20/02/2009

Cartes de crédit : l'innovation nécronomique

A constater ce soir encore que les craintes de nationalisation de Citybank et de Bank of america sont suffisantes pour faire encore vaciller les marchés mondiaux, il apparait de plus en plus que la stratégie de regrouper les créances toxiques dans une Bad bank ne sera pas suffisante pour sauver le pays.
Autant cela peut fonctionner pour les actifs immobiliers pourris si tant que l'on puisse se mettre d'accord sur une valorisation, voir sur les bagnoles, autant les 1000, 2000, 3000 milliards de dettes titrisées des cartes de crédit ne trouveront jamais preneurs.

Puisqu'on en est au stade de nationaliser banques et industries, pourquoi ne pas mettre directement en place des cartes de crédit de banques centrales destinées à sauver le consommateur zombi.


Avantage : Aucune toxicité, paiement garanti par les plus riches sur leurs impôts de l'année d'après voir par leurs enfants et petits enfants...Quand la somme est vraiment énorme (moratoire).
Après tout, eux aussi veulent survivre...

Cette méthode originale devrait inspirer notre Président qui plutôt que de co financer les salaires comme en Guadeloupe, permettrait ainsi de financer la consommation en directe...En évitant les rouages administratifs...(effectivité).

827724783.jpg



Nécronomiquement Votre


30/01/2009

Plan de relance : Le retour du consommateur zombi

841612798.jpg


Allez Jean-claude, un petit effort... appuie sur le bouton du détonateur... et baisse les taux...qu'on en finisse...


En 2009 le rock n roll reprend ses droits et l'on revit, enfin, heure par heure et jour par jour, à la vitesse des réseaux intraneuronaux qui forment l'intelligence collective...
A la question : le succès est il compatible avec la crédibilité ?
Anton Newcombe répondait invariablement : «je ne suis pas à vendre »

http://fr.youtube.com/watch?v=o80pE90CAxI&feature=related

Trois décennies auparavant, l'ami Joe strummer avait tranché : Everyone is a prostitute.

Car en final chacun sera jugé sur sa façon de consommer...La consommation n'étant que notre seul destin planétaire, notre seul avenir commun.

Derrière chaque acte d'achat se dissimule un plan social : cesser d'acheter tel produit, c'est mettre en danger des salariés...On nous exhortera bientôt de consommer pour sauver des emplois ainsi que cela se pratique couramment au Japon (voir Toyota)
Quand l'addiction se marie à la nécessité, on se soutient soi même en soutenant l' économie.
Tel est le destin du consommateur salarié-zombi dans les démocraties de Marché où le droit de vote est moins important que l'acte d'achat et où ce que nous faisons individuellement pèse moins sur notre avenir commun que les achats que nous effectuons.

C'est au consommateur que s'adressera le second plan de relance que devra mettre en place, forcément, le gouvernement, même si il y est totalement opposé à ce jour...car il juge cela sans effet...
il va falloir faire revenir les zombis dans les centres commerciaux avant qu'ils désapprennent à acheter...
Et ce, avant le démarrage de la bulle verte...

En route pour la TGD...