13/10/2019

Les nouveaux assistés (banquiers, assureurs, riches)


Pour les grands patrons, les médias, les hommes politiques et les experts, les causes de la situation ne sont définitivement pas à chercher dans les politiques monétaires qui opèrent un transfert de richesse massif vers les plus riches dans l’espoir d’un ruissellement, théorie économique fumeuse dont on sait clairement aujourd’hui qu’elle n’existe pas. Le ruissellement des plus riches vers les plus pauvres s’apparente plutôt à un goutte à goutte visant tout juste à maintenir en survie un lumpenprolétariat. L’endettement par les crédits conso allant faire le reste quand il ne s’agit pas d’encager les plus pauvres par des crédits de vingt ou trente ans pour les réduire en esclavage.
De même le futur revenu d’activité présenté par Macron qui fusionnent plusieurs allocations (dont l’alloc logement) sera versé sous condition que le demandeur s’inscrive dans un parcours d’insertion qui l’empêche de refuser plus de deux offres d’emplois. D’une part, elle s’approprie et transforme de l’intérieur ce que Michel Foucault a appelé le pouvoir pastoral : « art de conduire, de diriger, de mener, de guider, de tenir à la main, de manipuler les hommes, un art de les suivre et de les pousser pas à pas, un art qui a cette fonction de prendre en charge collectivement et individuellement tout au long de leur vie et à chaque pas de leur existence. »
Je ferai simplement remarquer que ce type de démarche, on peut le constater aux USA pousse les gens directement vers l’économie parallèle, la seule où l’on conserve sa liberté. Vivre libre ou mourir… Ainsi aux USA, une personne sur cinq n’est plus dans aucune statistique. La seule chose en fait que l’on va encourager n’est pas le travail mais la violence. Cela les macroniens s’en foutent protégés qu’ils sont dans leur métropole citadelle ₁.
Pour tous ces amnésiques de la Money Power, les vraies causes de ces crises à répétition résideraient dans les exigences excessives des gouvernés (notamment du sud de l’Europe) qui veulent vivre comme des « cigales ». Ainsi les gilets jaunes sont juste des gens qui gèrent mal leur budget car ils boivent et ils fument. J’exagère à peine…
Le bloc de pouvoir néolibéral ne peut pas et ne veut pas « réguler » les « excès » de la finance, parce que son programme politique est toujours celui représenté par les choix et les décisions qui nous ont conduits à la dernière crise financière qui perdure aujourd’hui. Au contraire, avec le chantage à la faillite de la dette souveraine, il veut mener jusqu’au bout ce programme dont il fantasme, depuis les années 1970, l’application intégrale : réduire les salaires au niveau minimum, couper les services sociaux pour mettre l’État-providence au service des nouveaux « assistés » (les banquiers, les assureurs et les riches) et tout privatiser.


PS Une petite anecdote :
 Il y a deux semaines un psychotique a fait irruption dans mon immeuble. J’habite dans le 93 dans une zone de priorité sécuritaire. Je voulais intervenir mais ma fiancée m’en a dissuadée. Le type sous l’emprise de la drogue étant ultraviolent et tambourinant à toutes les portes pour les fracasser, nous avons dû appeler la police. Au bout d’une heure, rien ne s’était passé. En sortant, puisqu’il y a des caméras partout, j’ai pu attirer l’attention d’un ilotier qui a appelé du renfort. Cette fois, la police est venue mais pour m’engueuler.
« Monsieur, faut pas habiter dans des endroits pareils. »
Je n’ai même perdu mon temps à objecter que mes maigres droits d’auteur ne me laissaient pas le choix. J’étais responsable de mon insécurité tout comme on est responsable de son employabilité…


PS cette nuit, j’ai rêvé que Castaner était remplacé par Dupont de Ligonnès et Lemaire par Dodo la Saumure. Le pays n'allait pas plus mal...

 

SELBY.jpg

10/11/2018

Ne pas confondre Feignasse et NITLF

 

 

grande deconnexion,grande deconnection,ntih,not in the labour force,chomage,revenu d'activité,macron,revenu universel arnaqueIl y a encore un peu plus d’une dizaine d’années lorsque je disais que le salut viendrait des banlieues, je me prenais immédiatement dans la tronche des réflexions du style :

« Ah mais t’es fou, ils sont pires que nous, ils sont complètement acculturés par les marques et en plus, ils ne veulent pas travailler… »

Certaines même comme DIAMS le revendiquaient avec ses mots

Ma France à  moi elle parle fort, elle vit à  bout de rêves,
Elle vit en groupe, parle de bled et déteste les règles,
Elle sèche les cours, le plus souvent pour ne rien foutre,
Elle joue au foot sous le soleil souvent du Coca dans la gourde

 

De tout cela, je convenais (sans généraliser). Je l’ai même gravé dans le marbre en quelque sorte dans Crise et Mutation en expliquant que les pillages de magasins n’étaient rien d’autres que des émeutes consuméristes tout comme il existe des émeutes légales appelées « SOLDES »

Aux USA, où l’on nous répète régulièrement qu’il y a moins de 5% de chômeurs, on omet de dire qu’il y a environ 28 % de personnes qui ne sont plus sur le marché du travail et qui n’envisagent pas d’y aller. NOT IN THE LABOUR FORCE (NITLF) dit-on. De quoi vivent-ils ? Des faibles allocations, de débrouillardise et pour certains de différents trafics.

En France, nous suivons évidemment le même chemin, ce qui arrive aux USA arrive toujours chez nous, un peu de temps après.

« We play together, we pay Together.”

En France lorsque l’on observe les chiffres du chômage ; on s’aperçoit que pratiquement 45% des chômeurs n’ont pas le bac.  Pour tous ceux-là, penser que la formation suffira à les faire entrer sur le marché du travail est illusoire. Guillaume Richard le PDG du groupe O2 plus grand employeur de France ces dernières années (16 000 embauches) livrait d’ailleurs cette analyse en constatant que dans des métiers comme les siens, les services à la personne, la marge brute était faible et que son concurrent était le travail au noir. Toutefois, à contrario des forcenés de l’ultra libéralisme qui veulent supprimer toutes allocutions existantes, Guillaume Richard plaide pour un revenu d’existence pour les plus démunis. Revenu qui ne serait pas supprimé dès que l’allocataire dépasse d’un euro le plafond. Car il est vrai qu’il est très dur de sortir de la trappe à pauvreté et que dans bien des cas, il est plus rentable de ne rien faire officiellement que de gagner juste un peu plus du SMIC (CMU, garderie, Taxe d’habitation, redevance, tarif préférentiel pour l’électricité et le téléphone, passe Navigo…)

C’est pourquoi, je suis sûr que pour ces raisons auxquelles on peut ajouter la paix sociale, l’avènement d’un revenu universel est inéluctable puisque c’est le seul plan de relance du capitalisme au stade où nous en sommes. Avec, évidemment derrière cette manœuvre, l’idée que les pauvres avec ce revenu garanti seront plus flexibles dans la production. C’est en tout cas l’idée de Macron avec son revenu universel d’activité. Mais là où il se trompe, c’est que contrairement aux sujets mécontents qui voudraient devenir des sujets contents comme les gilets jaunes, la possibilité d’un nouveau monde n’intéresse pas les NITLF. Ils savent que le nouveau monde sera la répétition vide et ennuyeuse de ce qui a précédé. Ils sont nés et ont grandi sans avoir jamais eu la possibilité d’expérimenter des modes radicalement différents de vivre ou même d’avoir de l’espoir dans des utopies comme le communisme ou le socialisme ; il n’est pas possible pour eux d’imaginer ce monde autrement qu’ en termes négatifs . Néanmoins, le refus du travail, de l’autorité donc de la servitude volontaire ne constitue pas pour eux un suicide social au sens où Orelsan l’entend

https://genius.com/Orelsan-suicide-social-lyrics

 

. Le retour à un passé idéalisé » (le c’était mieux avant de l’Ancien Monde) ou l’accomplissement dans un futur messianique et transhumain du Nouveau Monde laisse de marbre les NITLF qui n’aiment ni les soupirs de nostalgies ni les projections astrales

Ni dans ce qui fût ni dans le qui sera mais tout de suite et Maintenant…

PS j’ai beaucoup rapé dans cette note

JPC NITLF