21/12/2019

Crimes et châtiments

 

 

krisis,crimes,crise,mutation,retraite par capitalsaition,futur,Les mots « CRIME » ET « CRISE » partagent la même étymologie. Les deux proviennent du grec krisis qui signifie « jugement, sélection, séparation ». On définit une crise comme une situation dans laquelle les normes traditionnelles perdent leur emprise sur la réalité, alors que les nouvelles normes ne sont pas encore en vigueur. Lorsqu'il y a crise, donc, la loi naturelle ne règne plus et le crime se propage.
Faire porter la responsabilité de la crise aux victimes fait partie du jeu : vous êtes coupables de ne pas être capables de vous soumettre. vous subirez donc le chantage de la dette et la tyrannie de l'austérité.
De la même manière, la « confiance », mot magique de toute crise financière, répété comme une incantation par tous les larbins de l’économie de la dette (journalistes, économistes, hommes politiques, experts), n’est pas seulement garantie par l’énonciation ; elle a besoin de gages corporels et incorporels.
Dans l’économie de la dette, vous êtes condamnés à devenir capital humain ou entrepreneur de soi. Ce qui signifie assumer les coûts et les risques d’une économie flexible et financiarisée, coûts et risques qui ne sont pas seulement, loin s’en faut, ceux de l’innovation, mais aussi et surtout ceux de la précarité, de la pauvreté, du chômage, des services de santé défaillants, de la pénurie de logements, etc. « Faire de soi-même une entreprise » signifie se charger de la pauvreté, du chômage, de la précarité, du revenu du RSA, des bas salaires, des retraites amputées, etc., comme s’ils étaient des « ressources » et des « investissements » de l’individu à gérer comme un capital, « son » capital .
Dans ce cadre la retraite par capitalisation présente deux avantages :
- Renflouer les banquiers et les assureurs
- Transférer la responsabilité de l’épargne ou de l’incapacité d’épargner sur les individus.
Joli crime sur les plus démunis !!!

16/01/2019

Argent sans valeur

 

der kollaps.jpg

Les avisés qui ont lu ce livre désormais aussi culte que Crise et Mutation savent que :

Quand, dans les années 1970, l’accumulation fordiste a atteint ses limites, le keynésianisme a débouché sur une politique inflationniste fondée sur le crédit d’Etat. Mais ce que l’on a appelé la « révolution néolibérale » a simplement déplacé le problème du crédit d’Etat vers les marchés financiers. Tout cela s’est produit sur fond d’une nouvelle rupture structurelle dans le développement capitaliste, marquée par la troisième révolution industrielle (la microélectronique). A ce niveau de productivité qualitativement nouveau, il était devenu impossible de créer l’espace nécessaire à une accumulation réelle. Pendant plus de vingt ans, il s’est donc développé, sur la base de l’endettement et de bulles financières sans substance, une conjoncture globale de déficit qui ne pouvait être viable à long terme. Toute l’ère néolibérale de la dérégulation s’est accompagnée d’une succession inédite de crises financières et d’endettement. Tant que ces crises sont restées limitées à certaines régions du monde ou à des secteurs particuliers, il fut possible de les endiguer grâce à un flot de liquidités émis par les banques centrales. Mais ainsi, on a seulement créé les bases de la culmination du processus de crise.

La désubstantialisation réelle du capital est parvenue à un point où seule une pseudo-accumulation sans substance via des bulles financières et le crédit d’Etat est possible, et c’est elle qui se heurte actuellement à des limites.

En clair, on ne remonte pas les champs-Elysées,on les descend mais cela les gilets jaunes le savent déjà 

J’aurai voulu rencontrer Robert Kurz, l’auteur de cette brillante analyse, il est hélas mort d’une erreur médicale. Pur fils de prolo, autodidacte séchant la fac puis tour à tour chauffeur de taxi ou travailleur de nuit tout en étant un contributeur de journaux dument choisis.

 Si j’avais été complotiste, je me serais dit qu’on avait buté le plus brillant théoricien de la crise même si il n’a pas le panache du Debordien Anselm Jappe ou le légo sursousdimensionné de JPC ami personnel de tous les anges qui sont tombés du ciel sur une civière.

En clair, on ne remonte pas les Champs Elysées,on les descend comme un gilet jaune ou si vous préférez, on est plus près de la mer que des coquillages. Pour les teen-agers, je dirai que la fête du slip est terminée en espérant qu'elle eut pu un jour pour vous, commencer. Evidemment, ça vous l'entendrez pas sur BFM Business. Faut surtout pas que le consom'acteur se mette à paniquer et fasse accélérer l'inéluctable. Depuis maintenant dix ans les banques centrales leur taux zero ou négatifs font des transfusion à un système qui souffre d'hémorragie interne et ainsi font un gonflage de joues comme dans la fable de Jean de la Fontaine le plus grand économiste de tous les temps. Mais bon toutes les choses ont une fin et puisque semblerait que nous soyons capable de concevoir à travers l'écologie, la fin du monde, pourquoi n'arrivons nous pas à concevoir la fin du capitalisme autrement que demain les barbares ? C'est quoi l'alternative : devenir transhumain dans un Marché basé sur le renouvellement des hommes et des produits ?

Ou alors être Nécronomiste...je vais peut être me présenter aux européennes pour expliquer aux gens que si ils ont peur de l'enfer, ils n'ont pas à la chercher dans très longtemps.

Quand je vous disais Crise et Mutation, je pensais Crise et Amputation du pouvoir d'H.A mais si vous avez lu le livre, vous l'avez compris...