24/04/2007

Ego trip : la googlelisation

Au sortir d’un rendez-vous Bizz, mon ami Benoît 3D, (Dandy Data Designer) me fit cette réflexion empreinte de modernité :
« Dés que l’on va être dehors, il va nous googleliser. »

C’est désormais l’usage, après les entretiens avec des personnes inconnues : de réponses polies en silences dilatoires, une fois la porte franchie, on se fait sauvagement googleliser, là où l’homme de goût du siècle précédent nous prenait, avec nos arguments, debout et contre le mur.

la googlelisation se pratique seul, par derrière, et en l’absence du partenaire.
Ce qui pourrait rendre acrobatique la situation si il ne s’agissait que d’écrire un nom et d’appuyer sur un bouton…C’est le check au porteur de news.

N’avez vous à ce point rien fait de si remarquable ou admirable durant vos études ou votre vie professionnelle pour ne pas être googleliser ?
Dans ce cas, quelle est votre valeur ajoutée ? est la question à laquelle il va vous falloir répondre.

Be a star for one dollar hurle la jeunesse, pas encore réconciliée avec la valeur travail, et qui n’envisage d’autre issue que de devenir Pop/Porn/ star.
Dernier né des ego trip plus fort qu'un tatouage ou un piercing, car irréversible, se faire googlelisé puis wikipedié est une façon de se survivre, de transformer sa vie en data en signe de non appartenance à la terre.
C’est aussi dans une économie de marché biométrique dont les deux mamelles sont consommer et contrôler, accepter de laisser une empreinte gravée dans le marbre électronique, susceptible de venir alimenter les bases de données policières si l’on en croit la nouvelle loi liberticide, mise en stand by durant les élections, qui vise à conserver systématiquement la trace sur l’Internet français de tous contenu mis en ligne, modifié et même supprimé.

L’économie de marché biométrique est en marche et la googlelisation son imam et son génome.

Les commentaires sont fermés.