (sorry me souviens plus du nom) a écrit sur l’histoire d’une dette qui circule. Un type va chez le dentiste et comme il n’a pas d’argent paye avec une reconnaissance de dette. Le dentiste va ensuite chez le boucher et paye avec la reconnaissance de dette de son patient. Ainsi de suite…La dette tourne et finit par la main invisible du capitalisme par se retrouver chez celui qui l’avait émis en premier pour soigner ses dents.

L’homme est donc comblé car cela signifie qu’il ne doit plus rien.

Il est à noter que dans cette histoire que seule circule la dette mais à aucun moment de l’argent...

 

Faisons donc le point sur les techniques nécronomiques de désendettement des pays.

 

1 Emprunter pour recouvrir ses dettes

2 Echelonner sa dette

3 renégocier l’échelonnement de sa dette une nouvelle fois (comme la Grèce dernièrement).

4 Négocier sa dette (tout ou partie) genre je paye ce que je peux et le reste vous vous asseyez dessus

5 planter tout le monde.(F.U.C.K)

 

 

En route vers la TGD