19/10/2010

Le bûcher des vanités...


cnn.1287415984.JPG
Click on picture


Il est des Unes qui se font involontairement et n'en sont pas moins chargées de sens...




17/10/2010

J'aime le son du verre brisé

 

Le ciment du vivre ensemble ne reposant que sur un principe économique et sur la dalle de la consommation, Le flux ininterrompu de mauvaises nouvelles qui vont se succéder dans les deux prochaines années révèlera le constat d’impuissance des politiques de tous bords vaincu par un Marché qu’ils n’auront eu cesse de vouloir apprivoiser sans jamais le froisser.

Impuissance de celui qui constate que l’acte d’achat était plus important que le droit de vote puisque notre avenir commun se jouait au centre commercial, lieu de culte des démocraties de Marché ou l’on rentre après s’être agenouillé et avoir prêté serment d’obédience.

La période qui nous mènera jusqu'à 2012 sera une période de troubles faste en émeutes consuméristes et à ceux qui comme Nick Lowe adorent le son du verre brisé :

http://www.youtube.com/watch?v=WMJGwNqKPY0&feature=re...

l love the sound of breaking glass
Especially when I'm lonely
l need the noises of destruction
When there's nothing new

Il n’y a plus d’autres choix désormais de dire la vérité et qu’il va nous falloir muter contraint et forcé puisqu'il ne s'agit plus de vivre mais de survivre.

En route vers le grand Splaasshh la piscine des ténèbres de l’économie où parler revient à écrire sur de l’eau car de confiance, il n’y en a plus…et que chacun sait que la confiance est la base des affaires...

Règle nécronomique : les billets qui font la planche ne sont pas en mesure de créer un quelconque effet trampoline.

En conséquence les équipages assoupis des navires seront tirés de leur proverbial sommeil Osirien, coma artificiel qui aura duré soixante ans (tout de même...) avec une sur-accélération ces trente dernières années.

Gueule de bois titanesque de celui qui sous l’influence chimique du Marché n’a cessé de confondre émotion, sens et sentiment et se retrouve endetté, bloqué par les persiennes de fer d’une Très Grande Dépression synonyme de perte du bonheur dans les démocraties de Marché.

Il n’est pas de pire destin dans la mondialisation que celui qui est condamné à s’appauvrir sur le lieu même de sa richesse.

En route vers la TGD Européenne…

 

PS : Demain, on fera une squence humour africain, je vous parlerai du Congo et de la Chine...