01/09/2020

Redistribution du bas vers le haut (ruissellement à l'envers)

 

 L’économie américaine n’a connu qu’une très faible croissance depuis la dernière récession. Le boom des marchés boursiers est uniquement dû au fait qu’après la crise de 2007/08, la FED a injecté de vastes sommes d’argent dans le système et l’a donné aux grands investisseurs à des taux d’intérêt toujours plus bas.

Bien qu’elle ait tenté d’endiguer ce flot d’argent entre 2015 et 2018, la tentative a échoué à la fin de 2018. Depuis lors, elle a encore baissé les taux d’intérêt à trois reprises et, avec son intervention sur le marché du REPO, elle a annoncé une nouvelle série de prêts bon marché aux grands investisseurs.

Cette surabondance de liquidités fait en sorte que l’argent circule directement sur le marché boursier ou que les grandes entreprises rachètent constamment des actions et manipulent les prix de cette façon.

Pour la population américaine, ce processus signifie avant tout une chose : la poursuite de l’explosion des inégalités sociales. Les bénéfices des marchés boursiers ne profitent pas aux grandes masses. Au contraire, l’impression de la monnaie fait en sorte que le dollar américain continue de se déprécier à long terme, c’est-à-dire que les revenus réels diminuent partout.

Un excellent exemple de l’ampleur de la redistribution actuelle du bas vers le haut est fourni par la grande banque JP Morgan et son patron Jamie Dimon : le bloc d’actions de Dimon a connu une augmentation de valeur de plus de 250 millions de dollars au seul quatrième trimestre de 2019 à la suite des interventions de la FED – la même année où JP Morgan a licencié plusieurs centaines d’employés “ pour des raisons de coût “ au chômage.

Macron n'a pas compris le ruissellement. Il s'est trompé de sens. Si l'on veut que le ruissellement fonctionne il suffit de pendre les pauvres par les pieds !!!

 

27/03/2020

LE SACRIFICE DES CLASSES POPULAIRES

 

 

gael giraud,sacrifice de la classe populaire coronavirus,coronavirus,covid 19,résistance,évolution,révolution,mutation

 

Veut-on contraindre par les armes les ouvriers et les salariés à revenu modeste à risquer leur vie pour acheminer de la nourriture aux cadres qui restent, aujourd’hui, tranquillement chez eux ou dans leur maison de campagne ?

 

 

https://reporterre.net/Depister-et-fabriquer-des-masques-...

 

 

LA HAINE

https://www.liberation.fr/auteur/20647-claude-baniam-pseu...

 

19/03/2020

Le jour d'après

Les gens parlent de reprise en V sans savoir de quoi ils parlent.
Nouriel Roubini AKA Docteur DOOM

Ne pas oublier la théorie de l’enfant hydrocéphale qui fait quelques pas et retombe parce que la tête (dette) est trop lourde.
JPC AKA JPC

Qu'est-ce qu'une dépression?

Nous sommes maintenant à la fin d’une expansion économique très longue, mais à bien des égards très faible et artificielle. Dans le même temps, nous avons eu l'un des marchés haussiers des titres les plus solides de l'histoire et généré une bulle immobilière comparable à celle des subprimes aux USA.
Les deux sont le résultat de billions de monnaies créés au cours de la dernière décennie. À l'heure actuelle, très peu de gens sont prêts à envisager la possibilité de moments difficiles - sans parler de la Grande Dépression.
L'économie actuelle est un château de cartes, construit sur des sables mouvants, avec un tsunami en route. Pour l'instant, je ne parlerai que brièvement de la nature des dépressions. Il existe au moins trois bonnes définitions du terme:
1-Une période où le niveau de vie de la plupart des gens baisse considérablement.
2-Une période de temps où les distorsions et les mauvaises affectations de capitaux sont liquidées.
3-Une période de temps où le cycle économique atteint son paroxysme.
En utilisant la première définition, toute catastrophe naturelle comme le coronavirus peut provoquer une dépression. Toutefois avec les plans de relance et les injections massive d’argent et les rachats de dettes
Vous pouvez donc vivre au-dessus de vos moyens assez longtemps.
Mais le pire type de dépression n'a pas seulement des effets économiques, mais des causes économiques. C’est là que les définitions deux et trois entrent en jeu.
Qu'est-ce qui peut provoquer des distorsions dans le fonctionnement du marché, obligeant les gens à faire des choses qu'ils jugeraient autrement déraisonnables ou non économiques ?
Le gouvernement a incité constamment, directement et indirectement, les gens à acheter et vendre des choses qu'ils n'auraient pas autrement, à faire des choses qu'ils préféraient ne pas faire et à investir dans des choses qui n'ont aucun sens. Tout ceci avec des taux très faibles voire négatifs et des conditions de crédits ultra favorables.
Ces affectations erronées du capital réduisent subtilement le niveau de vie général d’une société, mais le grave problème survient lorsque de telles affectations erratiques s’accumulent à un degré insoutenable et que la réalité les force à la liquidation. Il en résulte des entreprises en faillite, une dette en souffrance et des chômeurs.
Le cycle économique est principalement causé par l'inflation monétaire, qui s'accomplit aujourd'hui par la monétisation de la dette publique par le biais du système bancaire; essentiellement, lorsque les gouvernements enregistrent un déficit, les banquiers centraux achètent la dette et crédite le compte du gouvernement dans une banque commerciale avec de l’argent.
Quoi qu'il en soit, cette masse d’argent fabriquée par la planche à billets envoie de faux signaux aux entreprises qui rachètent leurs propre actions (en particulier à ceux qui obtiennent tôt l'argent, car elle filtre à travers l'économie), ce qui les fait surestimer la demande de leurs produits car les consommateurs sont maintenus aussi sous perfusion. Cela les oblige à embaucher plus de travailleurs et à faire des investissements en capital - souvent avec de l'argent emprunté. C'est ce qu'on appelle «stimuler l'économie».
Gonfler la monnaie peut en fait faire baisser les taux d'intérêt pendant un certain temps, car le prix de l'argent (intérêts) est abaissé par l'augmentation de l'offre de monnaie. Cela fait que les gens épargnent moins et empruntent plus, tout comme les Américains et les Européens le font depuis des années notamment les français avec l’immobilier. Une grande partie de cet argent nouvellement créé va sur le marché boursier et dans l’achat d’immobilier, ce qui les pousse à la hausse.
Avec l’effondrement des actifs boursiers et immobiliers, le sentiment de richesse disparait. Nous entrons dans la fameuse trappe à liquidités, la trappe nigaud dont personne n’est jamais sorti. C’est l’exemple japonais. Pourquoi acheter aujourd’hui ce qui sera moins cher demain. Les investisseurs n’investissent plus, les consommateurs ne consomment plus.
Conséquence : grand nombre de travailleurs perdent leur emploi.
Plutôt que de laisser le marché s'ajuster, le gouvernement recommence généralement le processus avec un nouveau et plus vaste «plan de relance». C’est ce que nous allons vivre au niveau européen.
En voulant éviter la récession par la planche à billets avec des États déjà surendettés les distorsions dans la façon dont les gens consomment et investissent deviennent plus profondes et plus la dépression éventuelle est grave car dans l’incapacité de remonter les taux, l’argent se déprécie.
C'est pourquoi je prédis que la Grande Dépression sera au moins aussi longue que celle de 1929. Au moins, nous aurons prévenu les gens depuis 2007. Merci à tous, particulièrement au Vince Institute qui par ses contributions à largement contribué à ce blog d’exister.