30/10/2008

Des Zombies pour Halloween

2135007485.jpg



Si vous êtes amateur de film de zombies, vous avez pu constater que les lieux de prédilections des Zombies sont les centres commerciaux.
Pourquoi ???
Georges Romero le maître du genre nous donne enfin une explication dans Dawn of the Dead :

Les zombies ont dans leur cerveau mort des bribes de souvenirs, notamment des lieux spécifiques où ils passaient leur vie jadis vivant. Triste constat de l’humanité, si celle-ci avait un souvenir ce serait donc celui de ses lieux de consommation.

Que ceux qui n'ont pas été contaminés par les subprimes ou autres crédits toxiques se rassurent, ils auront une occasion de l'être avec les crédits à taux zéro avec lesquels on s'apercevra que lorsqu'il n'y a plus de place en enfer, les morts comme les emplois aidés, reviennent sur terre

Emplois aidés, Taux zéro voir négatifs, nationalisation, les sociétés de consommation n'ont d'autre salut que nous filer du cash pour qu'on le dépense.
Dans l'absolu, en pareille période, la case Travail n'est pas nécessaire mais il s'agit de nous occuper pour que nous ne fassions pas de bêtises...

Le vrai travail adapté serait que l'on fasse des courses toute la journée (y compris le dimanche).
Aussi, Virez nous l'argent directement sans qu'on ait à le gagner....on fera plus de courses même après notre mort car on sera moins fatigué...

ça, c'est du bon sens dans les démocraties de Marché où l'acte d'achat est plus important que le droit de vote.


Nécronomiquement votre


Commentaires

Slt,

Question peut-être sans valeur. Mais bon.

Pensez-vous qu'il soit judicieux d'acheter des demi-napoléon (cotés en Bourse) et d'attendre quelques années?
J'ai lu un truc la-dessus - même si l'or tend à baisser pour l'heure.
Question d'autant plus délicate que perso la crise actuelle me profite financièrement; une fois n'est pas coutume d'ailleurs! même si mon job n'a rien à voir avec la Bourse ou la finance.
Pensez-vous, par ailleurs, que l'époque actuelle et son prolongement pourrait générer un 3ème conflit mondial, histoire de nettoyer le globe?
Après tout, la bombe à neutrons c'est efficace et propre, non?
Merci.

Écrit par : candide | 30/10/2008

Consommez plus pour penser moins...

Faites comme moi,propagez un discours négatif auprès des commerçants et contribuez ainsi à amplifier la crise.

Les magasins sont moins fréquentés que l'an dernier,il suffit juste de regarder les parkings des centres commerciaux...

Dans votre entourage aussi vous pouvez dire que vous avez liquidé vos actions et retiré vos économies de la banque,(je justifie ça en disant que j'ai un ami directeur au crédit agricole qui m'a dit que tout aller s'écrouler)
même si les gens ne font rien ,ils doutent et c'est un bon début!

Bref,laisser cour à votre imagination!

Écrit par : jean louis david | 31/10/2008

Présentation en ligne de l'émission: les temps qui courent, Espace 2 (Radio suisse Romande) du mardi 28 octobre 08
"
Consommateurs, au boulot!
Caisses automatiques, services en ligne….adieu l’ère du client-roi?
Sommes-nous en train de travailler pour consommer?


Après avoir théorisé l’organisation rationnelle du travail des salariés, le discours managérial se tourne désormais vers la mise en forme du métier de consommateur, en appelant à  sa participation active, faisant de lui un partenaire ou encore un « consom’acteur » comme l’écrivent certains. Le consommateur est  ainsi invité à scanner ses articles, à imprimer son billet de transport, à réparer son ordinateur via un service téléphonique payant, ou encore à monter lui-même ses meubles en kit……La sociologue Marie-Anne Dujarier a patiemment rassemblés les faits dans un essai décapant « Le travail du consommateur. De Mc Do à eBay : comment nous co-produisons ce que nous achetons », paru aux Editions La Découverte.

  Partant de situations quotidiennes dans des services marchants (transports, banque, distribution, loisirs, restauration, médias, culture, médecine, etc), elle identifie trois formes de mise au travail : l’externalisation de tâches simplifiées, la captation de productions bénévoles et la délégation du travail d’organisation. Le consommateur se fait tour à tour concepteur, marketeur, prescripteur, publicitaire, producteur, réparateur, fomateur et même manager.  
Mais comment faire travailler un consommateur alors qu’il n’est ni un professionnel ni un employé ? Faut-il le former ? Consent-il à travailler ? L’auteure appréhende également les formes de conflits engendrés par l’existence de cette nouvelle main d’œuvre gratuite pour les entreprises.  Au final, qu’y gagne le consommateur ? Travaille-t-il plus pour dépenser moins ? Comment évaluer le gain réel pour les entreprises ? La sociologue montre aussi de quelle façon ce  travail « dissimulé »  change la nature même du travail salarié. Ainsi, les professions liées au contrôle du consommateur tendent à prendre de plus en plus d’importance.
Par Nicole Duparc
"
Bonjour chez vous

Écrit par : Vincent 1er Jedi | 01/11/2008

Les commentaires sont fermés.