30/04/2011

Qui paye ses dettes avec l'argent des autres s'enrichit

“Le procédé par lequel les banques créent de l’argent est tellement simple que l’esprit en est dégoûté.” John Kenneth Galbraith, Nécronomiste DCD RIP

Histoire nécronomique :

Un client arrive dans un hôtel et prend une chambre qu’il paye 100 euros, l’hôtelier prend les 100 euros et va les donner au boucher auquel il les devait pour de l’achat de viande. Le boucher prend les 100 euros et les apporte à une prostituée voisine pour rembourser une prestation de la veille. La prostituée se rend à l’hôtel et dépose les 100 Euros qu’elle devait pour de la location de chambres.

Au moment où elle dépose l’argent à la réception, le client de l’hôtel qui avait loué la chambre redescend et déclare que la chambre ne lui convient pas. L’hôtelier le rembourse donc.

Conclusion : Sans création de valeur, on constate que par le simple fait de faire circuler l’argent, la dette de 100 Euros a disparu magiquement pour tous les protagonistes de cette histoire car nous sommes dans un circuit fermé, un mini écosystème raison pour laquelle cela peut fonctionner.

Ce principe économique est celui des tongs (société d’entre aides) sans lesquelles la Chine ne connaitrait pas la croissance qu’elle connaît. Il me paraît promis à un grand avenir (vous me connaissez, je suis un peu tonguiste sur les bords...)

Chaque fois qu’une banque accorde un prêt, un nouveau crédit bancaire est créé. Ce sont de nouveaux dépôts, de l’argent entièrement nouveau.” Graham F. Towers, Directeur de la banque du Canada de 1934 à 1955.

27/04/2011

Sépulture d'entreprise

Echange nécronomique

La révolution arabe aura amené dans les démocraties de Marché l'immolation comme technique de suicide.

Les démocraties de Marché amèneront aux pays arabes la congelation des bébés comme technique de conservation.

 

Nécronomiquement votre

24/04/2011

La bergère schizophrène...

33c0b631d892cad19c65683c402a02e8.jpg

L’échafaud étant dressé en ce 24 em jour d’avril, le goût du désastre suppléait l’attraction des astres.

Pendant que les jeunes iroquois, braquaient, cassaient et montaient leur vie comme un film pour acheter de la pellicule blanche, chez nos hommes politiques, le surnaturel avait pris le relais du principe de réalité.

Les programmes des partis optant pour un nouveau mode littéraire comme le nouveau roman autrefois. Il faut que le programme ne contienne rien de réel, aucune observation du peuple incapable d’appréhender sa vie, et désormais destiné à éprouver des sentiments qui n’existent pas.

Ainsi l’Insécurité est devenue un sentiment (ou une névrose) comme l’Amour et tout aussi répandu.

En niant l’existence de cette réalité et en la considérant comme un sentiment qui n’a rien de réel, la politique semble être devenue la vraie extase : immobilité de carrière sous couvert de désintéressement complet et une vie et un bonheur tout à fait en dehors du champ de l’expérience humaine.

Il suffit pour cela de rajouter un horizon à l’horizon comme cela vient d’être fait, liant l’immigration au problème des retraites (réflexe post colonial) mais demander la fermeture provisoire de l’espace Shengen.

On n’est jamais seul quand on est schizophrène.

L’Hypermarché est en travaux…mais on se souvient soudainement qu’un « barbare » peut cracher de l’essence sur une bergère schizoïde docile, appelé laïcité, la faisant s’ouvrir cuisses hautes à la sentence jaillie du phallus appelée démographie comme si la terre basculant sur son axe recevait dans ses entrailles une coulée de ciel lourd..

Mondialisation vs localisme dans un univers où les gens se regroupent par code postal...!!!

En route vers le grand splaaash, la piscine des ténèbres de l’économie…

Mai et juin vont être (dé)chargés