07/05/2010

Le mec de la tombe européenne d’à coté…

cover_NECRObla.gif

Tout ce que nous avons annexé, écrit sur ce blog et dans le désormais livre culte « Crise et mutation" arrive jour après jour…Je ne vais pas republier les notes…Les nouveaux entrants nécronomistes fouilleront dans les archives.

Comment avoir pu prédire avec une telle justesse ???, simplement parce que c’était prévisible...

Il suffisait tel le Docteur House de ne pas être opérationnel et de n’entretenir aucune relation d’affect avec le patient pour réaliser le bon diagnostic…

Toutes les démocraties de Marché devront revoir leur business model et leur mode fonctionnement devenu intenable…

Jean-françois Copé qui n’est pas le dernier des ahuris a fait part la semaine dernière à l’assemblée de l’absolue nécessité pour notre pays de changer de business model.

Mais voilà, personne, même Zapatero, ne maîtrise l’art étrange de transformer des ouvriers en bâtiment en ingénieur airbus…surtout quand la bourse comme en Espagne est le strict reflet de son économie (immobilier, construction et service financiers liés à cela)

Changer le business model d'un pays prend des années...et le grand emprunt ne sera pas suffisant pour couvrir les recherches et les formations sur les bizzness du futur...

Joseph Stiglitz,le prix nobel d'économie, va devoir s’empresser de remettre à notre président son rapport sur la création d’un indice mesurant le bonheur en remplacement de celui qui mesurait le PIB.

Eh oui, Joseph que l’on savait nécronomiste dans l’âme a prédit mardi la fin possible de l'euro si l'Europe ne parvient pas à régler ses "problèmes institutionnels fondamentaux", dans la foulée de la crise grecque. Il a rappelé qu'au moment de la fondation de l'euro, beaucoup d'économistes, déjà, avaient estimé "que ça irait tant que tout irait bien". "Mais en présence d'une crise comme celle-ci, ils n'ont pas les structures institutionnelles nécessaires pour la résoudre", a-t-il conclu.

Ce qui est nécronomiquement vrai… les économies européennes étant trop disparates entre celles qui produisent et exportent et celles qui importent et consomment à coup de dépenses publiques et sociales…Personne n’avait intérêt à créer les structures institutionnelles adéquates au risque de voir un autre pays remettre en cause son propre business model (un peu comme l’a fait Dame Christine Hagarde avec Madame Merkel…)

En route pour la Mutation…

Commentaires

Ce serait quoi les possibles nouveaux business model ? parce que quand je vois comment le gouvernement aborde le sujet des énergies renouvelables et parle de rupture ça me donne envie de les envoyer en Chine, surtout quand on sait le nombre de bobards auquel on a eu droit...

dsl j'ai pas le bouquin mais ça ne saurait tarder.

Écrit par : Jacques | 08/05/2010

Les commentaires sont fermés.