09/07/2020

Le Global Minotaure (suite)

img_0195.jpgUne brillante analyse de Varoufakis que je résume

La crise de l'euro qui a éclaté il y a une décennie a longtemps été décrite comme un affrontement entre le nord frugal de l'Europe et le sud débordant. En fait, au cœur de cette guerre de classes féroce qui a laissé l'Europe, y compris ses capitalistes, très affaiblie par rapport aux États-Unis et à la Chine. Pire encore, la réponse de l’Union européenne à la pandémie, y compris le fonds de relance de l’UE actuellement en délibération, ne peut qu’intensifier cette guerre de classe et porter un nouveau coup au modèle socioéconomique européen.

Cet étrange processus de recyclage est géré par la banque centrale de facto du monde, la Réserve fédérale américaine. Et le maintien d'une création aussi impressionnante - un système mondial à déséquilibre permanent - nécessite l'intensification constante de la guerre des classes dans les pays déficitaires et excédentaires. Les pays déficitaires se ressemblent tous dans un sens important: qu'ils soient puissants comme les États-Unis ou faibles comme la Grèce, ils sont condamnés à générer des bulles de dette alors que leurs travailleurs regardent impuissants les zones industrielles se transformer en ceintures de rouille. Une fois que les bulles ont éclaté, les travailleurs du Midwest ou du Péloponnèse sont confrontés à la servitude pour dettes et à la chute du niveau de vie.

 

Si nous avons appris quelque chose au cours des dernières décennies, c'est l'inutilité de se concentrer sur l'économie de n'importe quel pays de manière isolée. Autrefois, lorsque l'argent se déplaçait entre les pays principalement pour financer le commerce et que la plupart des dépenses de consommation profitaient aux producteurs nationaux, les forces et les faiblesses d'une économie nationale pouvaient être évaluées séparément. Plus maintenant. Aujourd'hui, les faiblesses de la Chine et de l'Allemagne, par exemple, sont étroitement liées à celles de pays comme les États-Unis et la Grèce.

Le déblocage de la finance au début des années 1980, après l'élimination des contrôles des capitaux laissés par le système de Bretton Woods, a permis de financer d'énormes déséquilibres commerciaux par des fleuves d'argent créés en privé via l'ingénierie financière. Alors que les États-Unis passaient d'un excédent commercial à un déficit massif, leur hégémonie a augmenté. Ses importations maintiennent la demande mondiale et sont financées par les entrées de bénéfices des étrangers qui se déversent à Wall Street. C'est ainsi que les USA Minotaure global fait financer ses déficits commerciaux et budgétaires par les autres pays.

Il n’est pas difficile de trouver la preuve que les capitalistes allemands ont gaspillé les richesses extraites de la classe ouvrière de l’UE. La crise de l'euro a provoqué une dévaluation massive de 7% des excédents que le secteur privé allemand avait accumulés à partir de 1999, car les propriétaires de capitaux n'avaient pas d'autre choix que de prêter ces milliers de milliards à des étrangers dont la détresse qui a suivi a entraîné des pertes importantes. Ce n'est pas seulement un problème allemand. C’est une condition qui affecte également les autres pays excédentaires de l’UE. Le journal allemand Handelsblatt a récemment révélé un renversement notable. Alors qu'en 2007, les entreprises de l'UE gagnaient environ 100 milliards d'euros (113 milliards de dollars) de plus que leurs homologues américaines, la situation s'est inversée en 2019. De plus, il s'agit d'une tendance à l'accélération. En 2019, les bénéfices des entreprises ont augmenté de 50% plus rapidement aux États-Unis qu'en Europe. Et les bénéfices des entreprises américaines devraient moins souffrir de la récession induite par la pandémie, chutant de 20% en 2020, contre 33% en Europe.

Les rapports selon lesquels COVID-19 a poussé l'UE à augmenter son rôle sont grossièrement exagérés. La mort discrète de la mutualisation de la dette européenne garantit que l'augmentation gigantesque des déficits budgétaires nationaux sera suivie d'une austérité tout aussi importante dans chaque pays. En d’autres termes, la guerre des classes qui a déjà érodé les revenus de la plupart des gens s’intensifiera.

 

05/07/2020

Grand Reset (bulle verte) contre décroissance

A Reprise des chaussettes qui a tout compris

 

L’objectif d’une « croissance économique durable qui s’exprime à travers Le Grand Reset et la bulle verte le prochain moteur d’accumulation du capital (le recyclage du capitalisme-le greenwashing se révèle être, quelle que soit l’extension que l’on donne à la notion de durabilité, une contradiction dans les termes, dès lors, du moins, que l’on entend la croissance économique au sens actuel. Et comment pourrait-on l’entendre, sinon au sens actuel ? Ceux qui parlent de croissance économique durable ne font qu’obscurcir la problématique environnementale-climatique et tenter de se persuader qu’il est possible de concilier l’inconciliable.

Dans le même temps, les adeptes de la décroissance estimant qu’on ne parviendra pas à découpler croissance économique et destruction accélérée de l’environnement, les partisans d’une « société de post-croissance » en tirent finalement la conclusion logique que nous devons faire table rase du concept de croissance. Voici donc venir pour eux une « économie de marché sociale et écologique » – comme si une économie de marché non capitaliste pouvait exister. L’espoir est placé sur des entrepreneurs qui, au lieu de courir après le profit, se préoccuperaient d’assurer la durabilité de leur production.

Ha Ha Ha…

Avec l’augmentation de la productivité au cours de l’histoire du mode de production capitaliste, l’ évolution conduit à ce que le travail vivant soit de plus en plus expulsé du processus de production et remplacé par des machines. Des frais de main-d’œuvre toujours moindres permettent de produire toujours plus de richesse matérielle. Mais comme cette abondance de biens n’est pas le véritable but de la production, le temps de travail ne s’en voit nullement réduit, quand bien même ce serait matériellement possible et judicieux. On fait plutôt le calcul inverse : la production de la même richesse abstraite (mesurée en temps de travail) réclame un produit concret toujours plus important, et par conséquent – puisque les machines remplacent peu à peu la force de travail – une utilisation des ressources qui croît encore plus rapidement. Il y a des tendances contraires, comme avec l’efficacité énergétique notamment, qui a pour effet de réduire la dépense en énergie par produit fini. Mais le rapport quantitatif entre dépense en matériel et temps de travail est cependant sans équivoque : il croît sans discontinuer dans les secteurs producteurs de survaleur, ainsi que chacun peut s’en convaincre en observant par exemple l’évolution de l’investissement matériel et monétaire par emploi industriel.

   Dans cette contradiction qui consiste en ce que le capital expulse de plus en plus du procès de production le travail vivant, sur l’exploitation duquel repose pourtant la forme de richesse après laquelle il lui faut nécessairement courir – se trouve l’origine commune des crises économique et écologique. Le substrat matériel de cette richesse abstraite obligée de croître au-delà de toute mesure est bel et bien fini, de sorte que l’expansion doit nécessairement se heurter ici à des bornes infranchissables : d’une part la demande solvable limitée (crise économique), et d’autre part les limites naturelles (crise écologique).

   À cet égard, même le traitement des symptômes de crise, qui à la rigueur est encore possible d’un point de vue intracapitaliste, débouche sur une contradiction : la moindre tentative pour ne serait-ce qu’atténuer la crise économique par des programmes de relance entraîne une destruction accrue de l’environnement. À l’inverse, pour réfréner celle-ci, il faudrait prescrire à l’économie mondiale une longue période de profonde dépression, avec toutes les conséquences sociales et matérielles que cela comporterait pour les hommes et femmes prisonniers du mode de production capitaliste. Rappelons-le, l’unique petit coude dans la courbe de croissance des émissions mondiales de CO2 se situe au niveau de l’année 2009, année de récession. Il en sera de même en 2020 grâce serait-on tenté de dire au COVID qui a décidément bon dos. Quant à la pantalonnade des « relocalisations » on s’apercevra  qu’elles ne seront que peu créatrices d’emplois humains mais très créatrices de robotisation et d’automatisation.

Rien d’éco-logique la dedans !

 

 

04/07/2020

Notre avenir

Le Japon ça va toujours pas mieux depuis 1990 mais eux au moins ils sont habitués

 

Les craintes de déflation ne sont pas nouvelles pour les autorités financières japonaises.

Les efforts passés pour lutter contre la déflation comprennent des programmes de relance massifs et même la participation au marché boursier du pays.

L'extrait suivant est tiré du théoricien des vagues d'Elliott de juin 2019:

La Banque du Japon a été la première banque centrale à acheter directement des actions. En 2002-2004 et de nouveau en 2009-2010, il a acheté des quantités relativement faibles d'actions, en particulier des actions détenues par des banques japonaises en difficulté. Incroyablement, c'était un léger vendeur net d'actions en 2008, tout comme le reste de la foule pendant le marché baissier de cette année. Ensuite, la BOJ a pris la décision douteuse que l'achat et la détention d'actions étaient une sorte de politique anti-déflation, favorable à l'économie et d'assouplissement monétaire. En conséquence, il achète sans interruption des actions et des dérivés liés aux marchés boursiers depuis 2010. Un article du Financial Times d'août rapporte: «Selon un calcul de courtage, la BoJ est devenue l'un des 10 principaux actionnaires dans environ 70% des actions de la première section de la Bourse de Tokyo. " La banque a acheté pour une valeur record de 6000 milliards de yens de fonds indiciels cotés en bourse (ETF) en 2018 et s'est engagée à continuer de les acheter à ce rythme. À la fin de l'année, elle détenait près de 30 000 milliards de yens de fonds négociés en bourse.

Pourtant, malgré les efforts anti-déflation, les inquiétudes persistent.

Voici un extrait d'un article du Japan Times du 24 juin:

Certains décideurs politiques de la Banque du Japon ont exprimé leur inquiétude lors d'une réunion la semaine dernière que la pandémie de coronavirus pourrait faire basculer le pays dans la déflation, a révélé un résumé des opinions publiées mercredi.

Un retour à la déflation serait "un obstacle considérable" pour finalement atteindre l'objectif de stabilité des prix de 2% de la banque centrale, a déclaré l'un des neuf membres du Policy Board lors de la réunion des 15 et 16 juin.

"Ainsi, compte tenu de ce risque, il est nécessaire de procéder à un assouplissement supplémentaire à ce stade", a déclaré le député.

La banque centrale a maintenu sa politique monétaire inchangée lors de la réunion, maintenant les taux d'intérêt à court terme à moins 0,1 pour cent tout en guidant les taux à long terme à environ zéro pour cent.

Un autre décideur était également préoccupé par l'inflation tiède du pays, déclarant: "Dans la conduite des mesures économiques, il faut tout d'abord minimiser le risque de déflation qui s'installe".

Les prix à la consommation au Japon ont baissé pour un deuxième mois consécutif en mai, en baisse de 0,2% par rapport à l'année précédente, la propagation mondiale du COVID-19 ayant fait baisser le coût de l'énergie et de l'hébergement, a annoncé vendredi le ministère des Affaires intérieures et des Communications.

"Le nombre croissant de faillites d'entreprises ainsi que la suspension et la fermeture d'entreprises peuvent avoir un impact négatif sur l'emploi, les prix et les finances", a déclaré un responsable politique, ajoutant "qu'il faut être vigilant pour que l'économie ne tombe pas en déflation". encore."
Nouvelles
Un avertissement que la reprise économique est menacée par la déflation
Bob Stokes • 24 juin 2020

https://www.deflation.com/