22/07/2019

La violence est un potentiel économique

 

hhh.jpgMobiliser tout le monde pour contrôler tout le monde et aller chercher le minable point de croissance indispensable à la survie du système, voilà bien la stratégie actuelle du gouvernement qui tourne autour du travail : job, horaires variables, flexibilité, mobilité, recyclage, formation permanente, auto-entreprenariat jusqu'au télé travail cybernétisé et livré à domicile qui présente l'immense avantage que l'on peut s'adresser aussi à vous aussi en tant que consommateur productif sur le même écran et en temps réel. Vous êtes désormais livrés algorithmiquement à la machine où vos goûts, vos relations et vos désirs sont enregistrés. Vous êtes markétés, mis sur étagères, la production fusionne avec la consommation. Dans ce planning reproductif l'apogée sera la bulle verte où tout le système productif va se recycler sur l'élimination de ses propres déchets. Une valse incessante où le mariage pollution et antipollution sont censées garantir une croissance sans fin. Voici le plan béni de la Money Power que l'on compte nous vendre.

Et puisque, vous le savez, chers Amis Nécronomistes, ma théorie qui n'a jamais varié depuis 2005, est que nous allons connaître le sort du Japon, à savoir la déflation et enfin la trappe à liquidités dont on ne sort jamais, laissez moi vous expliquer l'atmosphère qui peut régner en pareil cas. Ainsi, vous comprendrez pourquoi dans une mes dernières note, je commençais par une citation de Baader "La violence est un potentiel économique".

De même, tout tremblement de terre, ou explosion d'une centrale nucléaire peut d'un point de vue libéral être considéré comme une excellente nouvelle pour l'économie ou plus précisément pour les grandes sociétés qui contrôlent cette économie. Ainsi l'économiste japonais Takuji Ōkubo après le séisme de mars 2011 se réjouissait sans ambages de la reconstruction qui allait générer un surcroit d'activité avec le renouvellement des biens endommagés. Il n'hésitait d'ailleurs pas à rappeler qu'après le tremblement de terre de 1995, le PIB japonais avait crû de 1,9% en 1995 puis de 2,6% en 1996 du fait des secteurs du BTP, des télécoms et de la sidérurgie qui avaient bénéficier de l'activité post-séisme. La conclusion coulait de source : cette catastrophe était une très bonne nouvelle pour l'économie et particulièrement pour la consommation le maillon faible de l'économie japonaise puisque lorsqu'on on en est au stade déflationniste de la trappe à liquidités, les consommateurs ne consomment plus. Pourquoi acheter aujourd'hui ce qui sera moins cher demain ?

Croissance verte, finance verte sont juste des mots pour faire croire que l'on va concilier l'inconcliable. Polluer pour dépolluer et générer de la croissance, c'est un peu le

japon,japanification,japanisation,econie japon,deflation,trappe a liquidités,banzai,mort économique,suicide économique,recession européenne,futur

 

Taux négatifs pour l'apéritif, déclaration de guerre pour le déssert...(axiome nécronomique)

"La violence est un potentiel économique"

Nécronomiquement votre

 

13/06/2019

Historique de la zombification du consommateur citoyen en territoire nécronomique

 

 

NECRONOMIE-POUR-MECHANTS-P.jpgEn toute immodestie, je crois avoir été le premier à théoriser le consommateur zombie et la zombification. Théorie que beaucoup ont repris par la suite. J'annonçais même ce qui peut paraître incroyable aujourd'hui les taux négatifs en 2008 qui allaient servir d'outil pour zombifier la population avec des taux d'intérêts plus qu'attractifs.

La preuve note de 2008

https://necronomie.blogsmarketing.adetem.org/tag/zombies

Pour ceux qui n'ont pas suivi le feuilleton nécronomique, petit rappel :

À l’époque de la domination française à Haïti puis à Saint-Domingue au XVII et XVIII siècle la vie était brutale pour les esclaves. Une vie qui mariait travail éreintant et discipline cruelle ainsi que la faim. La seule échappatoire de la plantation était la mort qui était crainte et désirée à la fois. Il n’est donc pas étonnant que les esclaves qui étaient habiles avec les poisons aient eu recours au suicide ce qui représentait la forme ultime de vol pour les propriétaires de plantations. Non seulement parce le suicide les privait du service d’un esclave mais aussi parce qu’il les privait de sa personne qui était leur propriété. Pour l’esclave seule la mort lui permettait de reprendre le contrôle de son corps mais beaucoup pouvaient se perdre en devenant des zombies. C’était l’épouvantail qui les éloignait du suicide car un zombie est esclave pour toujours. Malgré cela plus d’un millier d’entre eux prirent le risque de se suicider. C’est dire le niveau de désespoir.
Selon l'anthropologue et l'ethnobotaniste Wade Davis, une personne vivante peut être transformée en zombie par l'inoculation dans son flux sanguin de deux types de poudres, toutes deux disponibles en Haïti : la tetrodotoxine, une puissante neurotoxine qui se trouve dans la chair du poisson armé, et la datura, une drogue dissociative. Davis a écrit deux livres sur le sujet : Vaudou ! et Passage of Darkness : The Ethnobiology of the Haitian Zombie.
Si l’on transpose tout cela en termes nécronomiques, on dira qu’une personne vivante dans le monde où nous vivons peut être transformée en zombie avec deux types de poisons disponibles dans les démocraties de Marché. Le premier est le crédit car même à 1% sur vingt ou trente ans, le crédit ligote et astreint le consommateur zombie à une vie de sujet loyal et non rebelle. Vous constaterez qu’en ce moment la fabrique des hommes endettés tourne à plein régime. Le deuxième de ces poisons est évidemment l’antidépresseur qui va permettre au salarié zombie de supporter sa condition et les brimades dont il va faire l’objet. Pour info, le Seroplex est un des dix médicaments le plus remboursé en France. Ajoutons les anxiolytiques, les benzodiazépines et tout le bataclan. On peut conclure sans trop de risque qu’une personne sur trois dans la population dite active est sous influence chimique ou divine si l’on croit encore à la main invisible du capitalisme.

N'oubliez pas demain 21 heures en live sur AKASHA l'émission annuelle géopolitique du GRAND FOUTOIR

N'hésitez pas à intervenir

https://akasharadiotv.fr/

 

21/11/2015

Terrorisme contre terroirisme le virus SMS

index.jpgSuite aux propose de notre premier ministre, j'ai rendu visite au Docteur Benway le psychiatre des démocraties de Marché pour lui demander son avis.

" Les terroristes peuvent maintenant choisir leurs équipements : Bagues à cyanure, épingle de cravate, stylos injecteurs, dents, parapluie bulgare...ça marche, c'est de la vieille camelote mais c'est du sérieux...D'autres poisons peuvent prendre moins de place ainsi ce briquet lance des pastilles à botulisme...ça fait effet douze heures après...Sinon du coté de la biologie...tous les classiques du genre...anthrax, peste bubonique, poux à typhus..et ces petites choses marquées R qui donnent de nouvelles engeances radioactives...faites y attention...pas de vaccin...et ces capsules...vous en prenez une et pendant les six heures qui suivent votre haleine enverra au tapis toute une compagnie de CRS et vos pets feront sortir tout un commissariat les pieds devant...quant à cette nouvelle drogue, elle vous donnera une force surhumaine pendant six heures. Vous plierez des barres de fer, défoncerez une porte d'un coup de poing, courez quatre vingt kilomètres en une heure mais gare l'effet passé vous serez ramollo comme un nourrisson pendant six jours. Vous devez utilisez cette force surhumaine pour vous mettre au vert.

Pour détruire massivement, le plus efficace est le virus de mutation biologique découvert par Herr Doktor Steinplatz. Il l'a appelé le syndrome mutagène Steinplatz. Le SMS se caractérise par un érythème érogène siégeant aux organes génitaux avec démangeaison et sensation de brulure, accompagné d'une frénésie sexuelle incontrôlable. Le SMS a un taux de mortalité très élevé chez les personnes âgées ou celles dont la structure mentale est rigide et résistante au changement.

Voilà pourquoi mon cher JPC, la somnolence sociologique engendre le suicide économique...il est trop tard pour revenir en arrière...Bon appétit...

Bon nuit Docteur...