04/06/2019

La fête du slip est définitivement terminée...Scoop nécro

 

 

HYPE.pngTrump qui fait le forcing pour que Powell baisse les taux car la courbe des taux vient de s'inverser à son point maxi depuis la crise financière. Le créancier obligataire à court terme mieux rémunéré que le créancier à long terme.
ça sent la récession à plein nez !!!!!!!!!!!!

La seule question, c'est quand ?

Ma réponse entre six et huit mois...voilà le temps que vous avez pour vous préparer au grand désordre mondiale QUI VA METTRE TOUS LES GOUVERNANTS AU PIED DU MUR DES LAMENTATIONS.

Depuis 1955, ce signal a annoncé neuf récessions, il en sera de même cette fois ci. Panik à bord du paquebot mondial. Méga inquiétude au FMI d'où le spleen de Madame Largarde à vue.

Trump fait le forcing pour baisser les taux qui n'étaient pourtant pas très hauts, en Europe nous n'avons même commencé à les remonter !

Un voile noir recouvre progressivement l'orchestre de l'économie mondiale. Il est encore masqué d'un loup blême et muselé par la machinerie méthodique des média qui ne veulent pas affoler le consommateur pourtant les chiffres du commerces mondial sont là (voir note ci dessous).

Deux autres faits sont également à prendre très au sérieux en parallèle. La très forte probabilité d'un Brexit dur. Scénario encouragé par Trump et pas du tout prévu par  Macron et les Européens qui n'ont cessé de jouer les gros bras. Les anglais soutenus par les ricains ont confirmé leur vote basé sur un non à l'immigration massive.

Autre Bordel l'Italie qui n'est pas la Grèce car systémique et fait effondrer les banques de la zone Euro. Je doute que cette fois ci les damnés de la mondialisation, gilets jaunes et autres consentiront à sauver les banques.

Le plan secret de la Money Power consiste à faire virer Salvini à la moindre défaillance pour le faire remplacer par Draghi l'actuel patron de la BCE. Bref, c'est la guerre entre les progressistes qui veulent des programmes d'austérité et les souverainistes qui veulent laisser filer les déficits. Faire virer Salvini ne sera pas chose aisée quand on voit son niveau de popularité due à la lutte contre l'immigration.  Par ailleurs, les Italiens ont été le premier pays à signer avec les chinois les accords de la nouvelle route de la soie qui garantit des investissements chinois au grand dam de Bruxelles et de Washington. 

Sauve qui peut...CHACUN POUR SOI...

NECRONOMY POWER

 

01/06/2019

En route vers le (révolution) la TGD (Très Grande Dépression)

A Gabelle Homme d'exception approved by Necronomie

Traduction d'un article de  ZERO HEDGE

Alors que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine reprend de plus belle, les investisseurs jettent de nouveau un regard inquiet sur la baisse des volumes d’échanges mondiaux, qui, comme l’écrit Bloomberg aujourd’hui, « menace de ralentir le rebond tant attendu de l’économie mondiale et pourrait même plonger sa longue décennie d’expansion dans le doute si le conflit devient incontrôlable. »

« Juste au moment où des signes présageant une reprise se préparaient, les tensions commerciales sont redevenues une menace crédible et significative pour le cycle économique », a déclaré le chef économiste de Morgan Stanley, Chetan Ahya, soulignant un « grave impact sur la confiance des entreprises » suite à la guerre de taxation des échanges commerciaux.
Certes, même avant la dernière guerre commerciale, la croissance mondiale et le commerce souffraient déjà, comme l’ont récemment confirmé les tristes données économiques de la Chine, qui montraient que la production industrielle, les ventes au détail et les investissements ont tous reculé en avril, dépassant les prévisions des économistes.

Une détérioration similaire a été observée aux États-Unis, où les ventes au détail ont diminué de manière inattendue en avril, tandis que la production industrielle a reculé pour la troisième fois en quatre mois. En Europe, même si l’économie allemande est sortie de la stagnation et a connu une croissance de 0,4% au premier trimestre, « les perspectives restent fragiles face à un effondrement du secteur manufacturier qui sera à nouveau mis à l’épreuve par la guerre commerciale ». En conséquence, la confiance des investisseurs dans la plus grande économie d’Europe s’est affaiblie de manière inattendue ce mois-ci pour la première fois depuis octobre.
Pour cadrer la menace, une étude de Bloomberg Economics a calculé que environ 1% de l’activité économique mondiale est en jeu dans les biens et services échangés entre les États-Unis et la Chine. Près de 4% de la production chinoise est exportée vers les États-Unis et tout ce qui frapperait ses fabricants se répercuterait sur les chaînes régionales d’approvisionnement avec Taiwan et la Corée du Sud parmi les pays à risque.
Les livraisons des États-Unis vers la Chine sont plus limitées, mais 5,1% de sa production agricole y est dirigée, tout comme 3,3% de ses produits manufacturés.
Les craintes macro-économiques se répercutent une fois de plus à la base et la semaine dernière, le géant des puces Intel a chuté après avoir évoqué une « vision plus prudente de l’année », et le fabricant de boissons italien Davide Campari-Milano SpA a noté ce mois-ci « des incertitudes géopolitiques et macro-économiques. »
« L’économie mondiale connaît un ralentissement important depuis un certain temps », a déclaré James Bevan, directeur des investissements de CCLA Investment Management. « Les gens doivent juste se réveiller et regarder les données commerciales. »
Mais le meilleur moyen de visualiser à quel point la menace pesant sur les flux commerciaux mondiaux et sur l’économie mondiale en général est grave est le tableau ci-dessous illustrant l’évolution annuelle du commerce mondial, mesurée par la Direction des statistiques commerciales du FMI, fournies par Ian Lyngern de la BMO [Banque de Montréal]. Il montre l’effondrement absolu des exportations mondiales, réparties en trois catégories :
Exportations vers le monde (les plus faibles depuis 2009),

collapsologie,collapse,grand collapse,tres grande depression,tgd,vivement la depression,on n'en peut plus,gilets jaunes,macron

 

 

 

 


Exportations vers les économies avancées (également au plus bas depuis 2009),
Exportations vers l’Union européenne (flirtant avec le plus bas de 2009).
En bref, même avant la dernière vague d’escalade des querelles commerciales, le commerce mondial était tombé à des niveaux jamais vus depuis la dernière crise financière. On ne peut que se demander ce qu’il adviendra après cette dernière escalade entre les États-Unis et la Chine …

https://www.zerohedge.com/news/2019-05-15/global-trade-co...

14/10/2016

José Manuel le tapeur portuguais

cover-r4x3w1000-57e56df2d150c-barroso.jpg Le tapeur portugais s'amena et s'assit à la table de Bill le patron de Goldman Sachs Europe. Bill releva la tête.

- Salut José Manuel, fit il, assieds toi donc.

Et il se remit à écrire, ignorant délibérément ce que la tapeur portugais commençait à énoncer. Il s'en doutait par avance.

José Manuel serra les lèvres et soupira. Il joignit ses mains bleuies sous l'effet d'une mauvaise circulation due à sa gestuelle lorsqu'il s'exprimait à la tribune de la commission européenne.

- Bill j'ai horreur de t'ennuyer avec les malheurs de mon existence. L'existence d'un européen accablé par la faim et les dettes. Il toussa.

- Vous autres américains ne pouvez comprendre ces choses là...Pour vous, je ne suis qu'un petit singe savant prêt à faire des tours minables pour un dollar.

Bill arrêta d'écrire et regarda le tapeur portugais.

- As tu songer à travailler José Manuel ? Je veux dire à réellement travailler ?

-En Europe il n'y a pas de travail.

- Eh bien, je connais Theresa May la première ministre britannique, je pourrai t'obtenir un boulot de dame pipi à mi temps. à la chambre des lords. C'est un boulot honnête et respectable, plein d'avenir. Le reste du temps, tu pourrais installer un matériel de cireur de pompes. C'est finalement ce que tu fais le mieux.

- Tu plaisantes Bill ?

- Tu as formulé à merveille le dilemme des européens, José Manuel, vous nous haïssez tant que vous en devenez presque incapable de faire passer le chapeau.

 

 

 

-

-