02/04/2008

Rendez-nous l'épargne forcée...

d4b2976369a2dcab12c3e5de82477ac5.jpeg



L’Etat qui est toujours prévoyant avec notre argent, fixe les taux des prélèvements obligatoires.
En France, les plus hauts d’Europe…(La Suède vient de baisser les siens)
Ces prélèvements obligatoires sont constitués en partie d’épargne forcée tout comme les plans de participation que notre Président a permis de débloquer afin de stimuler la consommation.

Le montant de cette épargne forcée est considérable. Dans un pays comme la France où les prélèvements obligatoires représentent 45 % du PIB et 54 % du revenu des ménages, une moitié est faite de cette épargne forcée : plus d’un quart de ce que gagnent les Français.
Une partie de cet argent nous revient sous forme de redistribution et de prestations sociales : couverture de la maladie, du chômage et retraites, une partie est absorbée par les administrations et les cadeaux faits aux médecins.. Le coût des prestations sociales fournies par un monopole public est très supérieur à celui que demanderait un système privé concurrentiel, quant aux retraites, il faudra travailler inévitablement jusqu’à 70 ans, et d’ici là qui peut prédire que le système arrivera à surmonter le cap décisif de 2015.
Concernant le chômage, il sera devenu très difficile d'en percevoir les fruits, contraints que seront les gens d'accepter n'importe quel emploi sous peine de radiation.
Autrement dit, nous cotisons plus, que nous en bénéficions et que nous toucherons…
D’ici très peu de temps, on nous expliquera alors que nous vivons plus vieux grâce au travail car nous allons mourir guéri en plein emploi et appauvri.

C’est pourquoi, en pareille période, je propose que soit rendue l’épargne forcée aux Français
Qui le souhaitent et qui ont besoin de cash en ce moment .
1ere résolution de crise basée sur le Principe nécronomique que nous saurons mieux le géré individuellement que l’Etat le fait pour nous.
Lorsque l’Etat aura fini ses réformes et démontrer ses capacités à réduire son train de vie.
nous déciderons ou non de réintégrer le cours de l’épargne forcée si les prix sont concurrentiels.
Ce n'est plus à nous de payer les cotisations (y compris Ursaaf) et les retraites des médecins (ainsi que leur maison de campagne).

Résolution à mettre au vote au sein de Nécronomie Internationale
Vive l’épargne libre…

Nécronomiquement votre.

03/03/2008

La question du jour : Stagflation ou Stagdeflation

3dd120d8aa59033796d3556ea9e24773.jpg



Les banquiers centraux de la planète devront le déterminer jeudi mais il est probable qu’ils ne seront pas d’accord sur le diagnostic car la situation des pays en zone euro est différente pour l’instant.
L’inflation des produits de consommation courantes est partout mais la déflation (baisse du prix des actifs, immobilier par exemple) n’est pas à ce jour la même partout :
Irlande
UK
Espagne

Tous ces pays possèdent des stocks d’immobilier qui ne seront pas écoulés avant 4 ans minimum (2012) exactement comme l’immobilier US
(Aux USA, l’immobilier est sur un train de perte de plus de 11% par an, et tout le monde s’accorde aujourd’hui sur le fait que le ticket minimum sera de moins 30%, les plus pessimistes allant même jusqu’à moins 50%.)

Ces 3 pays sont d’ailleurs en ce moment sous surveillance de la coface (principale compagnie d’assurance spécialisée dans l’assurance-crédit à l’exportation).

Sont frappés en premier, les pays où la spéculation immobilière a été la plus importante
Car on y achetait beaucoup pour revendre, c’était comme aux USA, le moyen le plus facile de gagner de l’argent dans une vie.

Le principe de la stagnation étant acquis pour ces pays, autrement dit pas de croissance,
Ils sont confrontés en même temps à une inflation et une déflation
La déflation (baisse de la valeur de leur patrimoine immobilier) allant à terme (et même assez rapidement) devenir plus importante en pourcentage que la hausse des prix (l’inflation)

Autrement dit la baisse des prix risque-t-elle d’être supérieure à la hausse des prix ? ? ?

Sommes nous donc devant une situation de stagflation (stagnation +inflation)
Ou une situation de stagdéflation (stagnation +déflation) ? (voir ma note du 10 février)
De ce choix difficile, dépend l’ampleur de la Très Grande Dépression (2008-2012)

Jean-Claude Trichet appuyera-t-il sur le bouton du détonateur de la baisse des taux ? ? ?
Allez Jean-claude…Un petit effort…

Nécronomiquement votre

14/02/2008

DSK,futur sauveur de la France ?

Ave Caesar morituri te salutant

Fraîchement auréolé de sa stature mondiale de Directeur général du FMI, DSK sera-t-il un jour le premier président de la république à parler Anglais ? ? ?
Remarquons, en tous cas, que lui qui a accès à tous les chiffres et qui dispose d’un overview complet de la situation, vient de s’exprimer pour la première fois dans le sens de la thèse que je défends sur ce blog à savoir un double Krach mondial (immo et Bourse) et une contamination à la consommation.

NEW DELHI (Reuters) - Les conséquences macro-économiques de la crise financière mondiale seront graves et aucune région ne s'en sortira complètement indemne, a estimé le directeur général du Front monétaire international.

Dominique Strauss-Kahn, qui se trouve en Inde pour une visite de trois jours, a estimé que les autorités devraient répondre à un éventuel ralentissement économique, via un mélange de mesures budgétaires et monétaires pour soutenir la demande intérieure.

Selon le patron du FMI, l'économie mondiale est entrée dans une période difficile, avec l'extension de la crise financière à l'économie réelle.

"Je pense que les effets se feront de plus en plus sentir en Europe et je ne pense pas que les économies émergentes soient immunisées contre la crise", a déclaré l'ancien ministre français de l'Economie qui s'exprimait lors d'une réunion organisée par un important groupe de réflexion indien.

"C'est devenu un problème mondial qui demande une solution mondiale. Les marchés émergents doivent se joindre aux pays industriels en ce qui concerne les réponses en matière économique et de régulation."

Prenons le Pari qu’il démissionne avant la fin de son mandat au FMI pour venir au chevet de la France qui en 2012 sera à genoux…

Nécronomiquement votre