23/04/2020

Où est passé la demande ???

Il n’y a pas besoin d’être un grand économiste pour se rendre compte de l’absurdité du travailler plus prôné par le MEDEF car ce n’est pas la peine de produire plus pour augmenter l’offre alors que la demande s’écroule. Presque tout ce qui serait fabriqué deviendrait immédiatement excédentaire en raison du chômage massif qui touche les peu qualifiés dans tous les secteurs mais aussi les hautement qualifiés dans les secteurs qui connaissent un effondrement systémique
Il y aura un effet pauvreté qui profitera à quelques uns. Voici ce que va générer la crise en résumé

 - Une importante concentration de richesses,
  - la déstabilisation des petites et moyennes entreprises dans tous les grands secteurs de l’activité économique,        y compris l’économie des services, l’agriculture et l’industrie manufacturière.
  - la dérogation aux droits des travailleurs. Elle déstabilise le marchés du travail.
   - Elle comprime les salaires (et les coûts du travail) dans les pays dits « développés » à revenu élevé ainsi que        dans les pays en développement appauvris.
   -Travail: chômage massif chez les peu qualifiés dans tous les secteurs et chez les hautement qualifies dans les       secteurs connaissant un effondrement systémique de la demande.

Les revenus s’écrouleront à mesure que les bénéfices s'effondreront, les petites entreprises fermeront leurs portes, pour ne jamais rouvrir, les gouvernements seront contraints de resserrer leurs dépenses avec la baisse des recettes fiscales, et quelle que soit la concurrence qui persiste, le prix du travail, des biens et des services baissera implacablement.
La mondialisation a généré une hyper-spécialisation dans les économies locales et régionales, les privant de résilience. Toutes les économies exposées aux flux de demande d'une classe mondialisée de consommateurs avec un revenu discrétionnaire excédentaire connaitront d’énormes problèmes. C’est le cas par exemple de pays où le tourisme représente une part significative du PIB (Espagne, Croatie, France…) ou de ceux spécialisés l'extraction de matières premières.
Toutes ces pays sont aujourd'hui confrontées à un effondrement structurel de la demande mondiale, et certaines n'ont pas d'économie locale diversifiée pour amortir le coup porté aux emplois, aux revenus, aux bénéfices et aux recettes fiscales.
Concernant l’économie locale et le petit commerce
des milliers de petites entreprises qui pourraient à peine survivre à une baisse de 20% des revenus sont confrontées à une baisse de 50% ou plus à perte de vue. Avec des coûts tels que le loyer, la main-d'œuvre, les frais, les taxes, un nombre énormément important de petites entreprises dans le monde ne peuvent survivre car leurs coûts restent élevés même lorsque leurs ventes chutent: les coûts sont fixes, les bénéfices glissent rapidement vers zéro et au-delà.

Nécronomiquement votre

 

14/04/2020

Moins que zéro


taux sero,crise,cronavirus,covide 19,recesstion,dépression,très grande dépression,isolation,confinement,libertéSoyons clair les zamis nécro, au stade où nous en sommes, ce n’est ni le plan de relance européen ni la plan Marshall français qui permettront de sortir du bourbier déflationniste qui nous tend les bras. Même le trente ans américain n’y survivra pas. Nous évoluerons bientôt en territoire moins que zéro partout dans le monde avec pour unique moyen de s’en sortir ce que j’annonce depuis fort longtemps ; l’helicopter money, la distribution de cash gratuit à tous les citoyens comme cela s’est déjà produit à Hong Kong et se produira un peu partout. L’austérité ou le gommage des avantages sociaux du passé, le blocage des salaires pour cause de compétitivité, les réformes des retraites, la diminution drastique des allocs de toute nature ne sont pas des solutions pour faire repartir l’économie. L’évidence tombe sous le sens.
Bien sûr certains ahuris continueront de prétendre que la distribution de cash auprès des citoyens serait susceptible de créer une inflation rapide qui ne pourrait plus être maitrisée et que si nous nous lançons dans ce process issu de la théorie monétaire moderne (MMT), nous risquons que les politiciens se servent de la planche à billet sans retenus. Mais qu’on fait jusqu’ alors les banquiers centraux avec le quantitative easing censé avoir sauver l’économie flageolante.
Rien si ce n’est gonfler les bulles d’actifs immobiliers et actions. Rien n’est allé dans l’économie réelle ou les gens travaillent réellement mais cela a des conséquences graves sur leur niveau de vie et leur endettement : augmentation des loyers ou achat immobiliers sur des durées considérables dans un monde de précariat. On s’en fout si ils ne peuvent pas rembourser, on saisira leur bien, cela aura toujours un minimum de valeur qu’on vendra aux enchères. Qui peut encore être sûr d’avoir un boulot en 2021 ? Et chez les entrepreneurs qui échappera à la règle des 3D Dépôt de bilan Divorce Dépression ???

Il faudra attendre le quatrième trimestre avant de pouvoir évaluer les dommages causés à l'économie . À l'heure actuelle, nous nous attendons à ce que l'économie continue de vaciller bien après la levée du confinement. Si un vaccin contre le coronavirus arrive au début de 2021, la croissance économique pourrait reprendre et nous pourrions nous retrouver avec une croissance du PIB en 2021. Cependant, une série de scénarios plus négatifs est également possible. Les retards dans la maîtrise du coronavirus pourraient être une des raisons. Mais l'impact économique indirect du confinement et des mesures de distanciation sociale qui en découlent ne doit pas non plus être sous-estimé. De nombreuses entreprises ne survivront pas ou n’accumuleront pas d’énormes charges d’endettement et de nombreux ménages subiront des pertes de revenus et d’emplois. Bien que les effets sur l'offre prévalent actuellement, les effets sur la demande peuvent durer des années.
C’est la raison pour laquelle, les inégalités sociales déjà si criantes auant été éclairées d' un coup de projecteur monstrueux avec le covid 19, je pense que seul l’hélicoptère money pourra maintenir un semblant de cohésion sociale.
Sinon ce qui restera des classes moyennes et les upperclass ont intérêt à se barricader dans des citadelles forteresses.

Néconomiquement votre

11/04/2020

Changement d'herbage réjouit les veaux

Changement de culotte réjouit les crottes

HYPE.png

 


Gros pavé dans la mare des institutions financières
Et ouverture possible d'une porte qui jusqu'alors restait fermement close contre vents et marées
Là où l'ensemble des États financent leur dépenses en s'endettant sur les marchés, la Banque d'Angleterre va financer directement l'État par création monétaire pour l'aider à supporter les dépenses liées à la crise du coronavirus.


Monétiser la dette « nuirait à la crédibilité [de la banque centrale – ndlr] sur le contrôle de l’inflation en érodant son indépendance opérationnelle. Cela conduirait également à terme à un bilan de banque centrale insoutenable et est incompatible avec la poursuite d’un objectif d’inflation par une banque centrale indépendante », écrivait encore Andrew Bailey dimanche. À l’appui de sa démonstration, il citait les inévitables exemples de la république de Weimar dans les années 1920 ou du Zimbabwe qui a fait fonctionner tant et plus la planche à billets pour se financer, ce qui a conduit à une hyperinflation de plusieurs milliers de pourcents, et une destruction de l’économie. Trois jours plus tard, changement de culotte La banque d’Angleterre a annoncé en début de matinée qu’elle allait financer directement « sur une base temporaire et à court terme » les dépenses supplémentaires du gouvernement britannique liées aux conséquences de la pandémie du Covid-19.

Quant à Laurence Boone de l’OCDE, là encore c’est un changement de culotte complet.
Les gouvernements doivent continuer à soutenir le secteur privé, y compris en prenant des participations, et l’emploi. Cela va demander une forte augmentation des dépenses publiques et d’investissement alors que les recettes diminueront. Une politique monétaire ultra accommodante continuera à aider à l’augmentation des dettes […]. Les lourdes exigences imposées aux finances publiques ne doivent pas conduire à un endettement insoutenable qui effrayerait les marchés : cela demande une réflexion nouvelle et créative sur les questions de politique macroéconomique », plaidait ces derniers jours Laurence Boone, chef économiste à l’OCDE. Institution qui depuis plus de vingt ans n’a cessé de dénoncer l’endettement public.