10/03/2008

Achat compulsif et addiction au crédit

6605e376694583c1efafd0e28b721aa4.jpg


"Les ménages français sont aujourd’hui les moins endettés d'Europe. Or, une économie qui ne s'endette pas suffisamment, c'est une économie qui ne croit pas en l'avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain. C'est pour cette raison que je souhaite développer le crédit hypothécaire pour les ménages et que l'État intervienne pour garantir l'accès au crédit des personnes malades.
Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement."

Nicolas Sarkozy
Interview revue Banque avril 2007

il est curieux qu'au moment, où les USA sont en récession, que le Japon (deuxième économie du monde) y retourne,accompagné par l'Australie et l'Irlande, prouvant que la crise du crédit et le krach immobilier sont désormais sur tous les continents, aucun économiste ne rappelle à notre Président, les propos ci dessus qui démontrent à quel point sa vision économique était erronée (voir ma note du 18-11-2007).

Ce qui se passe aujourd'hui avec la multiplication des saisies aux USA (+54% cette année) et au Royaume Uni, n'étant rien moins que la conséquence de ceci pour des pauvres gens qui ont utilisés ces procédés pour "lever de l'argent" sur la valeur de leur maison et qui ont tout perdu.

Au delà de cet aspect, de récentes études de l'université de Stanford révèlent que 24 millions d'américains souffrent d'addiction à l'achat compulsif.
En Angleterre, une étude réalisée par la société Mintel démontre qu'un britannique sur 4 reconnaît une dépendance à l'achat.
Autrement dit, nous sommes devant un phénomène de l'ampleur d'une pandémie à ceci près que le dépendant n'est pas un malade mental mais un produit de l'industrie du marketing.

En cela, l'addiction à l'achat n'est pas une pathologie à soigner mais une ambition économique à soutenir par le biais d'une autre addiction :
l'addiction au crédit ainsi que le démontre le professeur Robert D Manning auteur de Credit card nation the consequences of America's addiction to credit
qui apparait dans ce remarquable film de 2006 annonciateur de la catastrophe mondiale et que ceux qui parlent anglais peuvent encore se procurer à l'adresse suivante.

http://www.indebtwetrust.com/
Dans la dette nous croyons

Bien que nous ne possédions pas d'études en France à ce jour sur ce phémonène, l'explosion du nombre de demandes à la commission de surendettement nous montre à quel point, il est facile de dépouiller les plus faibles d'entre nous.

Nécronomiquement votre

31/10/2007

Lagarde, les lubrifiants et le chien qui se mord...la queue

694fb2c1160aed36884ce1c4b685bff8.jpg



Vous l'avez remarqué depuis son élection basé sur le pouvoir d'achat, la vie chère et la croissance, notre Président n'a cessé de vilipender Bruxelles sur le thème de l'Euro fort qui nous pénalisait dans la croissance et les exportations.

Ayant constaté que sa position était plus que minoritaire notamment face à l'Allemagne, premier exportateur mondial, et ayant rénoncé visiblement à toute stratégie de croissance depuis la défaite de l'équipe de france de rugby, Nicolas se consacre désormais au pouvoir d'achat, deuxième chantier sur lequel il démontre son impuissance.

Néanmoins, il n'aura fallu que 3 mois pour que que le gouvernement change son fusil d'épaule.

Ainsi Mademoiselle Lagarde trouve désormais des vertues à l'euro fort :

La ministre de l'Economie et des Finances Christine Lagarde a estimé mardi à propos de la flambée des prix du pétrole et la hausse de l'Euro qu'un Euro fort "permettait d'acheter plus de pétrole qu'un Euro faible".

source AFP

Bravo, Mademoiselle pour la puissance de ce raisonnement et ce changement de cap....


Avez, toutefois remarqué que les pays exportateurs de pétrole se font payer en dollar et que par conséquent plus le dollar baisse plus les exportateurs augmentent leurs prix pour compenser la baisse de leurs revenus...

Bref y a t-il un pilote dans l'avion pour s'apercevoir que le chien se mord la queue ???

Le pétrole servant aussi à fabriquer des lubrifiants...Ce qui est sûr, c'est que c'est le consommateur qui l'aura dans le...quoi qu'il arrive....

Nécronomiquement votre