27/02/2018

La dégénération et Marcel la feignasse

 3650118671.2.png

Mon ami Marcel la feignasse qui squatte chez moi a plusieurs qualités. Pour lui posséder vous possède, jamais l’inverse. Par conséquent, il n’achète jamais rien, ne participe jamais aux travaux ménagers car il déteste les meubles et enfin quand par miracle, il dispose d’un peu de cash, il le boit immédiatement pour ne pas nous soumettre Euclide la déveine et moi à la tentation du consumérisme.

Comment est-ce possible de supporter pareil individu me direz-vous ?

En dehors de sa carrure d’armoire normande qui nous préserve des mauvaises rencontres, Marcel a le don inestimable de faire le vide autour de nous et aussi de nous préserver des preneurs de têtes, des emmerdeurs etc…

Marcel est le plus grand pédophobe que j’ai rencontré. Son dégoût pour les enfants est si grand que nous sommes fuis par toutes les copines qui ont fait le choix de se reproduire et dont les enfants sont intelligents pour leur âge et sans aucun doute de futur Zukerberg, Magnus Carlsen et consorts…

D’où lui vient ce dégoût ? De son enfance très certainement…Fruit d’une femme qui n’avait rien trouver d’autre que le mettre au monde pour retenir son mari alcoolique et violent et qui sur le fond ne souhaitait rien d’autre qu’une carte de fidélité dans un hypermarché et un peu de sécurité matérielle. Peu de temps après sa naissance, son père devait mourir en tombant dans un canal. Suicide ou noyade car il ne savait pas nager et avait peut être chuté involontairement un soir de beuverie ? Impossible de le savoir. D’autant que le canal en question étant fréquenté par des péniches, on n’avait retrouvé que la main du père du Marcel identifiée grâce à sa bague. On l’avait fait cramer. Avec les dernières illusions de Marcel qui désormais ne pouvait plus voir la famille que comme « une construction sociale ».

Marcel fait partie de ces gens qui passeront du RMI ex RSA au minimum vieillesse sans jamais avoir travaillé. Tout juste aura-t-il fait quelques (dé)formations professionnelles obligatoires au maintien ses droits. Quand je lui raconte que l’action Snapchat a perdu un milliard de dollars suite à un tweet de la fille Kardashian, cela ne l’étonne pas.

https://www.dakarflash.com/Snapchat-perd-plus-d-un-millia...

« Faites des mômes… » me dit-il souvent en se marrant…

29/12/2017

Faits d'Hivers

De passage à St Etienne, au gré d'une errance dans les rues, je me suis retrouve au tribunal où étaient jugés en comparution immédiate deux prévenus.

La vraie vie de la France d'en bas, c'est encore mieux que les films de Depardon. Rien à voir avec les salons élyséens et la macronnerie.

Les deux prévenus avaient été arrêtés dans une fourgonnette chargée des outils d'un chantier en cours quelques kilomètres avant le lieu de leur arrestation. Un gendarme effectuant un contrôle de routine avait stoppé le véhicule étonné que la porte arrière de la fourgonnette ne soit pas fermée et claque au vent.

Morceaux choisis

 

Un des prévenu se lève immédiatement et proclame

" Monsieur le juge, je dois dire que je suis totalement étranger à l'affaire..."

"Ah bon" s'étonne le juge

"oui, je suis un auto-stoppeur"

Le juge

"Ah non, toutes les semaines, on nous fait le coup de l'auto-stoppeur..."

"Je n'y suis pour rien, Monsieur le juge, si on a supprimé tous les moyens de transports pour faire des économies"

Le juge :

Bon ok, je connais le discours par cœur puis s'adressant à l'autre prévenu

"Et vous, c'est bien votre véhicule, vous n'êtes pas un autostoppeur ? Vous allez sur un chantier à minuit ?"

Le prévenu : " en fait, Monsieur le juge, je suis tombé sur un portugais qui m'a proposé cent euros pour récupérer du matériel sur un chantier. Je ne me suis pas posé de questions. J'y suis allé.

Le juge

Je ne vous pose pas de questions sur votre "sudation excessive" pendant le contrôle ?

Le prévenu :

"Je sue toujours énormément, j'ai proposé au gendarme de sentir sous mon aisselle. Il n'a pas voulu."

L'autre prévenu, l'autostoppeur reconnaît que le contrôle lui a fait peur, raison pour laquelle il a transpiré.

L'avocat de la défense : 

"Monsieur le juge, j'attire votre attention sur le fait qu'un vol comme le dit la loi, c'est pour s'approprier le bien d'autrui pour soi même hors ici ce n'est pas le cas, le prévenu n'a pas agi pour lui."

Sentence du juge visiblement excédé

Relaxe pour l'autostoppeur (ou le complice)

Dix jours d'amende à quatre vint dix euros jours pour l'homme au portugais (dont on ne saura jamais si il existait)

Depuis Barroso qui voulait nous imposer la directive Bolkestein et n'allait pas tarder à rejoindre la Money Power et Goldmans Sachs, on avait appris à se méfier des portugais (on a pu le vérifier depuis en football). En voici une nouvelle micro-preuve. D'autres questions restent en suspens

Pourquoi le portugais voulait il piquer le matos des plombiers polonais ? Etait une compétition intra communautaire ?

Ne sommes nous pas soixante millions d'autostoppeurs dans un désert urbain mondialisé ?

Qui conduit et pour le compte de qui ?

 

 

 

 

 

09/11/2017

Le feuilleton nécronomique continue...

 

BITCOIN.jpgA Nelpal

"Annulez ma souscription pour la résurrection"

                                                         Jim Morrison

Résumé : Après s'être fait gentrifié et boosté hors de Paris ; JPC atterrit dans une zone de sécurité prioritaire dans le 93. Il y est rejoint par deux nécronomistes convaincus : Marcel la feignasse, chômeur de très très longue durée et Euclide la déveine zotoentrepreneur grec ruiné.

Hier, après avoir annoncé que j'avais envoyé quatre projets d'articles à un magazine ainsi qu'un argumentaire pour un livre à un éditeur ; histoire de ramener un peu de cash,je me suis fait incendié par Marcel.

"Qu'est ce que c'est que ces histoires de travail...?"

Marcel estime que nous devons vivre selon la règle des 3 C : la Contre Culture de la Consommation. Sinon nous risquons la socialialiénation et surtout nous risquons d'être marketyrisés.

Il est partisan d'un rapprochement entre les nécronomistes, les minimalistes et les survivalistes.

Pour mémoire : http://minimalismfilm.com/

Pour ma part, j'attends d'en débattre avec Vincent le Directeur du protocole de Nécronomie Internationale.

En ce qui nous concerne , on peut dire que le cash est déjà dématérialisé car nous n'en avons pas.

Ici tout est communautaire avec dans l'ordre en nombre :

1 les Africains

2 les maghrébins

3 les sri-lankais

4 les asiatiques

5 les gaulois et les polonais

Ici tout est ethnique même les commerces et les communautés ne se mélangent pas . Elle est où la république laîcque et indivisible ?

Nous avons donc dû nous rapprocher d'une communauté pour des questions de sécurité. Marcel ayant beau être un colosse, il ne peut à lui seul garantir notre sécurité. Nous avons fait le choix de la communauté sri-lankaise, fière et orgueilleuse qui n'a pas peur des autres communautés, équipés qu'ils sont de leur légendaire coupe coupe. D'autant que par un concours de circonstances, j'ai sympathisé avec leur leader charismastique, un vieillard décharné Nadaradjah, tigre tamoul de haut rang. Mes connaissances en entreprise libre m'ont servi et j'ai pu le conseiller sur l'optimisation du bas de bilan. Je l'ai également fortement impressionné en lui ouvrant en compte bancaire par internet chez la fintech allemande N26.

De son côté Euclide n'a pas été en reste puisque il s'est branché avec le neveu de Nadaradjah dénommé Anbu, prénom qui parait il veut dire amour. Anbu est un gamin malsain et méfiant aux penchants violents. Insatiablement avide d'excès et de drogues. Il est vicieux,sournois et hypocrite et surtout incurablement intelligent malgré la quantité de drogues absorbées. Il n'a pas de limite et serait même prêt à voler le suppositoire d'opium dans le cul de sa grand mère si d'aventure il venait à être en manque. Euclide l'a branché sur les crypto-monnaies dont il a évidemment immédiatement compris l'intérêt.

Bref, nous avons solutionné le probléme de la bouffe car nous  bouffons maintenant gratos tous les jours. Poulet tika et compagnie...Notre moral est au beau fixe et nous trouvons petit à petit nos marques

A suivre...Nan poi varuginane (au revoir)