25/08/2020

cauchemar américain et falaise de marbre

 

Aux USA où soi disant l’économie repart (lol) les investisseurs ne sont manifestement pas d'accord. Et par l'apparence de toute la dette qu'ils contractent (voir le Marché obligataire), ils s'opposent avec véhémence à l'idée que la dette puisse être risquée. Mais là aussi, il y a une divergence importante. Les banques sont clairement beaucoup moins sûres sur le sujet, Plus de 40% des banques aux USA ont resserré les normes de prêt pour les prêts aux grandes et moyennes entreprises. Dans le même temps, le pourcentage de banques déclarant une volonté accrue d'accorder des prêts à la consommation a diminué de 20% .

À ce stade, les seuls facteurs protégeant l'économie du point de rupture inévitable des consommateurs sont les chèques de relance du gouvernement et les largesses temporaires des propriétaires, des banques et des autres créanciers. Un moratoire fédéral sur les avis d'expulsion pourrait être prolongé, mais le Washington Post affirme qu'au moins 20 millions de locataires risquent d'être expulsés d'ici le 30 septembre. «Une falaise approche», dit le Post.

23/04/2020

Où est passé la demande ???

Il n’y a pas besoin d’être un grand économiste pour se rendre compte de l’absurdité du travailler plus prôné par le MEDEF car ce n’est pas la peine de produire plus pour augmenter l’offre alors que la demande s’écroule. Presque tout ce qui serait fabriqué deviendrait immédiatement excédentaire en raison du chômage massif qui touche les peu qualifiés dans tous les secteurs mais aussi les hautement qualifiés dans les secteurs qui connaissent un effondrement systémique
Il y aura un effet pauvreté qui profitera à quelques uns. Voici ce que va générer la crise en résumé

 - Une importante concentration de richesses,
  - la déstabilisation des petites et moyennes entreprises dans tous les grands secteurs de l’activité économique,        y compris l’économie des services, l’agriculture et l’industrie manufacturière.
  - la dérogation aux droits des travailleurs. Elle déstabilise le marchés du travail.
   - Elle comprime les salaires (et les coûts du travail) dans les pays dits « développés » à revenu élevé ainsi que        dans les pays en développement appauvris.
   -Travail: chômage massif chez les peu qualifiés dans tous les secteurs et chez les hautement qualifies dans les       secteurs connaissant un effondrement systémique de la demande.

Les revenus s’écrouleront à mesure que les bénéfices s'effondreront, les petites entreprises fermeront leurs portes, pour ne jamais rouvrir, les gouvernements seront contraints de resserrer leurs dépenses avec la baisse des recettes fiscales, et quelle que soit la concurrence qui persiste, le prix du travail, des biens et des services baissera implacablement.
La mondialisation a généré une hyper-spécialisation dans les économies locales et régionales, les privant de résilience. Toutes les économies exposées aux flux de demande d'une classe mondialisée de consommateurs avec un revenu discrétionnaire excédentaire connaitront d’énormes problèmes. C’est le cas par exemple de pays où le tourisme représente une part significative du PIB (Espagne, Croatie, France…) ou de ceux spécialisés l'extraction de matières premières.
Toutes ces pays sont aujourd'hui confrontées à un effondrement structurel de la demande mondiale, et certaines n'ont pas d'économie locale diversifiée pour amortir le coup porté aux emplois, aux revenus, aux bénéfices et aux recettes fiscales.
Concernant l’économie locale et le petit commerce
des milliers de petites entreprises qui pourraient à peine survivre à une baisse de 20% des revenus sont confrontées à une baisse de 50% ou plus à perte de vue. Avec des coûts tels que le loyer, la main-d'œuvre, les frais, les taxes, un nombre énormément important de petites entreprises dans le monde ne peuvent survivre car leurs coûts restent élevés même lorsque leurs ventes chutent: les coûts sont fixes, les bénéfices glissent rapidement vers zéro et au-delà.

Nécronomiquement votre

 

16/12/2008

Credit toxique, credit sans crédit

Un crédit est dit désormais toxique si il est consenti à des pauvres...Il faut donc l'interdire...


Le gouvernement après avoir essayé de mettre en place le crédit hypothecaire pour les pauvres au moment ou celui ci s'écroulait mondialement via les subprimes, a déclaré la guerre au crédit toxique.

Va t'on voir l'an prochain les spectateurs du Tour de France jeter des pierres sur l'équipe COFIDIS ???

Y a pas que les pauvres et les petites entreprises qui manquent de crédit, nos hommes politiques en manquent aussi singulièrement.

Nécronomiquement votre