24/05/2020

Changement d'herbage réjouit les veaux


Kenneth Rogoff dont les travaux cités par tous lors de la crise de 2008 et qui était un apôtre de l’austérité puisque ces travaux portaient sur le fait qu’un État ne pouvait pas dépasser un endettement de plus de 90% de son PIB, a bien changé puisque maintenant, il est partisan des taux négatifs et de l’helicopter monnaie ! Et mieux que ça taxer les dépôts des riches et la thésaurisation des fonds de pension, des assureurs et des sociétés financières. Sa nouvelle théorie consiste donc à aller plus loin dans les taux négatifs si on veut éviter une restructuration totale de la dette. Autrement dit le libéral austère est à deux doigt de virer Mélenchoniste d'avant l'étendue de la catastrophe.

 

Morceaux choisis
Seule la politique monétaire s’adresse au crédit dans l’ensemble de l’économie. Jusqu’à ce que l’inflation et les taux d’intérêt réels augmentent de la tombe, seule une politique de taux d’intérêt négatifs profonds efficaces, soutenue par des mesures visant à empêcher la thésaurisation des liquidités par les entreprises financières, peut faire le travail.
Pour ceux qui considéraient les taux d’intérêt négatifs comme un pont trop loin pour les banques centrales, il est peut-être temps de réfléchir à nouveau. À l’heure actuelle, aux États-Unis, la Réserve fédérale, soutenue à la fois implicitement et explicitement par le Trésor, est sur la bonne voie pour rembourser pratiquement tous les crédits privés, étatiques et urbains de l’économie. De nombreux autres gouvernements se sont sentis obligés de prendre des mesures similaires. Une crise unique (nous l’espérons) appelle une intervention massive du gouvernement, mais cela doit-il signifier une dispense de mécanismes d’allocation fondés sur le marché ?
Les garanties générales de la dette sont un excellent dispositif si l’on estime que le stress récent du marché n’était qu’un resserrement des liquidités à court terme, qui sera bientôt atténué par une forte reprise soutenue après le COVID-19. Mais que se passe-t-il si la reprise rapide ne se concrétise pas? Et si, comme on le soupçonne, il faut des années pour que les États-Unis et l’économie mondiale reviennent aux niveaux de 2019? Si c’est le cas, il y a peu d’espoir que toutes les entreprises resteront viables, ou que chaque État et chaque gouvernement local resteront solvables.
Un meilleur pari est que rien ne sera le même. La richesse sera détruite à une échelle catastrophique, et les décideurs devront trouver un moyen de s’assurer que, au moins dans certains cas, les créanciers prennent part au coup, un processus qui se déroulera au cours d’années de négociation et de litiges.
Pour les avocats et les lobbyistes de faillite, il s’agira d’une aubaine, dont une partie proviendra de la pression des contribuables pour honorer les garanties de renflouement. Un tel scénario serait un gâchis impie.
Maintenant, imaginez que, plutôt que de renforcer les marchés uniquement par le biais de garanties, la Fed pourrait pousser la plupart des taux d’intérêt à court terme à travers l’économie à près ou en dessous de zéro. L’Europe et le Japon ont déjà atteint un territoire à taux négatif. Supposons que les banques centrales ont repoussé la fuite d’aujourd’hui dans la dette publique en allant plus loin, en réduisant les taux directeurs à court terme à, disons, -3% ou moins.
Pour commencer, tout comme les réductions dans le bon vieux temps des taux d’intérêt positifs, les taux négatifs soulèverait de nombreuses entreprises, États et villes de défaut. S’il est fait correctement - et les données empiriques récentes appuient de plus en plus cela - les taux négatifs fonctionneraient de la même manière que la politique monétaire normale, stimuler la demande globale et accroître l’emploi. Donc, avant d’effectuer une opération de restructuration de la dette sur tout, ne serait-il pas préférable d’essayer une dose de stimulus monétaire normal? Un certain nombre d’étapes importantes sont nécessaires pour rendre les taux négatifs profonds réalisables et efficaces. Le plus important, qu’aucune banque centrale (y compris la BCE) n’a encore pris, est d’empêcher la thésaurisation à grande échelle de liquidités par les sociétés financières, les fonds de pension et les compagnies d’assurance. Diverses combinaisons de réglementation, des frais variables dans le temps pour les dépôts à grande échelle de liquidités à la banque centrale, et l’élimination progressive des billets de grande valeur devraient faire l’affaire.
Ce n’est pas sorcier (ou devrais-je dire virologie?). Avec la thésaurisation à grande échelle des liquidités retirée de la table, la question de la répercution des taux négatifs aux déposants bancaires - la préoccupation la plus sensée - serait éliminée. Même sans empêcher la thésaurisation en gros (qui est risquée et coûteuse), les banques européennes ont de plus en plus été en mesure de répercuter les taux négatifs sur les grands déposants. Et les gouvernements n’abandonneraient pas beaucoup en protégeant complètement les petits déposants des taux d’intérêt négatifs. Encore une fois, étant donné suffisamment de temps et de planification, il est simple de le faire. Les taux d’intérêt négatifs ont suscité un blizzard d’objections. Bien qu’une réponse budgétaire soit nécessaire, la politique monétaire est également très nécessaire. Seule la politique monétaire s’adresse au crédit dans l’ensemble de l’économie. Jusqu’à ce que l’inflation et les taux d’intérêt réels reviennent de leur tombe, seule une politique de taux d’intérêt négatifs profonds efficaces peut faire le travail. Une politique de taux profondément négatifs dans les économies avancées serait également une aubaine pour les économies émergentes et en développement, qui sont frappées par la chute des prix des produits de base, la fuite des capitaux, la dette élevée et la faiblesse des taux de change, sans parler des premiers stades de la pandémie. Même avec des taux négatifs, de nombreux pays auraient encore besoin d’un moratoire sur la dette. Mais un dollar plus faible, une croissance mondiale plus forte et une réduction de la fuite des capitaux aideraient, surtout en ce qui concerne les grands marchés émergents.. Les lobbyistes influents des banques détestent les taux négatifs, même s’ils n’ont pas besoin de saper les profits des banques s’ils sont faits correctement. La profession de l’économie, hypnotisée par d’intéressants résultats contre-intuitifs qui surviennent dans les économies où il y a vraiment une limite nulle sur les taux d’intérêt, doit partager une partie du blâme.
La mise en œuvre d’urgence de taux d’intérêt profondément négatifs ne résoudrait pas tous les problèmes d’aujourd’hui. Mais l’adoption d’une telle politique serait un début. Si, comme cela semble de plus en plus probable, les taux d’intérêt réels d’équilibre devraient être plus bas que jamais au cours des prochaines années, il est temps pour les banques centrales et les gouvernements de donner un regard long, dur et urgent.

11/04/2020

Changement d'herbage réjouit les veaux

Changement de culotte réjouit les crottes

HYPE.png

 


Gros pavé dans la mare des institutions financières
Et ouverture possible d'une porte qui jusqu'alors restait fermement close contre vents et marées
Là où l'ensemble des États financent leur dépenses en s'endettant sur les marchés, la Banque d'Angleterre va financer directement l'État par création monétaire pour l'aider à supporter les dépenses liées à la crise du coronavirus.


Monétiser la dette « nuirait à la crédibilité [de la banque centrale – ndlr] sur le contrôle de l’inflation en érodant son indépendance opérationnelle. Cela conduirait également à terme à un bilan de banque centrale insoutenable et est incompatible avec la poursuite d’un objectif d’inflation par une banque centrale indépendante », écrivait encore Andrew Bailey dimanche. À l’appui de sa démonstration, il citait les inévitables exemples de la république de Weimar dans les années 1920 ou du Zimbabwe qui a fait fonctionner tant et plus la planche à billets pour se financer, ce qui a conduit à une hyperinflation de plusieurs milliers de pourcents, et une destruction de l’économie. Trois jours plus tard, changement de culotte La banque d’Angleterre a annoncé en début de matinée qu’elle allait financer directement « sur une base temporaire et à court terme » les dépenses supplémentaires du gouvernement britannique liées aux conséquences de la pandémie du Covid-19.

Quant à Laurence Boone de l’OCDE, là encore c’est un changement de culotte complet.
Les gouvernements doivent continuer à soutenir le secteur privé, y compris en prenant des participations, et l’emploi. Cela va demander une forte augmentation des dépenses publiques et d’investissement alors que les recettes diminueront. Une politique monétaire ultra accommodante continuera à aider à l’augmentation des dettes […]. Les lourdes exigences imposées aux finances publiques ne doivent pas conduire à un endettement insoutenable qui effrayerait les marchés : cela demande une réflexion nouvelle et créative sur les questions de politique macroéconomique », plaidait ces derniers jours Laurence Boone, chef économiste à l’OCDE. Institution qui depuis plus de vingt ans n’a cessé de dénoncer l’endettement public.

31/07/2019

Une dette crée de toute pièce pour vous enchaîner

A Vince

Sauvez la planète, suicidez vous

Appelez la hot line de Nécronomie

Click on picture

dette,liberalisme,volkler,annulation des desttes,arnaque,esclave de la dette,evolution,revolution,consommateurs zombies,gilets jaunes, futur,macron

 

 

 

 

En 1979, sous l’impulsion de Volker
(Président de la Federal Reserve de l’époque) les taux nominaux (les intérêts à payer
pour rembourser la dette) ont plus que doublé, passant de 9 % à 20 %,
alors que sur la période précédente ils avaient été en moyenne négatifs.
Ces taux élevés ont créé de toutes pièces des endettements cumulatifs des États (dette publique) ou pays (dette extérieure). Les classes aisées construisent ainsi un dispositif de polarisation extrême entre créanciers et débiteurs, aux proportions gigantesques, qui est tout à l'avantage des créanciers.

A l'époque L’impossibilité de moyenner la dette sociale (c’est-à-dire la dette del’État-providence) par les mécanismes monétaires (recours du Trésor à la Banque centrale), oblige au développement des marchés financiers,développement qui est encore une fois organisé, sollicité et imposé, pas à pas, par l’État – en France, l’essentiel s’est fait sous les gouvernements socialistes.

C'est donc à travers la gestion des dettes d'Etats crées par le coup de 79 que les marchés financiers se sont structurés et organisés. Les États ne se sont pas limités à libéraliser les marchés financiers, mais ils ont accompagné l’organisation et la structuration de leur fonctionnement.
Ils ont donc élargi (en diversifiant la gamme des titres émis sur les marchés primaires) et approfondi (en augmentant les volumes de transaction sur le marché secondaire) les marchés de titres publics attractifs pour les épargnants. La courbe de taux d’intérêt pour ces titres est devenue la référence pour la formation de prix des actifs,
en lieu et place de taux de base bancaires; A partir de là,
Les politiques monétaires, ), les politiques de l’État-providence (réduction de dépenses
sociales) et les politiques fiscales (transferts vers les entreprises et les couches les plus riches de la population de plusieurs points de PIB dans tous les pays industrialisés), convergent vers la création d’énormes dettes publiques et privées. Pour mémoire les dettes privées dans la zone euro sont bien plus élévées 135% que la dette publique qui est de 100%
La dette agit à la fois comme machine de capture, de « prédation » ou de « ponction » sur la société dans son ensemble, comme un instrument de prescription et de gestion macro-économique, et comme un dispositif de redistribution des revenus. El elle fonctionne également en
tant que dispositif de production et de « gouvernement » des subjectivités collectives et individuelles. Pour rendre compte des nouvelles fonctions de la finance, la théorie économique hétérodoxe d’André Orléan parle de « pouvoir créancier » et de « puissance créancière » dont
la force « se mesure à cette capacité de transformer l’argent en dette et la dette en propriété et, ce faisant, à influer directement sur les rapports sociaux qui structurent nos sociétés ». La pensée d’Orléan définit la
relation créancier-débiteur comme le pivot autour duquel se fait la transformation de la « gouvernance » (mot de la novlangue du pouvoir qui signifie commandement) capitaliste : « On est passé de la régulation
fordiste qui privilégiait le pôle industriel et débiteur à une régulation financière qui met en avant le pôle financier et créancier. »
Ainsi mais là je parle d’un point de vue sociologique, La relation créancier-débiteur se superpose aux relations capital-travail, État-providence-usager, entre-
prise-consommateur et les traverse en instituant les usagers, les travailleurs et les consommateurs en « débiteurs .
Voilà pour le démarrage de l'histoire de laquelle nous sommes devenus des esclaves.