24/07/2019

Recession TV (suite)

« On revient avec le crédit à une situation proprement féodale, celle d’une fraction de travail due d’avance au seigneur, au travail asservi. »
Jean Baudrillard


Nos amis américains de Recession TV (voir note précédente) ont raison sur plusieurs points. Le consommateur américain qui constitue la plus grande ressource est plus qu’à bout de souffle.
C’est la raison pour laquelle, ce qui rendait ce pays autrefois si attrayant pour les pays exportateurs ne l’est plus. Preuve en est que la Chine n’a pas cédé aux exigences de Trump dans la guerre commerciale. Les chinois savent que le consommateur américain est ratiboisé et qu’on ne peut retirer des étals les produits low cost chinois ou même les taxer plus encore. Imaginez seulement qu’aujourd’hui le commerce de détail n’est plus alimenté par les fruits du revenus des travailleurs américains mais par de l’endettement. Un quart des américains, ce qui est énorme, utilisent leur carte de crédit pour acheter des produits de première nécessité. Dès que l’endettement dépassera la capacité des consommateurs, nous assisterons donc immanquablement à une décrue du commerce de détail. C’est d’ailleurs déjà le cas cette année où malgré l’augmentation des dépenses de crédit, l’ensemble des ventes au détail aux États-Unis ont diminués. Où est donc passé alors le surplus de crédit ? La réponse est d’une simplicité biblique : les américains font des crédits pour rembourser des crédits antérieurs. C’est exactement ce qui s’est passé avant la crise de 2008. Dans ces conditions, les chinois ne sont pas près de céder devant un Eldorado de pacotille.
Cela signifie que la guerre commerciale se poursuivra sans relâche.
Un peu d’histoire :
Contrairement à ce que l’on nous fait gober :
La dette n’est pas un handicap pour la croissance ; elle constitue au contraire le moteur économique et subjectif de l’économie contemporaine. La fabrication des dettes, c’est-à-dire la construction et le développement du rapport de pouvoir entre créanciers et débiteurs, a été pensée et programmée comme le cœur stratégique des politiques néolibérales. Si la dette est bien si centrale pour comprendre, et donc combattre, le néolibéralisme, c’est que ce dernier est, dès sa naissance, articulé autour de la logique de la dette. Ainsi, un des tournants du néolibéralisme est constitué par ce que quelques économistes définissent comme le « coup de 1979 », qui, en rendant possible la constitution d’énormes déficits publics, ouvre la porte à l’économie de la dette et constitue le point de départ d’un renversement des rapports de force entre créanciers et débiteurs.

La réduction de la dette, aujourd’hui à l’ordre du jour de tous les pays, n’est pas contradictoire avec sa création, puisqu’elle ne fait que continuer et approfondir le programme politique néolibéral. D’une part il s’agit de reprendre, à travers des politiques d’austérité, le contrôle sur le « social » et sur les dépenses sociales de l’État providence, c’est-à-dire sur les revenus, le temps (de la retraite, des congés, etc.) et les services sociaux qui ont été arrachés par les luttes sociales à l’accumulation capitaliste.
Ainsi donc, cette stratégie de la dette permet aujourd’hui aux gouvernements et cela est désormais très visible de déposséder les peuples du pouvoir politique, de l’enrichissement et pire encore de l’avenir.
Lire sur le sujet La fabrique de l’homme endetté de Lazaratto.

La-fabrique-de-l-homme-endette.jpg

Commentaires

le problème est que "l'eldorado de pacotille" est le consommateur de dernier ressort de l'économie mondialisée. l'Europe n a pas pu prendre le relai puisque c'est une politique budgétaire encadrée qui limite la relance de la consommation (la dette allemande n'augmente pas actuellement, mais finira par s'envoler s'ils tombent dans la trappe à la japonaise). actuellement la fuite en avant des déficits publics est du côté américain. le différentiel de croissance est aussi en partie dû à cela, avec aussi les politiques de courte vue de l'administration trump concernant les taxes. ce déficit, au rythme ou il croit, reste tout de même inquiétant.

l'usine ferme souvent avant le magasin (si on retire l effet Amazon de l'équation), et les Chinois ne sont pas en position de force dans la guerre commerciale pour le moment, en atteste la récession violente dans le secteur automobile, qui est entrain d'entraîner l'industrie allemande avec elle. en 2008-2009, les Chinois avaient une situation à peu près saine financièrement, mais ce n'est plus le cas 10 ans plus tard. De la même manière, la roue tourne pour l'Allemagne, qui est en passe de perdre son leadership européen si la situation perdure. Les risques d'éclatement de l'euro sont réels si les Allemands refusent les déficits pour relancer ce qui peut encore l'être.

ps : j'essayerai de trouver cet auteur dont tu m'as parlé. en librairie bien sûr.

Écrit par : dan_y44 | 24/07/2019

Répondre à ce commentaire

A Dan

Sur l'Allemagne nous avions vu juste
note du 2210
http://necronomie.blogsmarketing.adetem.org/tag/allemagne
https://dan-y44.blogspot.com/2018/11/la-chute-du-modele-allemand.html

Écrit par : necronomie | 24/07/2019

Répondre à ce commentaire

« Boeing a inscrit mercredi une charge de 5,6 milliards de dollars dans ses comptes trimestriels pour indemniser les compagnies aériennes affectées par la crise du MAX.

Les compensations se feront au cas par cas et prendront plusieurs formes, ont précisé les dirigeants du constructeur aéronautique lors d'une conférence téléphonique.

Rabais sur de futurs contrats, offres de services de maintenance et de formation des personnels sont par exemple des moyens d'indemnisation envisagés, selon les analystes. »

Indemniser de cette manière, c’est quelque chose comme offrir de la crème solaire à Noël.
Il y en a qui vont vachement bouder.
La confiance appartient à certains, le pragmatisme à d’autres, le reste c’est Via ou lobotomie ( les deux pouvant coexister .. ).

Écrit par : Vince | 25/07/2019

Répondre à ce commentaire

A Vince

ça va leur coûter un MAX et c'est pas une menace...

Écrit par : necronomie | 25/07/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire