02/01/2020

Meilleurs voeux et concept nécronomique 2020

 

 

crise 2008;arnaque dette souveraine,salaire minimum,salaire maximum,retraite,revenu de base,revenu d'existence,futurAu-delà de l'investissement économique que constitue pour le capital le salaire-revenu du travailleur (fin du salariat comme exploitation, début du salariat comme actionnariat de la société du capital — glissement de la fonction stratégique du travailleur vers la consommation comme service social obligé, le capital investit le travailleur du salaire comme on investit quelqu'un d'une charge ou d'une responsabilité
Non seulement par le salaire/revenu le capital charge les producteurs de faire circuler l'argent en tant que consommateur et de devenir ainsi les véritables reproducteurs du capital, mais plus profondément par le salaire/statut il en fait des preneurs de biens au même titre que lui, capital, est preneur de travail.
À partir du moment où le salaire est déconnecté de la force de travail puisque le consommateur prend le dessus sur le travailleur via le crédit qui est du travail non consommé, rien ne s'oppose plus à une revendication salariale maximaliste, illimitée. Car s'il y a un « juste prix » à une certaine quantité de force de travail, il n'y a plus de prix pour le consensus et la participation globale à l’économie. La revendication salariale traditionnelle n'est que la négociation de la condition de producteur. La revendication maximaliste est une forme offensive de retournement par le salarié du statut de reproducteur auquel il est voué à travers le salaire auquel vient s’ajouter le statut de consommateur chargé de faire circuler l’argent et de combattre la crise économique.

Salaire maximum pour un travail minimum : tel est le mot d'ordre.. Car ce n'est plus alors en tant que producteurs que les salariés interviennent, mais en tant que consommateur, rôle que leur assigne le capital
Moins on a à en faire en tant que travailleur, plus on doit exiger un salaire élevé en tant que consommateur, Voilà la « classe » telle qu'en elle-même le capital la change : dépossédée de son exploitation même, de l'usage de sa force de travail, elle ne saurait faire payer trop cher au capital ce déni de production, cette perte d'identité, cette débauche. Exploitée, elle ne pouvait exiger que le minimum. Déclassée, elle est libre d'exiger tout.

 

Bonne Année les Nécros zamis

19/07/2019

La nécronomie en GJ constituants

https://www.youtube.com/watch?v=gF6cSk75_4Ethumb_NECRObla.gif.jpg

27/09/2018

Journal d'un drogué aux taux zéro (et au crédit facile)

 

mario-draghi-gift.jpg2 septembre : Je m"habitue vraiment aux taux zéro et au crédit facile dans un contexte de croissance molle et de krach au ralenti. J'ai l'impression d'être Michael Jackson faisant du moonwalk économique ou de me déplacer en apesanteur économique sur la planète Mars envoyé par Space X et Elon Musk.

Depuis que je vis à crédit, je suis plus bronzé et bien plus actif et content presque jamais d'humeur triste

4 septembre : Je crois être obligé de m'avouer que les taux zéro et le crédit facile qui font tourner l'économie au ralenti et maintiennent les prix de l'immobilier accentuent mes désirs. Je deviens un consommateur comme les autres plus apte à jouir mais beaucoup moins à chercher du travail de l'autre coté de la rue.

20 septembre : Les prix du pétrole n'en finissent pas de monter. Les experts appellent ça l'inflation sous jacente mais quand je me shoote au pétrole, c'est une vrai pompe à calcium… et je vois mon pouvoir d'hash A fondre comme la neige au soleil… Je vais devoir arrêter la poudreuse des sports divers...je commence à flipper...

25 septembre : aujourd'hui, j'ai croisé un migrant qui m'a jeté un regard sale et vicieux...je deviens parano...heureusement j'ai pris trois grosses pilules d'extrait de Macron qui ont atténué l'effet de spoliation...

 

A suivre

Pôle emploi un grand moment du rire

https://www.youtube.com/watch?v=K8ZR-l14IYs