09/11/2015

Je ne veux pas vivre au musée

Jadis, une ère de numérisation effrénée donna naissance à la variété de métiers que nous voyons aujourd’hui. Nous pouvons en fait observer encore quelques métiers hybrides tel le contrôleur de thermomètre connecté ou le Data yoyo à domicile.

Cependant la plupart des hybrides ne survécurent pas et ceux qui survécurent effectivement érigèrent  d inflexibles défenses contre toute hybridation ultérieure ce qui les condamnaient de fait au chômage.

Le musée des métiers disparus n’est pas exactement un musée, puisque la plupart des métiers se trouvent représentés par des personnes vivantes dans leurs lieux de travail d’autrefois. L’entrée est ouverte et gratuite à quiconque. Encore faut-il payer en se montrant capable d’endurer la souffrance qu’entraine le fait d’assister à l’extinction d’un métier et ce faisant, de le ranimer.

Considérez certains des métiers disparus : Par exemple des employés du Pôle emploi remplacés depuis par un logiciel de Datamining. On retrouve en regardant derrière la vitrine cet employé d’autrefois qui se nourrissait de sandwich au jambon ou de panini saumon. Son regard exprimant par intermittence la compassion propre aux mammifères à sang chaud bien loin  du Big Data à sang froid.

Combien il nous apparait démodé à ce jour depuis que les hommes verts de la COP 21 ont pris le pouvoir. Les hommes verts ont trouvé le moyen de se nourrir par photosynthèse. Les uns s’adaptent à l’eau et se nourrissent d’algues. D’autres se sustentent d’odeur qu’ils aspirent. Enfin d’autres encore se sustentent de couleurs et de lumières.

Depuis que le tout numérique et la bulle verte ont triomphé, l’homme du passé non connecté vers le futur nous parait néandertalien.

Commentaires

L'Uruguay renonce au Tisa.

Écrit par : Vince | 09/11/2015

La Moldavie s'éloigne.

En fait, il faudra plutôt compter ce qui tient encore ; quitte à impliquer la panique.
Des êmeutes en plein Londres ... c'était il y a quelques jours.

Comme ni Junkie Junker ni Bandit Bandar ne prendrons des cours d'Ikébana, même en style libre, surtout en style libre, car il faut voyez-vous cet amour du présent, cette captation d'une époque, cette envie d'aller de l'avant où tout n'est qu'intuition, dépassement, sécateur et harmonicité, alors accordons au changement une faculté première, l'inouïtude.

Écrit par : Vince | 09/11/2015

Les élections en slovenie et croatie confirmeront l'eloignement polonais
meme les pays sont hors sol

Écrit par : necronomie | 10/11/2015

Les commentaires sont fermés.