19/03/2020

Le jour d'après

Les gens parlent de reprise en V sans savoir de quoi ils parlent.
Nouriel Roubini AKA Docteur DOOM

Ne pas oublier la théorie de l’enfant hydrocéphale qui fait quelques pas et retombe parce que la tête (dette) est trop lourde.
JPC AKA JPC

Qu'est-ce qu'une dépression?

Nous sommes maintenant à la fin d’une expansion économique très longue, mais à bien des égards très faible et artificielle. Dans le même temps, nous avons eu l'un des marchés haussiers des titres les plus solides de l'histoire et généré une bulle immobilière comparable à celle des subprimes aux USA.
Les deux sont le résultat de billions de monnaies créés au cours de la dernière décennie. À l'heure actuelle, très peu de gens sont prêts à envisager la possibilité de moments difficiles - sans parler de la Grande Dépression.
L'économie actuelle est un château de cartes, construit sur des sables mouvants, avec un tsunami en route. Pour l'instant, je ne parlerai que brièvement de la nature des dépressions. Il existe au moins trois bonnes définitions du terme:
1-Une période où le niveau de vie de la plupart des gens baisse considérablement.
2-Une période de temps où les distorsions et les mauvaises affectations de capitaux sont liquidées.
3-Une période de temps où le cycle économique atteint son paroxysme.
En utilisant la première définition, toute catastrophe naturelle comme le coronavirus peut provoquer une dépression. Toutefois avec les plans de relance et les injections massive d’argent et les rachats de dettes
Vous pouvez donc vivre au-dessus de vos moyens assez longtemps.
Mais le pire type de dépression n'a pas seulement des effets économiques, mais des causes économiques. C’est là que les définitions deux et trois entrent en jeu.
Qu'est-ce qui peut provoquer des distorsions dans le fonctionnement du marché, obligeant les gens à faire des choses qu'ils jugeraient autrement déraisonnables ou non économiques ?
Le gouvernement a incité constamment, directement et indirectement, les gens à acheter et vendre des choses qu'ils n'auraient pas autrement, à faire des choses qu'ils préféraient ne pas faire et à investir dans des choses qui n'ont aucun sens. Tout ceci avec des taux très faibles voire négatifs et des conditions de crédits ultra favorables.
Ces affectations erronées du capital réduisent subtilement le niveau de vie général d’une société, mais le grave problème survient lorsque de telles affectations erratiques s’accumulent à un degré insoutenable et que la réalité les force à la liquidation. Il en résulte des entreprises en faillite, une dette en souffrance et des chômeurs.
Le cycle économique est principalement causé par l'inflation monétaire, qui s'accomplit aujourd'hui par la monétisation de la dette publique par le biais du système bancaire; essentiellement, lorsque les gouvernements enregistrent un déficit, les banquiers centraux achètent la dette et crédite le compte du gouvernement dans une banque commerciale avec de l’argent.
Quoi qu'il en soit, cette masse d’argent fabriquée par la planche à billets envoie de faux signaux aux entreprises qui rachètent leurs propre actions (en particulier à ceux qui obtiennent tôt l'argent, car elle filtre à travers l'économie), ce qui les fait surestimer la demande de leurs produits car les consommateurs sont maintenus aussi sous perfusion. Cela les oblige à embaucher plus de travailleurs et à faire des investissements en capital - souvent avec de l'argent emprunté. C'est ce qu'on appelle «stimuler l'économie».
Gonfler la monnaie peut en fait faire baisser les taux d'intérêt pendant un certain temps, car le prix de l'argent (intérêts) est abaissé par l'augmentation de l'offre de monnaie. Cela fait que les gens épargnent moins et empruntent plus, tout comme les Américains et les Européens le font depuis des années notamment les français avec l’immobilier. Une grande partie de cet argent nouvellement créé va sur le marché boursier et dans l’achat d’immobilier, ce qui les pousse à la hausse.
Avec l’effondrement des actifs boursiers et immobiliers, le sentiment de richesse disparait. Nous entrons dans la fameuse trappe à liquidités, la trappe nigaud dont personne n’est jamais sorti. C’est l’exemple japonais. Pourquoi acheter aujourd’hui ce qui sera moins cher demain. Les investisseurs n’investissent plus, les consommateurs ne consomment plus.
Conséquence : grand nombre de travailleurs perdent leur emploi.
Plutôt que de laisser le marché s'ajuster, le gouvernement recommence généralement le processus avec un nouveau et plus vaste «plan de relance». C’est ce que nous allons vivre au niveau européen.
En voulant éviter la récession par la planche à billets avec des États déjà surendettés les distorsions dans la façon dont les gens consomment et investissent deviennent plus profondes et plus la dépression éventuelle est grave car dans l’incapacité de remonter les taux, l’argent se déprécie.
C'est pourquoi je prédis que la Grande Dépression sera au moins aussi longue que celle de 1929. Au moins, nous aurons prévenu les gens depuis 2007. Merci à tous, particulièrement au Vince Institute qui par ses contributions à largement contribué à ce blog d’exister.

17/03/2020

Allez les gaulois

asterix,coronavirus,économie,récession,très grande depression;futurc'était dans ASTERIX

CLICK ON PICTURE

14/03/2020

L'interview terrifiante

 

 

coronavirs,covid 18,ebola,grippe,crise,récession,dépression,économie,mort,population,consommation,futurDans une interview accordée à la chaîne britannique Channel 4, le Dr Richard Hatchett, Président-directeur général de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations, une alliance internationale basée en Norvège pour développer des vaccins contre les maladies infectieuses, a expliqué les dangers à long terme du COVID-19, non seulement pour l'Europe, mais à l'échelle mondiale:
"La menace est très importante ... De nombreux épidémiologistes parlent du potentiel du virus en termes de taux d'attaque dans le monde qui pourraient se situer entre 50% et 70% de la population mondiale.
"Il est important de reconnaître que le virus est là et qu'il a un énorme potentiel de perturbation, de provoquer des taux élevés de maladie et même des taux de mortalité élevés ...
"Je ne pense pas que nous ayons affaire à la grippe ici ... c'est un virus qui circule maintenant dans une population qui n"a absolument aucune immunité ... Vous pourriez avoir un taux d'attaque trois fois plus élevé que grippe saisonnière avec un taux de mortalité dix fois plus élevé.
«La chose la plus préoccupante à propos de ce virus est la combinaison de l'infectiosité et de la capacité de provoquer une maladie grave ou la mort. Nous n'avons pas vu depuis 1918 - depuis la grippe espagnole - un virus qui combinait ces deux qualités de la même manière. virus très létaux - le taux de mortalité d'Ebola dans certains cas est supérieur à 80% - mais ils n'ont pas l'infectiosité de ce virus. Ils n'ont pas le potentiel d'exploser et de se propager à l'échelle mondiale ...
"Je pense que ce que nous voyons est un virus qui est beaucoup, beaucoup plus meurtrier que la grippe, et une population qui y est complètement vulnérable, et nous voyons sa capacité à exploser. Il a augmenté dans certains pays au cours des deux dernières semaines par mille et de nombreux pays voient les cas multiplier par dix ou cent. Il n'y a rien pour empêcher cette expansion de se poursuivre à moins que ces sociétés ne bougent de manière agressive, engagent leur public, mettent en œuvre de multiples interventions de santé publique, y compris l'introduction de la distance sociale .... nous devons modifier notre comportement. Nous devons commencer à le pratiquer maintenant. Nous devons modifier notre comportement de manière à réduire le risque de transmission du virus ... Un défi auquel nous sommes confrontés est que les personnes jeunes et généralement en bonne santé ne percevront pas le risque personnel et ils gouverneront leur comportement en fonction de ce qu'ils perçoivent comme étant leur risque personnel. Je pense que nous devons commencer à penser en termes de risque social. Si j'ai un rhume et que je vais travailler et me serre les mains avec mon collègue plus âgé qui a une maladie chronique, je pourrais être responsable de la mort de ce collègue. Nous devons tous penser à notre responsabilité les uns envers les autres que nous gouvernons notre comportement. Nous ne pouvons pas voir l'épidémie en termes de notre personnel risque, nous devons agir collectivement de manière coopérative ...
Je ne pense pas que ce soit une analogie folle de comparer cela à la Seconde Guerre mondiale ... Je pense que c'est une analogie appropriée et l'état d'esprit dans lequel les gens doivent entrer ...
Nous ne voyons aucun moyen qu'un vaccin puisse être disponible beaucoup plus rapidement que 12 à 18 mois, et même s'il devait être disponible dans 12 et 18 mois, ce serait littéralement le record du monde pour le développement et la livraison d'un vaccin Nous n'aurions pas sept milliards de doses de ce vaccin en 12 mois.
C'est un virus qui va être avec nous pendant un certain temps. Il y a beaucoup d'épidémiologistes qui croient que ce virus est susceptible de devenir endémique à l'échelle mondiale et d'être avec nous à perpétuité ... Je pense que c'est un virus auquel nous allons avoir affaire pendant des années.
C'est la maladie la plus effrayante que j'aie jamais rencontrée dans ma carrière. Cela inclut Ebola, le MERS et le SRAS. C'est effrayant en raison de la combinaison entre l'infectiosité et une létalité qui semble être beaucoup plus élevée que la grippe."