30/05/2020

JPC a presque raison

A Fabrice Bonnard grand théoricien de la philosophie presquiste


HYPE.pngLe Professeur Raoult a raison lorsqu’il dit que la vérité ou la réalité ne se trouve plus dans les médias mainstream. L’économie n’échappe pas à cette règle et comment le pourrait-elle puisque les médias mainstream sont financés par la publicité des produits de grande consommation. Il s’agit surtout ne pas affoler le chaland, le consommateur pour qu’il n’épargne pas et consomme. Il est frappant que les économistes des plateaux tv ou les soi-disant experts passent leur temps à guetter le retour de l’inflation en raison des milliards déversés par les banquiers centraux. Il y a pourtant des signes qui ne trompent pas. Ainsi et je parle sous le contrôle de notre ami Daniel, le roi de l’analyse technique (voir le blog de Dany) le taux d’inflation PCE cible de la Réserve fédérale américaine est de 2 pour cent, et le marché parie que l’inflation PCE sera en moyenne à peine plus de la moitié de ce taux (1,1 pour cent) pour les 30 prochaines années!
Nouriel Roubini a raison et je souscris totalement comme vous le savez à l’idée d’une future déflation par la dette. Tous les indicateurs sont là pour celui qui sait voir et qui n’est pas lié a de quelconques intérêts économiques.
Une déflation structurelle ou maligne est causée par une demande insuffisante dans un environnement de surcapacité de production.C’est le cas (voir l'exemple Renault) !

Elle peut être la conséquence d’un vieillissement de la population. C’est aussi le cas !
Il en résulte alors une pression durable à la baisse sur les prix et les salaires. Une telle situation économique se produit lorsque plusieurs secteurs (ex. marchés financiers, agriculture, énergie, mines, etc.) subissent une baisse des prix, quand une demande stagnante oblige les producteurs à abaisser leurs prix pour écouler leurs surplus de stocks d’inventaire. Nous sommes en plein dedans !
Il en résulte une baisse dans les bénéfices et un déclin dans la demande de main-d’œuvre. À son tour, la hausse du taux de chômage fait chuter les salaires, et c’est alors qu’une dangereuse spirale de baisse des prix et des salaires peut se mettre en marche. C’est la prochaine étape !
En effet, lorsqu’une économie se trouve confrontée à une baisse des prix des titres financiers, à des fermetures d’entreprises et à un chômage massif, les banques, les entreprises et les consommateurs les plus endettés subissent alors de lourdes pertes financières à cause du poids écrasant de leurs dettes. Cela peut conduire à des fermetures de banques, à des défauts de paiement, à des défaillances et faillites d’entreprises et à des saisies hypothécaires… ainsi qu’à une baisse additionnelle de la demande, des prix et des salaires. C’est dans un tel contexte déflationniste qu’une récession économique ordinaire pourrait se muer en une dépression économique qui enregistrerait des taux de chômage supérieurs à 20 pourcent, pendant plusieurs années.
Une déflation pourrait entraîner une désastreuse déflation des dettes
Quand une économie est surchargée de dettes, comme c’est le cas actuellement pour de nombreuses économies, une déflation structurelle peut sonner le glas au retour durable de la croissance économique. En effet, le talon d’Achille des économies est le niveau historiquement élevé d’endettement par rapport au produit intérieur brut (PIB). C’est pour toutes ces raisons que je vois les économistes de plateaux tv ou les hommes politiques comme des prêtres pédophiles qui nous exhorteraient à croire…

JPC le roi de la prophétie auto-réalisatrice

 

28/05/2020

Une analyse du king de la nécronomie

On ne présente plus Nouriel Roubini le roi de la nécronomie, le Docteur Doom, l'homme qui avait prévu la crise de 2008. Il revient et est très en forme confirmant par là toutes nos hypothèses :


NEW YORK - Après la crise financière de 2007-2009, les déséquilibres et les risques qui imprègnent l’économie mondiale ont été exacerbés par des erreurs politiques. Ainsi, plutôt que de s’attaquer aux problèmes structurels que l’effondrement financier et la récession qui a suivi ont révélé, les gouvernements ont surtout lancé la boîte sur la route, créant des risques à la baisse majeurs qui ont rendu une autre crise inévitable. Et maintenant que c' est arrivé, les risques sont de plus en plus aigus. Malheureusement, même si la Grande Récession entraîne une reprise terne en forme de U cette année, une « Grande Dépression » en forme de L suivra plus tard dans cette décennie, en raison de dix tendances inquiétantes et risquées.
La première tendance concerne les déficits et leurs risques corollaires : dettes et défauts de paiement. La réponse politique à la crise du COVID-19 entraîne une augmentation massive des déficits budgétaires - de l’ordre de 10 % du PIB ou plus - à une époque où les niveaux d’endettement public dans de nombreux pays étaient déjà élevés, voire insoutenables.
Pire encore, la perte de revenus de nombreux ménages et entreprises signifie que les niveaux d’endettement du secteur privé deviendront insoutenables, ce qui pourrait entraîner des défauts de paiement et des faillites de masse. Avec l’envolée de la dette publique, tout cela assure une reprise plus anémique que celle qui a suivi la Grande Récession il y a dix ans.
Un deuxième facteur est la bombe à retardement démographique dans les économies avancées. La crise du COVID-19 montre que beaucoup plus de dépenses publiques doivent être allouées aux systèmes de santé, et que les soins de santé universels et autres biens publics pertinents sont des nécessités, et non des luxes. Pourtant, comme la plupart des pays développés ont des sociétés vieillissantes, le financement de ces dépenses à l’avenir rendra encore plus grandes les dettes implicites des systèmes de santé et de sécurité sociale non financés d’aujourd’hui.
Un troisième problème est le risque croissant de déflation. En plus de provoquer une profonde récession, la crise crée également un ralentissement massif des biens (machines et capacités inutilisées) et des marchés du travail (chômage de masse), ainsi que l’effondrement des prix des produits de base tels que le pétrole et les métaux industriels. Cela rend la déflation de la dette probable, augmentant le risque d’insolvabilité.
Un quatrième facteur (connexe) sera la dégradation des devises. Alors que les banques centrales tentent de lutter contre la déflation et de réduire le risque d’une flambée des taux d’intérêt (suite à l’accumulation massive de la dette), les politiques monétaires deviendront encore plus non conventionnelles et de grande portée. À court terme, les gouvernements devront gérer des déficits budgétaires monétisés pour éviter la dépression et la déflation. Pourtant, au fil du temps, les chocs négatifs permanents de l’offre de la démondialisation accélérée et du protectionnisme renouvelé rendront la stagflation presque inévitable.
Un cinquième problème est la perturbation numérique plus large de l’économie. Avec des millions de personnes qui perdent leur emploi ou qui travaillent et gagnent moins, les écarts de revenu et de richesse de l’économie du XXIe siècle s’élargiront davantage. Pour se prémunir contre les futurs chocs de la chaîne d’approvisionnement, les entreprises des économies avancées re-riveront la production des régions à faible coût vers des marchés intérieurs plus coûteux. Mais plutôt que d’aider les travailleurs à la maison, cette tendance va accélérer le rythme de l’automatisation, en exerçant une pression à la baisse sur les salaires et en attisant davantage les flammes du populisme, du nationalisme et de la xénophobie.
Cela indique le sixième facteur majeur : la démondialisation. La pandémie accélère les tendances à la balkanisation et à la fragmentation qui étaient déjà bien entamées. Les États-Unis et la Chine se découpleront plus rapidement, et la plupart des pays réagiront en adoptant encore plus de politiques protectionnistes pour protéger les entreprises et les travailleurs nationaux contre les perturbations mondiales. Le monde post-pandémique sera marqué par des restrictions plus strictes à la circulation des biens, des services, des capitaux, de la main-d’œuvre, de la technologie, des données et de l’information. C’est déjà le cas dans les secteurs pharmaceutique, médical et alimentaire, où les gouvernements imposent des restrictions à l’exportation et d’autres mesures protectionnistes en réponse à la crise.
La réaction contre la démocratie renforcera cette tendance. Les dirigeants populistes bénéficient souvent de la faiblesse économique, du chômage de masse et de l’augmentation des inégalités. Dans des conditions d’insécurité économique accrue, il y aura une forte impulsion pour bouc émissaire des étrangers pour la crise. Les cols bleus et les larges cohortes de la classe moyenne deviendront plus sensibles à la rhétorique populiste, en particulier les propositions visant à restreindre la migration et le commerce.
Cela indique un huitième facteur : l’impasse géostratégique entre les États-Unis et la Chine. Alors que l’administration Trump fait tout son possible pour blâmer la Chine pour la pandémie, le régime du président chinois Xi Jinping va doubler sa prétention que les États-Unis conspirent pour empêcher la montée pacifique de la Chine. Le découplage sino-américain des accords commerciaux, technologiques, d’investissement, de données et monétaires s’intensifiera.
Pire encore, cette rupture diplomatique ouvrira la voie à une nouvelle guerre froide entre les États-Unis et leurs rivaux, non seulement en Chine, mais aussi en Russie, en Iran et en Corée du Nord. À l’approche d’une élection présidentielle américaine, il y a toutes les raisons de s’attendre à une augmentation de la cyberguerre clandestine, ce qui pourrait mener même à des affrontements militaires conventionnels. . Et parce que la technologie est l’arme clé dans la lutte pour le contrôle des industries de l’avenir et dans la lutte contre les pandémies, le secteur technologique privé américain va devenir de plus en plus intégré dans le complexe national-sécurité-industrielle.
Un dernier risque qui ne peut être ignoré est la perturbation de l’environnement, qui, comme l’a montré la crise du COVID-19, peut faire beaucoup plus de ravages économiques qu’une crise financière. Les épidémies récurrentes (VIH depuis les années 1980, SRAS en 2003, grippe H1N1 en 2009, MERS en 2011, Ebola en 2014-2016) sont, comme le changement climatique, essentiellement des catastrophes d’origine humaine, nées de mauvaises normes sanitaires et sanitaires, de l’abus des systèmes naturels et de l’interconnectivité croissante d’un monde mondialisé. Les pandémies et les nombreux symptômes morbides du changement climatique deviendront plus fréquents, graves et coûteux dans les années à venir.
Ces dix risques, déjà importants avant que le COVID-19 ne frappe, menacent maintenant d’alimenter une tempête parfaite qui balaie toute l’économie mondiale en une décennie de désespoir. D’ici les années 2030, la technologie et un leadership politique plus compétent pourraient être en mesure de réduire, de résoudre ou de minimiser bon nombre de ces problèmes, ce qui donnerait lieu à un ordre international plus inclusif, coopératif et plus stable. Toute fin heureuse suppose que nous trouvons un moyen de survivre à la prochaine Grande Dépression.

08/05/2020

Un banquier de la FED tragiquement lucide

Au chapitre des prédictions les plus sombres, c'’est le président de la Banque de Réserve Fédérale de Saint Louis, James Bullard, qui exprime l’avertissement le plus impressionnant, lorsqu’il craint une baisse du PIB pouvant atteindre 50% à la fin du deuxième trimestre, par rapport au premier trimestre 2020. Cela entraînerait une montée en flèche du taux de chômage jusqu’à 30% et correspondrait à un recul de 25% de la production économique. A titre de comparaison : durant la Grande Dépression qui a précipité de larges segments de la population dans l’extrême pauvreté, le PIB américain a chuté de 25% au total.

 

Pour info à ce jour nous sommes à 14,7% de chômage aux USA, l'hypothèse des 30% est donc crédible si l'on reste sur un cycle de 3 millions de chômeurs par semaine comme actuellement.