06/12/2011

Mauvaise étoile

Que va nous annoncer prochainement la machine à coder le spectacle ?

Rien moins que tout ce qui est mauvais est bon pour nous...

Tout ce qui est mauvais pour nous collectivement est bon pour les profits, bon pour le budget des Etats, bon pour les portefeuilles d'actions, et la valeur à long terme des biens immobiliers.

La consommation citoyenne est un mythe, l'entreprise championne de la responsabilité sociale une utopie... Mais l'Etat providence est mort emmenant avec lui les amortisseurs sociaux et la cohésion du même nom.

En pareil cas, dans tous les pays qui ont été confrontés à ce type de difficulté, il n'y a d'autre choix que de taper dans les dépenses de santé, d'éducation, voire de sécurité comme en Angleterre.

Que le MOI doit l'emporter sur les services publics rivaux...Que le MOI triomphe du NOUS et que l'individu ne trouve son salut qu'en lui même sans s'encombrer des masses. Il convient donc à chacun individuellement de dépenser ses euros en faveur d'un monde meilleur (la bulle verte) pour lequel l'état est incapable d'oeuvrer. Lorsqu'une moitié de la pomme est pourrie, on la coupe, Le capitalisme financier s'est mutilé de son partenariat avec la démocratie. L'identité nationale du consommateur est plus souveraine que celle du citoyen dont l'avenir sera désormais régi par des traités et des accords bilatéraux voir la haute cour de justice européenne. Jamais, on aura fait preuve d'un tel mépris pour les peuples tant on compte sur leurs résignations.

L'esprit de conquête de la mondialisation dont parle François Fillon n'est rien d'autre qu'un pacte faustien.  Plus nous nous efforçons de faire venir facilement des marchandises de toute la planète, plus nous mettons en danger nos propres lieux de vies. Le consommateur a vaincu le citoyen. La future et inévitable TVA sociale ne vise qu'à moneytiser cet état de fait où l'on ne peut empêcher d'exporter de la richesse seulement tenter d'importer moins de pauvreté.

PS En 2013, près de la moitié des séniors criblés de dettes perdront leur bien immobilier qui ne sert dans la plupart des cas qu'à financer leur maison de retraite.