03/07/2020

capitalisme décroissant et capitalisme écologique

Il y a une certaine niaiserie à croire que la décroissance pourrait devenir la politique officielle de la Commission européenne, ou quelque chose du genre. Un « capitalisme décroissant » serait une contradiction dans les termes, tout aussi impossible qu’un « capitalisme écologique ». Si la décroissance ne veut pas se réduire à accompagner et justifier l’appauvrissement « croissant » de la société – et ce risque est réel : une rhétorique de la frugalité pourrait bien servir à dorer la pilule aux nouveaux pauvres et à transformer ce qui est une contrainte dans une apparence de choix, par exemple de fouiller dans les poubelles –, elle doit se préparer à des affrontements et à des antagonismes. Mais ces antagonismes ne coïncideront plus avec les anciennes lignes de partage constituées par la « lutte des classes ». Le nécessaire dépassement du paradigme productiviste – et des modes de vie qui vont avec – trouvera des résistances dans tous les secteurs sociaux. Une partie des « luttes sociales » actuelles, dans le monde entier, est essentiellement une lutte pour l’accès à la richesse capitaliste, qui ne met pas en question le caractère de cette e cette prétendue richesse. Un ouvrier chinois ou indien a de bonnes raisons pour demander un salaire meilleur, mais s’il l’obtient, il va probablement s’acheter une voiture et contribuer ainsi à la « croissance » et à ses conséquences néfastes sur le plan écologique et social. Il faut espérer qu’il y aura un rapprochement entre les luttes menées pour améliorer le statut des exploités et des opprimés et les efforts pour dépasser un modèle social basé sur la consommation individuelle à outrance. Peut-être que certains mouvements de paysans dans le Sud du monde vont déjà dans cette direction, surtout en récupérant certains éléments des sociétés traditionnelles comme la propriété collective de la terre ou l’existence de formes de reconnaissance de l’individu qui ne soient pas liées à sa performance sur le marché.

Anselm Jappe Crédit à Mort

26/05/2020

Vie et mort ? des consommateurs zombies....


531061842.jpgVous le savez si vous lisez le blog depuis longtemps ou si vous avez lu Crise et Mutation, j’ai été le premier théoricien du consommateur zombie.
En fin quand je dis le premier, ce n’est pas vraiment exact car les amateurs de films de zombies notamment ceux de Romero ou de Fulci savent que dans ces films, il y a toujours des scènes que se passent dans des centres commerciaux. Pourquoi ? Parce que dans les bribes de leurs cerveaux morts, les zombies reproduisent les gestes qu’ils faisaient le plus de leur vivant. Si l’on considère le fait que les consommateurs zombies travaillent dans des entreprises zombies sous perfusion d’État ou de taux négatifs, on peut logiquement se poser la question de savoir où vont s’agglutiner tous ces zombies. Car, lorsqu’on veut gagner de l’argent dans les Démocraties de Marché, il faut répondre à cette question. Alors où vont s’agglutiner les zombies ?
Cette inquiétude semble gagner le monde si l’on croit l’AFP.


Les centres commerciaux américains commencent à rouvrir leurs portes, mais ils devront convaincre les clients d’arpenter de nouveau leurs allées désormais vidées de nombreux magasins, la pandémie ayant donné le coup de grâce à certaines enseignes en difficulté ».
En effet « ces temples de la consommation, dont la situation était déjà précaire depuis plusieurs années, doivent désormais faire face à des difficultés en cascade, et beaucoup pourraient ne pas survivre.
Se promener au milieu de personnes masquées et avec une odeur d’eau de javel, dans des allées parfois fantômes, a en effet de quoi décourager les plus téméraires.
Car beaucoup de boutiques vont se retrouver vides : le confinement a précipité les faillites de chaînes de vêtements comme J. Crew ou l’emblématique JC Penney mais aussi de luxe comme Neiman Marcus.
La chaîne de lingerie Victoria’s Secret, très prisée au début des années 2000 mais désormais confrontée à des difficultés financières, a annoncé mercredi la fermeture de 250 magasins en Amérique du Nord, et a averti que d’autres pourraient suivre dans les deux prochaines années.
Quant aux grands magasins, qui attiraient autrefois les consommateurs vers les « malls », mais peinent à garder la tête hors de l’eau depuis l’essor des ventes sur internet, sont désormais au bord du gouffre financier.
La chaîne Macy’s, qui avait annoncé, avant même la pandémie, la fermeture de 125 magasins, a dû placer ses 130 000 employés en chômage technique à partir de mars. La perte attendue au premier trimestre pourrait dépasser le milliard de dollars ».
Et pour les gérants de centres commerciaux, ces fermetures ne sont que le début des soucis : les enseignes qui restent peuvent, dans la plupart des baux, demander un allègement de leur loyer lorsque plusieurs magasins phares s’en vont.
Ces rescapés peuvent aussi user des clauses de « force majeure » ou « acte de Dieu » (« Act of God ») pour justifier du non-paiement de leur loyer, ce qui pourrait entraîner une vague de litiges.
Retail Properties of America, une société d’investissement immobilier basée dans le Maryland (est) qui possède plus de 100 centres commerciaux, n’a perçu que 52 % de ses loyers d’avril, et même moins de 10 % de la part des chaînes de vêtements, librairies et cinémas.
Nécronomiquement votre

51eyGvqk9CL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg