15/04/2020

Courage fuyons...

mais prend l'oseille quand même...

 

Comment gagner du fric sans prendre de risques : facile…acheter ce que les banquiers centraux achètent de manière à pouvoir éventuellement leur refourguer dans le pire des cas :


BlackRock, qui gère environ 7 000 milliards de dollars d'actifs et est le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, a déclaré qu'il prévoyait de garder un "coussin de trésorerie important" pour le moment, étant donné l'incertitude sur la durée et la profondeur du ralentissement économique, et suivra la Fed et les autres banquiers centraux en achetant ce qu'elles achètent et des actifs qui riment avec ceux-ci , a écrit Rick Rieder, chef de l'équipe d'allocation mondiale de l'entreprise, dans un article de blog.
" Nous pensons aux semaines à venir en termes de deux intervalles ", a écrit Rieder, qui est également directeur des investissements des titres à revenu fixe mondiaux et gère environ 2,3 billions de dollars d'actifs à revenu fixe: une phase initiale qui implique d'avoir une grande pile de liquidités, puis suite aux achats et achats par les banques centrales d'actifs qui riment avec ceux-là".

Bref une montagne de cash en stock et zéro investissement à part acheter comme les banquiers centraux

 

08/04/2020

Le retour de Helicopter Ben

 

39fa61d1849e2af58cc7b8c1143bb443.jpg

Helicopter Ben, Bernie la plante est de retour

Au cours d’une interview, l'ancien président de la Fed, Ben Bernanke, a suggéré que le PIB américain pourrait diminuer de 30% -plus annualisé au T2 (tout en minimisant les comparaisons entre les fermetures et la Grande Dépression, bien qu'il pense que nous pourrions voir une crise de marché émergente et une récession mondiale ;
Il estime qu'une grande partie de l'explosion récente du bilan de la Fed est temporaire, qu'il y aura plus d'aide budgétaire à venir, et a déclaré que "la Fed peut essentiellement prêter à n'importe qui" sur la base de ses pouvoirs d'urgence.
Enfin, Bernanke a admis qu'il ne s'attend pas à une reprise brutale de l'économie en "V".

sur ce dernier point, il a raison, nous avons tjrs dit sur ce blog que nous nous dirigeons vers un L. Il n'y a que les allumés de BFM BUSINESS qui croient au rebond magique. Normal, c'est leur business de réanimateurs anésthésistes.

24/04/2019

Nous avons une solution à la crise

mario-draghi-gift.jpg

 

 

 

sommes aujourd’hui avec une  BCE qui pratique  des taux nuls, voire légèrement négatifs, pour le refinancement des banques, qui achève son cycle de « Quantitative et qui promet encore une fois de refinancer massivement les banques pour les prochaines années. Dormez tranquilles, Messieurs les banquiers, tout va bien. 

Résultat des courses : rien pour l’économie réelle où les gens travaillent réellement.

La Bourse n’en finit pas de monter. Un gonflage de joues à la trompettiste (de Jéricho) sans fin. Personne ne sait pourquoi mais pourtant la raison est simple : ce n’est absolument pas lié aux résultats des entreprises mais au fait qu’elles se rachètent elles-mêmes leurs propres actions et inflatent ainsi artificiellement le Marché action.

Pour l’immobilier, c’est idem, les gens s’endettent sur des durées considérables parfois de trente ans comme si ils avaient une visibilité sur leurs revenus sur pareilles durées. Ce faisant, ils font le choix d'acheter très cher avec des taux très faibles en spéculant sur le fait qu’ils pourront vendre plus cher ou au moins au même prix. Ils agissent ainsi comme si les arbres montaient jusqu’au ciel. L’histoire des subprimes même si ils étaient fait avec des taux variables et pas des taux fixes nous a pourtant enseigner l’inverse.

Merci Mr Draghi, les plus riches se sont encore plus enrichis et les plus pauvres plus endettés.

Force est pourtant de constater que ces milliards déversés si ils ont permis pour l’instant d’éviter la TGD (Très Grande Dépression) n’ont pas permis de relancer l’économie réelle.

Partant de ce constat, il n’y a plus trente six solutions. Aller en territoire très négatifs parait difficile. Il est peu probable que les Allemands acceptent.

Reste donc la solution de l’Helicopter money et le rachat  et l’annulation des dettes souveraines par la BCE. La solution qui consiste en de grands travaux européens. Et enfin la solution d’Helicopter money à destination des entreprises ou des particuliers.

Vous vous en doutez bien. Au cours de la dernière réunion de Nécronomie Internationale, nous avons voté à l’unanimité pour l’Helicopter money se fasse en direction des particuliers et que tous les comptes en banque des particuliers de la zone Euro soit crédités

Le retour du Keynésianisme par la grande porte et l’aveu pour les gouvernants que l’on peut créer aussi artificiellement une demande (et pas seulement une offre) et générer de la consommation pour relancer l’économie.

Voilà, on nous reproche souvent de ne pas être des solutionnistes mais vous voyez ce n’est pas le cas. Il se passe que nos solutions ne sont pas acceptables dans un monde où on érige le travail en guide suprême de nos vie.

Allez parler du rien foutre et être payé à Macron…

L’histoire retiendra qu’un petit groupe d’iroquois rassemblés sous la bannière de la Nécronomie avait une solution.