27/08/2019

Si Zorba voyait ça !

A Gabelle

grece.jpggrece 3.jpggrece 2.jpg

 

 





Alerte ! Ce que nous vous annoncions depuis un mois et demi vient de commencer ce matin, peu avant l'aube :

EXARCHEIA SOUS OCCUPATION POLICIÈRE !

Le célèbre quartier rebelle et solidaire d'Athènes est complètement encerclé par d'énormes forces de police : de nombreux bus de CRS (MAT), des jeeps de la police antiterroriste (OPKE), des voltigeurs (DIAS), des membres de la police secrète (asfalitès), ainsi qu'un hélicoptère et plusieurs drones.

Lieu unique en Europe pour sa forte concentration de squats et d'autres espaces autogérés, mais aussi pour sa résistance contre la répression et sa solidarité avec les précaires et migrants, Exarcheia était dans le collimateur du gouvernement de droite depuis son élection le 7 juillet. Le nouveau premier ministre Kyriakos Mitsotakis en avait fait une affaire personnelle, d'autant plus qu'il avait été raillé début août pour ne pas avoir réussi à atteint son objectif de "nettoyer Exarcheia en un mois" comme il l'avait annoncé en grandes pompes.

Ce matin, 4 squats ont été évacués : Spirou Trikoupi 17, Transito, Rosa de Fon et Gare. L'offensive concerne pour l'instant la partie nord-ouest du quartier, à l'exception notable du squat Notara 26, réputé mieux gardé et très important symboliquement pour le quartier en tant que premier squat historique de la "crise des réfugiés" au centre ville d'Athènes.

On compte pour l'instant une centaine d'arrestations, ainsi que des agressions brutales contre des personnes tentant de filmer. Seuls les médias de masse au service du pouvoir ont l'autorisation de couvrir l'événement.

Au total, il y a 23 squats dans Exarcheia plus 26 autres autour du quartier, soit un total de 49 concentrés sur une zone assez petite. 49 squats auxquels il faut ajouter d'autres types de lieux autogérés, dont certains en location (Espace Social Libre Nosotros, magasin gratuit Skoros, etc.) ainsi que des dizaines de logements particuliers regroupant des groupes de militant-es, souvent près des terrasses pour permettre un accès au-dessus des rues.

Sur les squats qui se trouvent précisément à l'intérieur d'Exarcheia, 12 sont des squats d'hébergement pour les réfugié-es et migrant-es et les 11 autres sont des squats de collectifs politiques anarchistes et antiautoritaires (même si la plupart des squats de réfugié-es sont aussi évidemment très politiques, à commencer par le Notara 26 et Spirou Trikoupi 17 avec des assemblées directes et beaucoup de liens avec le reste du mouvement social).

Dans les squats de Spirou Trikoupi 17 et Transito (que les valets du pouvoir sont maintenant en train de murer), plus d'une quinzaine d'enfants ont été arrachés à une existence paisible et heureuse pour être subitement envoyés dans des camps. Ces sinistres camps sont insalubres et surpeuplés, les migrant-es y sont mal nourri-es et souffrent des variations de températures, subissent des humiliations et parfois des tortures, et Mitsotakis exige de surcroît qu'ils soient tous bien fermés et, à l'avenir, complètement coupés du reste du territoire.

Le visage de l'Europe ne cesse de se durcir à l'instar de ce qui se passe également sur les autres continents. Cette évolution toujours plus autoritaire du capitalisme conduit à nous interroger sur ce qu'annonce l'ère actuelle : l'offensive contre les poches d'utopies couplée à l'enfermement des boucs émissaires rappelle des heures sombres de l'Histoire.

Le monde entier devient fasciste et la Grèce en est, une fois de plus, l'un des laboratoires.

Mais rien n'est fini. Septembre arrive bientôt. Les jobs saisonniers se terminent. Le mouvement social se rassemble et s'organise à nouveau. Des lieux comme le Notara 26 et le K*Vox sont sous haute surveillance. Des ripostes se préparent, ainsi que plusieurs grands événements mobilisateurs. L'automne sera chaud à Athènes.

Résistance !

Yannis Youlountas

https://www.youtube.com/watch?v=DBpQ262_n7U

PS : nous comptons sur vos communiqués, actions en direction des lieux représentant l'état grec à l'étranger, photos, vidéos et tout ce que bon vous semble. Pensez à nous les transmettre. La solidarité est notre arme. Nos luttes n'ont pas de frontières.
Vous trouverez la suite des infos comme toujours sur mon blog : http://blogyy.net

 

 

 

 

 

 

 

 

03/07/2019

SONGE

CFCAFF93-8661-4802-9F3E-12B246FA25B7.jpg

 

 

Cette nuit, j'ai rêvé que j'avais inventé un truc pour remonter le temps et me déplacer partout. Je me servais de cette faculté dans ce rêve qui était en fait un cauchemar pour buter la première de la lignée Kardashian et de fait toute sa progéniture que je privais de naissance.

Adieu Kim et ses 45 millions de followers et les autres frangines...

Et puis j'ai fini par me réveiller et j'ai pensé à ce bon vieux Salvini malin comme un singe qui avait monté sa monnaie complémentaire les Mini Bots avec laquelle il allait payer les fournisseurs de l'Etat sans creuser son déficit. La vérité, c'est qu"il ne veut pas se trouver comme un Tsípras qui s'est fait couper les nouilles par la commission. Varoufakis lui était prêt à faire le pas et à lancer une nouvelle monnaie mais le révolutionnaire fonctionnaire a eu peur et a sacrifié Varoufakis. Bref les Mini BOTS c'est un peu comme le canada dry qui a le goût et la couleur de l'alcool mais qui n'est pas de l'alcool mais les minobots peuvent devenir du jour au lendemain des billets utilisés partout. En tous cas voilà une fantastique monnaie d'échange avec la commission européenne pour qu'on lui foute la paix sur son déficit.

Je me suis dit aussi que j'avais eu raison dans l'emission du Grand Foutoir où j'annonçais que Steve Bannon n'était pas allé en Italie pour rien.

Ce bon vieux Steve, lui aussi, il fonctionne plein régime. Il a monté sa cryptomonnaie : le Déplorable coin. Déplorable comme nom en hommage à Hillary Clinton qui avait dit que les gens qui avaient voté pour Trump étaient déplorables. Perso avec l'ami Ignatius, on pense  l'on pourrait imaginer une cryptomonnaie complémentaire basée comme le IOTA sur la technologie TANGLE et non la blockchain
Si les Etats décident un jour de supprimer telle ou telle monnaie comme le Bitcoin
c'est assez facile dans le sens où il suffit d'aller dans les centre serveurs qui minent ces monnaies et les fermer physiquement. Avec TANGLE, c impossible car il faudrait supprimer tous les ordinateurs perso.
https://medium.com/acycliclabs/why-you-should-move-to-tan...

https://fr.express.live/le-krona-la-cryptomonnaie-de-la-s...

Les populistes prospèrent sur le mépris affiché des Elites car le mépris c'est méprisable.

borghi_minibots_tardelli-m.jpg