11/09/2020

le baiser de la Nécronomie

images.jpgindex.jpg

 

 

Finalement on se marre bien dans la Nécronomie ! On aura eu droit à tout...vous vous souvenez certainement de la brève opposition caricaturale entre le hollywoodien Yanis Varoufakis (dit vatefairefoutresanskiss) et le handicapé méchant Wolfgang Schäuble du 4em Reich.

L'occupé grec résistant à l'occupant allemand. Un classique déjà interprété. Un dominé narguant le dominant dans l'arène médiatique.

A la fin des fins, chacun sait que César abaissera son pouce et ordonnera la mise à mort du gladiateur. L'Ordre doit demeurer, celui édicté par Wall Street. Les jeux sont faits avant même que les mises soient déposées. L'infantilisation des peuples est l'assurance vie de la dictature mondialisée.

Il aurait fallu un mec comme Richard Widmark dans KISS OF DEATH. Le mec capable de pousser une handicapée dans l'escalier. J'adore son rire...

https://www.youtube.com/watch?v=S_0xAbFAIbM

Mais les Richard Widmark en économie, ça n'existe pas SAUF SUR CE BLOG

10/09/2020

Idées zombies

En lisant le dernier ouvrage de Paul Krugman, je me suis demandé un court instant si il lisait notre blog avec le discours récurrent sur les zombies.

index.jpg

Non, il n'en est rien les zombies sont partout et les idées zombies aussi.

Quelle est la plus persistante de ces idées-zombies ? Croire que taxer les riches est destructeur pour l’économie, et qu’à l’inverse diminuer l’impôt sur les hauts revenus produira une croissance économique miraculeuse. Cette doctrine, que les faits ne cessent de démentir, a paradoxalement encore une emprise. Macron s’en est même fait le porte-parole avec le fameux ruissellement ou les premiers de cordées. Il vient encore en remettre une couche avec son concept de "cordées de la réussite". Il n'en démord pas.

De même la croyance selon laquelle la France souffrirait d’un grave « déficit de compétences » est une mode : elle fait partie de ce que les Gens Très Sérieux répètent entre eux. C’est un excellent exemple d’idée-zombie – une idée increvable, qui ne cesse de se relever des coups qu’on lui porte. Cette croyance a provoqué beaucoup de dégâts.Prochainement vous n'allez entendre parler que de ça puisqu on va vous mettre sur le dos le chômage et la crise et cela sera de votre fait parce vous n'êtes comme moi qu'une bande d'incompétents fainéants.

Que se passerait il s’il y avait vraiment une pénurie de compétences ? En toute logique, seuls les travailleurs avec les bonnes compétences devraient s’en sortir. Ce n’est pourtant pas ce qui se passe actuellement.

Certes, les salariés très diplômés sont plus rarement au chômage que les autres ; mais c’est toujours le cas, peu importe la situation économique. Le point crucial est que le chômage reste beaucoup plus élevé qu’avant la crise financière, quel que soit le niveau d’éducation et quelle que soit la profession : dans toutes les grandes catégories, les travailleurs se portent moins bien qu’en 2007.

Certains employeurs se plaignent de la difficulté à trouver des travailleurs possédant les compétences dont ils ont besoin. Mais sortez l’argent ! Si les employeurs réclament des qualifications spécifiques, ils doivent être prêts à offrir des salaires plus élevés pour attirer ceux qui les possèdent.

Pareillement si les employeurs cherchent des commis boucher ou des serveurs "t'as qu'a traverser la rue et tu trouveras du boulot", des professions difficiles, là encore il ne sert à rien de pleurnicher, il faut simplement sortir l’argent !

 

 

 

17/08/2020

Lecture d'Eté style être ou avoir été

 Ne travaillez jamais

   Qu'est-ce que le travail ? Pourquoi travaillons-nous ? Depuis des temps immémoriaux, les réponses à ces questions, au sein de la gauche comme de la droite, ont été que le travail est à la fois une nécessité naturelle et, l'exploitation en moins, un bien social. On peut critiquer la manière dont il est géré, comment il est indemnisé et qui en profite le plus, mais jamais le travail lui-même, jamais le travail en tant que tel. Dans ce livre, Hemmens cherche à remettre en cause ces idées reçues. En s’appuyant sur le courant de la critique de la valeur issu de la théorie critique marxienne, l'auteur démontre que le capitalisme et sa crise finale ne peuvent être correctement compris que sous l’angle du caractère historiquement spécifique et socialement destructeur du travail. C'est dans ce contexte qu'il se livre à une analyse critique détaillée de la riche histoire des penseurs français qui, au cours des deux derniers siècles, ont contesté frontalement la forme travail :  du socialiste utopique Charles Fourier (1772-1837), qui a appelé à l'abolition de la séparation entre le travail et le jeu, au gendre rétif de Marx, Paul Lafargue (1842-1911), qui a appelé au droit à la paresse (1880) ; du père du surréalisme, André Breton (1896-1966), qui réclame une « guerre contre le travail », à bien sûr, Guy Debord (1931-1994), auteur du fameux graffiti, « Ne travaillez jamais ».Sans oublier mon ami Marcel la feignasse de l'inaction française du RMI au minimum vieillesse sans jamais avoir travaillé...

Ce livre sera un point de référence crucial pour les débats contemporains sur le travail et ses origines.

 

Alastair Hemmens est un auteur, chercheur et traducteur, qui vit à Cardiff, au pays de Galles.

Ouvrage traduit de l’anglais par Bernard Ferry, Nicolas Gilissen, Françoise Gollain, Richard Hersemeule, William Loveluck, Jeremy Verraes.

A propos                                                    

« De nos jours, l'adoration du ‘‘travail’’ semble presque aussi obligatoire que l'adoration de Dieu l'était dans les temps passés. D'autre part, il est également vrai qu'aujourd'hui, la " société du travail " est à court d'emplois et que ce qu'elle peut encore offrir est difficilement tolérable. Dans un tel contexte, la critique du travail est plus importante que jamais. L'excellent livre de Hemmens fournit un compte rendu très instructif et détaillé de la partie française de l'histoire de cette critique, de Fourier aux Situationnistes, et au-delà. Plus important encore, Hemmens ne se limite pas à une simple description de cet aspect peu connu de l'histoire intellectuelle moderne. Il fournit plutôt une analyse novatrice et approfondie des auteurs en question et souligne souvent les limites de leurs critiques respectives. Il le fait sur la base de la ‘‘critique de la valeur’’, une nouvelle lecture des catégories de base de Marx (y compris le travail). Le compte rendu exceptionnel de Hemmens sur cette nouvelle école de pensée fait en soi de ce livre une contribution importante aux débats contemporains sur le déclin du travail. Ne travaillez jamais ! Lisez plutôt ce livre »

Anselm Jappe, Accademia di Belle Arti di Sassari, Italie